750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 décembre 2019 1 23 /12 /décembre /2019 09:36

Le Sauternes, souvent associé du foie gras, trône en maître sur les tables de fin d'année, mais l'appellation girondine, qui lutte contre le désamour des vins sucrés, veut sortir de ce cliché et vendre ses crus toute l'année.

 

"On est dans le plus grand terroir viticole, le monde entier connaît l'appellation Sauternes mais ce vin est consommé exclusivement pour un jour de fête", regrette le chef étoilé Jérôme Schilling, devant ses fourneaux du château Lafaurie-Peyraguey, à Bommes (Gironde).

 

Depuis une trentaine d'années, l'appellation Sauternes-Barsac vend 70% de ses vins pour Noël et le Jour de l'an, surtout en France, Belgique et Suisse.

« Le Sauternes veut s'inviter à table toute l'année, et pas seulement à Noël »

Et il est principalement consommé avec du foie gras ou encore au dessert. La sucrosité est une des raisons du manque d'attractivité des vins doux français, avec des ventes en baisse de 2% en grande surface en un an et de -10% pour Sauternes-Barsac.

Face à ce désamour, accentué par une image vieillotte de vin pour papi et mamie, les vignerons du Sauternais réagissent à coup de marketing et de nouvelles vinifications.

 

Ce vignoble du sud de Bordeaux veut retrouver son aura d'antan quand, lors du prestigieux classement des grands crus de 1855, les prix des 27 châteaux de Sauternes et Barsac dépassaient ceux des rouges de Bordeaux. Et dans les chais, on a fait évoluer les vins, qui sont aujourd'hui moins sucrés, plus frais et aromatiques.

 

Ce vin de fête est aussi délaissé au profit de vins doux moins chers comme ses voisins de Loupiac et Cadillac ou encore du Jurançon, Monbazillac ou du Gewurztraminer, en Alsace.

"C'est forcément un vin cher parce que, quoi qu'il arrive, on ne peut dépasser les 25 hectolitres par hectare alors que pour le blanc sec c'est 60 hl", explique le président de l'AOC Sauternes-Barsac, Xavier Planty.

« Le Sauternes veut s'inviter à table toute l'année, et pas seulement à Noël »

 

"À cela s'ajoutent des vendanges très particulières avec deux, trois, cinq passages, ce qui représente un surcoût et nécessite une main d’œuvre qualifiée sachant reconnaître les grains atteints de botrytis", cette pourriture noble qui dessèche et concentre les raisins, précise-t-il.

 

Face aux difficultés touchant les vins bordelais, l'appellation se maintient en particulier grâce à l'export, passé de 15 à 30% en dix ans, notamment avec les États-Unis et l'Asie.

 

"À Sauternes, on le boit à toute occasion, dès l'apéritif. Avec une sole, une caille... Si on attendait de manger du foie gras, on ne boirait pas souvent notre vin !", s'amuse le vigneron Xavier Despujols.

 

(Source AFP)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche