Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 12:24

Mercredi dernier, à la demande d’une amie, nous avons organisé une soirée « initiation dégustation » pour les membres du KIWANIS Cœur de Créole de Fort de France.

 

Cette soirée fort agréable où les questions n’ont cessé de fuser de toute part, les participants et participantes (bien plus nombreuses !!) étant certains de tenir pour l’occasion « l’expert idoine » capable de répondre à toutes leurs interrogations et surtout détenteur du « juste goût ».

Alors là, cela reste à voir.

 

Et donc, voici ces quelques lignes pour tous les « jeunes amateurs » ou tous ceux qui s’estiment encore peu expérimentés qui font un complexe quand il s’agit de donner leurs impressions sur un vin.

Voilà quelques astuces pour vous permettre de déguster sans complexe.

Chaussettes pour dégustation à l'aveugle

Chaussettes pour dégustation à l'aveugle

Oublier les arômes

En général les néo-amateurs de vins, quand ils dégustent une bouteille, sont obsédés par l’idée d’identifier les “bons” arômes. Reconnaître les zestes d’agrume, les notes de mirabelle, les touches de poivre blanc, de sous-bois ou de grillé…..

 

Ils ont lu ces mots dans la presse, ils ont entendu leurs amis fins connaisseurs les utiliser, et ils pensent que pour avoir l’air affranchi, il faut pouvoir annoncer à la cantonade, et décrire avec un air convaincu de vieux briscard, le merveilleux nez de griotte et de baies sauvages que présente ce vin dans le verre.

 

Oubliez tout ce verbiage souvent un peu pédant qui s’attache à mettre en avant ce qui est finalement assez secondaire dans l’appréciation d’une bouteille. Quand vous achetez un vin, vous le choisissez, vous, parce qu’il sent la groseille ou la framboise ?

De plus, ce n’est pas parce que votre voisin, un grand connaisseur, trouve de fabuleuses notes de fruits blancs, que vous n’avez pas le droit de déceler de superbes touches de Mars ou de bombons à la menthe.

 

Sur la perception des arômes du vin, chacun est prisonnier de son propre vécu et on ne peut identifier que des odeurs qu’on a connues. Une même molécule dans un verre de vin peut donc parfaitement être nommée de deux façons différentes par deux dégustateurs pour lesquels cette molécule évoquera des souvenirs olfactifs différents.

Les différentes nuances du vin rouge

Les différentes nuances du vin rouge

J’aime ou je n’aime pas !!

Ce qui est important quand vous dégustez, ce n’est pas de réussir à “trouver” quelque chose dans le vin qui est dans votre verre, mais de savoir si vous l’aimez ou pas et ensuite, éventuellement, de comprendre pourquoi vous l’aimez ou pas.

 

Parce qu’il est trop acide, trop sucré, trop fort, parce qu’il râpe la langue, parce qu’il sent un drôle de truc. Là encore, n’ayez aucun complexe !! Votre goût vous appartient et aucun gourou n’a le droit de vous le voler, que ce soit votre ami d’enfance qui possède une cave formidable de 200 bouteilles ou tel ou tel critique adulé dans le monde entier.

 

Si la table entière se régale d’un vieux château-chalon grandiose, vous avez une légitimité totale pour dire que ce goût de noix et d’oxydation révulse votre palais, même si cela ne fait que quelques mois que vous vous passionnez pour le vin.

D’ailleurs, entre nous, même de nombreux amateurs chevronnés ne s’y sont pas encore habitués.

« Dégustation, pas de raisons d’avoir des complexes !! »

On ne reconnaît que ce qu’on connaît déjà !

Une autre obsession du nouvel amateur c’est de pouvoir reconnaître le vin servi (sans avoir vu la bouteille), dire de quelle région il provient, avec quel(s) cépage(s) il a été produit et de quel millésime il pourrait se réclamer.

C’est le jeu favori des amateurs aguerris quand ils organisent entre eux des dégustations “à l’aveugle”.

Ne vous tracassez pas, il est plus que normal que vous ne soyez pas très brillants lors des premières soirées de ce genre auxquelles vous pourriez être conviés.

 

Comment voulez-vous reconnaître un vin que vous n’avez jamais dégusté.

Pour pouvoir espérer donner quelques bonnes réponses (cela reste difficile même avec l’expérience…) il faut avoir dégusté énormément de vins de millésimes différents pour que votre mémoire olfactive et gustative puisse classer un grand nombre d’informations en fonction des vins dégustés dans votre “carrière” d’amateur.

N'est pas qui veut Romain Iltis, meilleur sommelier de France

N'est pas qui veut Romain Iltis, meilleur sommelier de France

Donc, là encore pas de complexe.

N’hésitez pas à dire que tel ou tel élément du vin que vous goutez vous rappelle un autre vin, même si vous avez peur de dire n’importe quoi. C’est aussi comme cela que l’on se forge une expérience et forme ses souvenirs.

Ne soyez donc pas impressionnés par vos amis qui se prennent parfois pour le "Robert Parker" de votre immeuble ou de votre ile!!

 

N’hésitez pas à donner votre avis, avec modestie, mais sans complexe. Et, petit à petit, vous prendrez naturellement de l’assurance en dégustant de plus en plus de vins et surtout en comprenant leur style, ce qu’ils expriment vraiment, dans leur façon de se comporter en bouche, dans la construction de leur équilibre entre acidité, alcool et tannins et enfin, le plus important, le plaisir qu’il vous procure ou non, et le souvenir qu’il vous laissera.

Car c’est bien çà le plus important.

 

Bonne dégustation et toujours avec modération.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche