Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 22:23

Boudé par la critique à sa sortie en primeur, 2004 s'avère pourtant aujourd'hui d'une très belle qualité pour les grands vins rouges.

 

Le mois de juin, beau et sec, est propice à une floraison rapide, avec un décalage minime entre les cépages.

 

Le temps relativement clément se poursuit en juillet, mais se dégrade considérablement à partir du 15 août, avec une insolation insuffisante et une pluviométrie excessive. La probabilité d'un millésime tardif et trop abondant inquiète la profession, mais à l'instar de 2002, une première moitié de septembre magnifique provoque un retournement de situation spectaculaire.

 2004 à Bordeaux

La grandeur de 2004 tient avant tout dans l'extraordinaire régularité de sa qualité.

Aucune rive ne prend le pas sur l'autre, tous les cépages sont réussis, y compris le Petit-Verdot, exceptionnel, introduit jusqu'à 10% dans certains Grands Vins.

 

Taillés pour le vieillissement, les 2004 présentent de savoureuses notes de fruits rouges et un boisé délicat, un corps charnu, des tannins soyeux et une concentration remarquable.

 

Si les liquoreux ont bénéficié d'excellentes conditions de surmaturation, ils ne s'avèrent pas à la hauteur de l'incroyable 2003 précédent.

 

Enfin, la réussite des grands blancs secs tient davantage au travail soigné de certains producteurs qu'au fabuleux mois de septembre. 

  

Les vins dégustés :

   

Château La Fleur De Boûard – Lalande de Pomerol

Robe rouge pourpre, dense et profonde, pas d’évolution.

Nez fruits noirs, boisé, sous-bois, expressif.

Bouche puissante, matière et tannins présents. Vin bien fait mais jeune. S’assouplit avec l’aération dans le verre. Longueur moyenne. Finale légèrement desséchante. A attendre.

Note : 14/20

 

 

Château Troplong-Mondot – Saint-Emilion GC

Robe rouge pourpre, dense et profonde, pas d’évolution.

Nez moins expressif que N°1 sur des odeurs de meubles anciens, poussière, sous-bois et cigare.

Bouche superbe, beaucoup de finesse et équilibre. Le vin est soyeux avec une belle minéralité. Matière et tannins fondus. Finale superbe et belle longueur. Déjà fort agréable à boire pouvant attendre. Un grand vin.

Note : 17+/20

 

 

Château Talbot – 4ème GC Saint-Julien

Robe rouge pourpre, dense et profonde, pas d’évolution

Nez sous-bois, champignons, humus, feuilles mouillées, café et torréfaction. Expressif et complexe.

Bouche superbe, beaucoup de finesse et équilibre. Matière et tannins fondus. Finale sur le boisé avec des notes torréfiées et une belle longueur. Voilà un grand Talbot qui fait briller l’Appellation St-Julien. A boire avec du potentiel.

Note : 17/20

 

 

Carruades de Lafite – Pauillac

Robe orangée tuilée, plus marquée par l’âge.

Nez étable, animal, musc, bois et torréfaction, évolution.

Bouche équilibrée et finesse, bonne longueur, tanins et matière fondus. Finale et persistance fruitées. Vin soyeux. J’aime mais il n’a pas plu à certains qui l’ont trouvé déstructuré, court, à revoir.

Note : 16/20

 

 

Domaine de Chevalier – Pessac-Léognan

Robe rouge pourpre, dense et profonde, pas d’évolution

Nez discret puis bois précieux, havane, minéral.

Bouche superbe, équilibre et finesse, Tannins et matière présents mais fondus. Très belle longueur et finale fruitée avec de la fraicheur. Tout est là et bien en place. Un grand vin comme sait en produire Chevalier.

Note : 18+/20

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Dégustations 2014
commenter cet article

commentaires

http://les-tables-de-fabymary.overFabymary POPPINS 16/01/2014 08:08

vous avez du encore passer de bons moments et tu as bien raison, bisous

Bacchus & Dionysos 19/01/2014 04:06



Un très grand moment.
Bon dimanche.
Bises.



Julien O. 07/01/2014 19:52

Domaine de Chevalier Rouge 2004.
Bouteille bue il y a quelques temps.
La bouteille est ouverte environ 1 heure à l'avance. Pas de carafage.

Robe, sombre montrant quelques signes d'évolution

Nez, un doux parfum vient me chatouiller les narines alors que le vin vient juste d'être servi dans mon verre à une bonne trentaine de centimètre de moi... Quelle intensité ! Nez très expressif
donc sur des notes de fruits noirs et un légère touche fumée.

Bouche, très joli texture, c'est velouté, les tanins sont parfaitement fondus. La longueur est appréciable.

En conclusion, un belle bouteille.
Amitiés.
Julien

Bacchus & Dionysos 08/01/2014 05:11



Bonjour Julien,
Merci pour ton commentaire sur le Domaine de Chevalier.
Nous verrons ce soir si nos avis concordent.
Amitiés



Méline 07/01/2014 15:47

Je connais les vins du Domaine Chevalier, pas tous bien sûr mais quelques uns dont je raffole, ton article m'instruit de belle façon en qui concerne ce que je ne connaissais pas, merci à toi !
(j'ai une préférence pour les blancs)
Une garde d'une dizaine d'année doit offrir au dégustateur un vin à son apogée, bravo !
Je te souhaite une excellente journée de mardi, bises
Jacqueline

http://les-tables-de-fabymary.overFabymary POPPINS 07/01/2014 09:01

j'aime beaucoup qu'un vin soit de longue garde, ça permet d'attendre et de déguster dans des circonstances particulières le breuvage, bises

Bacchus & Dionysos 08/01/2014 05:13



Bonjour,
Tu as totalement raison et moi aussi, je préfère les vins qui ont pris un peu de bouteille.
Belle journée et bises.



Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche