750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juin 2020 2 09 /06 /juin /2020 13:37

Les vignerons de la vallée du Rhône sont plus inquiets des aléas climatiques que des suites de la crise sanitaire et ils estiment ne pas avoir besoin de recourir aux distillations d'invendus autorisées exceptionnellement par l'Europe.

 

Dans la vallée du Rhône, l'activité des vignerons a été "fortement pénalisée" par la crise sanitaire du Covid-19, avec une forte baisse des commandes et de la fréquentation des caveaux ou des difficultés logistiques, a déclaré lors d'une conférence de presse, Etienne Maffre vice-président de l'organisation professionnelle Inter-Rhône.

 

Toutefois, le président de l’interprofession, Michel Chapoutier se veut rassurant et considère qu’à court terme, le vignoble va faire preuve d'une certaine "agilité" économique.

Il incite les vignerons à se tourner vers le local, les circuits courts et favoriser l’œnotourisme. "Les CSP+ resteront en France, c’est une opportunité, car ils vont visiter notre région et notre patrimoine", explique t-il.

« Les vignerons du Rhône plus inquiets au sujet du climat que de la crise sanitaire »

Les vignerons se montrent optimistes sur un "effet rebond" après le déconfinement et font déjà état de premiers signes positifs.

"Globalement les équilibres économiques ne semblent pas inquiétants", poursuit un autre vice-président, Philippe Pellaton.

 

"Je suis beaucoup plus inquiet du gel qu'on a eu il y a trois mois, ou de la grêle d'il y a trois semaines, je me demande même si on ne va pas manquer de vin", complète-t-il. Ces calamités climatiques sont "systématiques" sur les dernières années, ont déploré ces professionnels, avec un "effet d'accumulation" sur certaines vignes.

 

"Ce n’est pas une crise structurelle à laquelle nous sommes confrontés, mais à une crise sanitaire. Les marchés sont en attente, ils sont sains ».

"On demande auprès du ministère des Finances une TVA provisoire à 10% pendant six mois pour les vins vendus en CHR", ajoute Michel Chapoutier. L’interprofession demande aussi des efforts pour obtenir une réduction des droits à l'export vers les Etats-Unis.

 

(Source AFP)

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Bon.. préparons-nous encore à des augmentations dans l'achat de vin alors...
Répondre

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche