750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 octobre 2020 4 01 /10 /octobre /2020 11:43

Encouragés par le dérèglement climatique, des vignerons ressuscitent la filière viticole en Ile-de-France, grâce notamment au label "Indication géographique protégée" (IGP) obtenu en mai, qui leur permet de vendre une production locale encore embryonnaire sur un marché très concurrentiel.

 

Patrice Bersac, président du syndicat des vignerons d'Ile-de-France, goûte consciencieusement le jus violacé d'un merlot à venir et s'enthousiasme de ces "siècles d'Histoire qui sont en train de renaître". Car l'Ile-de-France viticole historique, "territoire plus grand que l'Ile-de-France administrative", a longtemps été le plus vaste vignoble de France, narre le responsable.

 

Né à l'époque romaine, il a commencé à décliner au XIXe siècle : l'oïdium, le mildiou, le phylloxéra, la guerre de 70, l'urbanisation des terres et la concurrence des vins du Sud ont eu raison des quelque 40.000 hectares de vignes franciliennes. Les viticulteurs ont donc vendu leurs parcelles et le paysage rural en a été transformé.

« Premières vendanges prometteuses en Île-de-France »

Depuis vingt ans, quelques passionnés, dont Patrice Bersac, tentent de restaurer ce vignoble, parcelle par parcelle. Objectif "modeste" du syndicat qui fédère actuellement une soixantaine de vignerons, reconquérir 1.000 hectares à l'horizon 2030.

Ainsi, en mai 2020, les vins d'Ile-de-France obtiennent l'indication géographique protégée (IGP) - anciennement "vins de pays" auprès de l'institut national des appellations d'origine (INAO).

 

Cette reconnaissance permet notamment aux vignerons de vendre leur production à un meilleur prix, note Antoine De Clermont-Tonnerre. Une stratégie judicieuse alors que les coûts de production augmentent, constate ce conseiller viticole. Sur un marché fortement concurrentiel, "la France doit faire le choix de la production qualitative", argue-t-il. 

 

Un ensoleillement plus important et des températures plus élevées : le réchauffement climatique profite aux vignerons franciliens qui parviennent à une meilleure maturité du raisin et des vins plus sucrés. Les aléas (gel, précipitations, etc.) qui en découlent sont rapidement évacués par Antoine De Clermont-Tonnerre : "C'est le métier du vigneron de s'adapter".

« Premières vendanges prometteuses en Île-de-France »

Grâce à ce climat "exceptionnel", Jean-Michel Bourgoin n'a fait subir aucun traitement chimique à ses six cépages, mais "ce ne sera pas toujours le cas", prévient Patrice Bersac.

Au pressoir, entourés de cuves sur lesquelles sont inscrits "Gamay", "Pinot noir", "Chardo", Patrice, Antoine et Jean-Michel dégustent le jus un peu laiteux des grappes fraîchement pressées.

 

Après "750 heures par an passées dans la vigne", les trois hommes ressentent "de la joie, de la fierté", avant la première bouteille de vin nouveau en octobre.

 

(Source AFP)

Partager cet article
Repost0

commentaires

B
Si vous voulez supprimer les pubs de votre blog n'hésitez pas a consulter cette page, elle vous aidera a avoir un blog plus propre sans débourser un centime et en quelques minutes, merci pour le partage en tous cas. https://supprimer-la-pub-sur-overblog.blogspot.com/2020/09/supprimer-la-pub-sur-overblog-en.html
Répondre

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche