Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 18:52

Domaine-de-Trevallon-3.jpgLe domaine de Trévallon se situe sur la commune de Saint-Etienne-du-Grès, dans le département des Bouches-du-Rhône, à 25 km au sud d’Avignon et à 7 km à l’ouest de Saint-Rémy-de-Provence, sur le versant nord des Alpilles.

 

Un massif calcaire aux crêtes déchiquetées évoquant « des roches grecques » comme l’écrivait le poète provençal Frédéric Mistral. La vigne est parfaitement intégrée à ce paysage envoûtant de garrigue. Elle y côtoie les chênes verts, les oliviers et les amandiers.

La première chose qui saisit le visiteur, en arrivant au domaine de Trévallon, est cette roche calcaire, d’un blanc éclatant, aux formes éclatées, se découpant à vif dans un ciel à l’atmosphère transparente. Le contraste est d’ailleurs impressionnant entre les vignes tirées au cordeau et le plissement sauvage de la roche.

Le vignoble de Trévallon s’étend sur 20 ha disséminés autour d’un mas aux volets bleu ciel :

15 ha de rouges composés à parts égales de cabernet sauvignon et de syrah. Et 2 ha de blancs constitués de 45 % de marsanne, 45 % de roussanne et de 10 % de chardonnay.

 

Le domaine de Trévallon fut acquis en 1955 par René Dürrbach.

Cet artiste, à la fois peintre et sculpteur, cherchait à fuir l’agitation de la Côte d’Azur pour se retirer dans un coin plus paisible et y accueillir ses amis, Picasso, Léger, Delaunay, Gleizes.

 Domaine-de-Trevallon-1.jpg

Il décide alors d’y planter de la vigne. En 1973, à 23 ans, son fils, Eloi Dürrbach, alors étudiant en architecture à Paris, s’installe dans un des mas, celui de Trévallon, et entreprend la création d’un vignoble en dynamitant les collines entourant le domaine.

Des travaux pharaoniques sont ainsi engagés, des éclats de roche étant intégrés à la terre après un travail en profondeur des sols.

 

Les premières vignes sont plantées durant l’hiver 1973 sur trois hectares, dans un site tout à fait extraordinaire, mélange de garrigues et de rochers calcaires.

 En 1976, la première cuvée de Trévallon voit le jour. Le vignoble qui compte aujourd’hui 17 hectares (15 hectares de rouges) est constitué de petites parcelles situées dans un rayon de deux kilomètres autour de la cave.

 

Les vignes sont cultivées de façon naturelle et traditionnelle sans insecticide, ni engrais, ni herbicides chimiques. Pour la production de vins rouges, Eloï Durbach a fait le choix d’une répartition à parts égales entre Cabernet  Sauvignon et syrah.

Une décision qui lui a valu un refus de l’INAO d’homologuer son vin en AOC Baux de Provence lors de la création de l’appellation, en 1993.

 

En cause, le cabernet sauvignon, trop fortement représenté dans l’assemblage. C’est pourtant lui qui confère au vin un caractère particulier sur le terroir des Alpilles, il apporte des notes épicées, avec des arômes de cannelle et de poivre.

La syrah confère au vin son moelleux et un caractère soyeux, envoûtant.

 

Depuis le millésime 1996, les étiquettes (portant désormais la mention VDP des bouches du Rhône) varient chaque année et sont illustrées d’après des dessins originaux réalisés par René Dürrbach quelques années avant son décès, en 2000.

Le domaine est à présent géré par Éloi et ses enfants, Antoine et Ostianne.

 

Les vins, salués unanimement par la critique, figurent sur les cartes des meilleurs restaurants.

 

Les vins dégustés :

2008

Robe rouge violacée à noire, foncée et dense.

Nez expressif, minéral, boisé, grillé, poivron (Bordeaux), éphémère.

Bouche agréable, bel équilibre, bonne longueur, tannins et matières présents mais souples, acidité finale qui ne plait pas à tous !! Finale sur la fraicheur, arômes de cacao et chocolat noir. Bien

Note 14/20

 

2006

Robe rouge violacée à noire, foncée et dense.

Nez sous-bois, poussière, fruits noirs, cassis (+ syrah).

Bouche puissante, tannins et corps serrés, longueur moyenne, moins en place et expressif. Début d’évolution avec des arômes tertiaires (empyreumatique et torréfaction. Un peu mieux avec l’aération dans le verre.

Note 13/20

 

2004

Robe rouge violacée à noire, foncée et dense.

Nez cacao, chocolat noir, poivron, bois précieux, havane.

Bouche soyeuse, finesse et équilibre, belle longueur, tannins et corps fondus mais présents, finale torréfiée et persistance grillée. Très bien

Note 15+/20

 

2003

Robe rouge noire foncée, dense et profonde. Pas de traces d’évolution même sur les bords du disque.

Nez de bordeaux, sous-bois, havane, torréfaction, bois précieux, cacao, poivre, expressif.

Bouche superbe, équilibre et finesse, tannins et corps fondus, très belle longueur, finale sur le boisé noble et persistance fruitée (cassis). Très bien avec un formidable potentiel d’évolution.

Note 16+/20

Ce vin a été dégusté avec le repas (Rôti de porc et pommes sautées).

 

1997

Robe rouge grenat tuilée à orangée. Evolution marquée avec des dépôts.

Nez de sous-bois, champignons, truffe, musc, cuir, griottes, les arômes sont volatiles.

Bouche très agréable car beaucoup de finesse et élégance.

Le travail du temps a assoupli le vin qui possède un bel équilibre. Tout est en place et fondu. Bonne longueur et finale acidulée. La persistance est fruitée et torréfiée. Bien mais à boire car il commence à être marqué par l’évolution.

Note 15/20

Domaine-de-Trevallon.JPG 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Dégustations 2013
commenter cet article

commentaires

Un vrai déliceJeanne 09/04/2013 00:33

Merci pour l'histoire et toutes ces informations intéressantes ! Je connais ce vin mais pas vraiment la région ! Belle semaine ensoleillée. Jeanne

Bacchus & Dionysos 09/04/2013 04:18



Toujours heureux de partager.
Ici, on a du beau temps avec quelques passages pluvieux pour raffraichir!!
Bon mardi.



Eric M. 08/04/2013 21:12

Domaine de Trévallon 2003
Le nez est tertiaire sur les fruits noirs, le bois noble.
La bouche est expressive mais avec une matière assez légère et des tanins un peu asséchants en fin de bouche.
C’est mon premier Trévallon et je m’attendais à avoir plus de matière en bouche.
Le vin est déjà bien évolué et on se croirait réellement en bordelais en le buvant.
J'en attendais plus...

Eric

Méline 08/04/2013 12:55

Une découverte pour moi aujourd'hui... je ne connais pas ce Domaine, pourtant je connais bien la région de St-Etienne... j'ai sûrement loupé quelque chose...lol... je suis assez séduite par les
cépages nombreux et fruités que ce Domaine abrite... Excellente information, merci beaucoup Bob, je vais essayer d'explorer ce vin nouveau pour moi..
Je te souhaite une très belle journée de lundi, bises
Jacqueline

Bacchus & Dionysos 08/04/2013 21:02



Bonsoir Jacqueline,
Très heureux du partage pour un Domaine qui est de plus en plus encensé par les critiques.
Nos commentaires dès jeudi!!
Bonne semaine et bises.


 



Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche