Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Appellation Margaux« Château Margaux : un troisième vin en route »

Qui ne connaît pas Château Margaux ?

Une légende du Médoc qui ne laisse pas indifférents les amateurs asiatiques, comme nous l’indiquions il y a quelques jours. Il a tout pour lui mais il ne s’arrête pas là. Après le grand vin de Château Margaux, son second Pavillon Rouge de Château Margaux, la naissance du troisième est imminente.

 

Les responsables de Château Margaux évoquaient déjà cette possibilité lors des dégustations primeurs 2009.

C’est désormais officiel un troisième vin, issu de la sélection opérée sur Pavillon Rouge, sera commercialisé par Château Margaux.

En effet, la qualité exceptionnelle du millésime 2009 a non seulement permis de produire un second vin de grande qualité, mais aussi d’envisager la création d’une troisième cuvée, plutôt que de vendre en vrac les « jus » non sélectionnés.

Le premier millésime de cette nouvelle cuvée (dont on ne connaît pas encore le nom), le 2009 donc, ne sera pas vendu en primeurs, uniquement en bouteille lorsqu’il sera disponible.

 

D’autres « troisièmes vins » existent déjà, commercialisés sous des étiquettes qui pour certaines évoquent directement le grand vin.

Latour produit en effet un « Pauillac de Château Latour », par exemple.

Pour d’autres domaines, le troisième vin porte un nom bien distinct. Au Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande, il est commercialisé sous l’étiquette du domaine des Gartieux.

 

« Lafite et Carruades : la hausse est-elle finie ? »

Les ventes de ces derniers jours indiquent clairement la tendance. La hausse des prix sur Lafite semble terminée. Et pour les Carruades, second vin de Lafite, un mouvement de baisse s’amorce. Un signal pour tous ceux qui se demandent quand il faudra vendre ce premier cru classé de Pauillac.

 

Depuis quelques mois, la hausse extravagante des prix sur les vins de Lafite tendait à faire mentir le vieil adage boursier selon lequel « les arbres ne montent pas jusqu’au ciel ». Mais là, depuis quelques jours, celui-ci semble à nouveau se vérifier.

 

Les dernières ventes ont en effet montré que le marché n’est plus prêt à acheter ces flacons, si prisés par les amateurs chinois, à n’importe quel prix. Exit les lots de quelques bouteilles aux étiquettes légèrement abîmées, griffées ou tachées. Exit les vins ne présentant pas un niveau parfait dans la bouteille : les acheteurs n’en veulent plus.

Seuls les flacons présentés dans un état impeccable, et si possible logés en caisse bois d’origine, continuent à attiser la spéculation.

Chai à barriques de Lafite Rothschild

Sur le grand vin de Lafite, en dehors des millésimes phares (1990, 1996, 2000), le niveau moyen du prix de la bouteille tend à se lisser, pour s’établir dans une fourchette qui va de 700 à 760€.

Ce qui a pour conséquence un léger surenchérissement du prix de certains millésimes mineurs des années 1990 : 1991, 1992, 1993, 1999 par exemple, se sont affichés en légère progression lors des dernières ventes. Sur les grands millésimes de Lafite, les vendeurs ne doivent plus se montrer trop gourmands, plusieurs lots millésimés 1990 n’ont pas trouvé preneur ces derniers jours.

Attention aussi au chiffre « 8 », porteur des espérances (de valorisation) les plus folles pour les vendeurs. Lafite 1998 s’est adjugé à un niveau stable, tandis que des magnums de 2008 restaient invendus.

 

Carruades de Lafite : la baisse

S’agissant des Carruades de Lafite, la tendance était plutôt à la baisse ces derniers jours, d’autant que les vins ne présentaient pas des états parfaits.

Le millésime 1988 a été vendu en baisse de 24% (à 233€ tout de même), le 1993 a trouvé preneur à 229€ (-13%).

Quant à ce lot de Carruades 1996, présentant, il est vrai, des étiquettes abîmées, voire très abîmées, il n’a pas dépassé 192€ (-36%). Pour ce second vin également, plusieurs grandes années telles que 1989, 2000 et 2003 sont restées sans acheteur en raison d’un état jugé insuffisant en regard du prix demandé par les vendeurs.

 

« Coppola recrute l’un des talents de Château Margaux »

Serait-ce Apocalypse Now à Château Margaux ? Le directeur de domaine Philippe Bascaules quitte le célèbre premier cru classé français pour prendre la relève, au domaine Inglenook en Californie, du vinificateur Scott Macleod, parti l’année dernière.

 

Philippe Bascaules, au service du Château Margaux depuis 21 ans, dont 11 ans en tant que Directeur de domaine, a succombé au charme des vins Californiens. « Leur fraîcheur et leur complexité m’ont bluffé et notamment lors de la dégustation du millésime 1959. Les vendanges 2009 sont elles aussi très prometteuses ce qui met en avant le grand potentiel de ce vignoble. » S’est-il empressé d’annoncer pour expliquer son choix.

 

Il sera affecté au même poste dans le vignoble californien, et en relation avec les consultants bordelais qui interviennent, au premier rang desquels Stéphane Derenoncourt.

Cette situation semble convenir à Francis Ford Coppola, actuel propriétaire de Inglenook, qui après avoir annoncé le changement de nom de son vignoble, est ravi d’intégrer, dans son équipe, Philippe Bascaules.

 

Rebaptisé Rubicon Estate par Coppola lors de son rachat, le vignoble se retrouvera son nom d’origine Inglenook Un nom prestigieux que le producteur américain a annoncé avoir racheté il y a quelques jours au Wine Group.

Avec l’arrivée de Philippe Bascaules, son propriétaire souhaite continuer à faire progresser la qualité des vins et développer le concept de terroir, un vin culturel et historique qui permettrait de renouer avec sa réputation d’antan. Tel est le défi que Philippe Bascaules devra relever.

 

Rappel sur l’histoire du vignoble Inglenook Winery :

Fondé en 1879 par Gustave Niebaum, Inglenook Vineyards était considéré jusqu’en 1960 comme l’un des vignobles californiens les plus réputés. Il se situe près de Rutherford en Californie dans la célèbre région de la Napa Valley.

  

En 1975, après un démantèlement de la propriété, le nom disparaît. Quelques parcelles du domaine Inglenook seront rachetées par le réalisateur Francis Ford Coppola et nommées Rubicon Estate Winery.

 

Depuis 20 ans, ce dernier se bat pour réunifier le domaine et produire des vins de qualité à la hauteur de sa réputation historique. Le nom même d’Inglenook a été racheté récemment par Francis Ford Coppola. Le vignoble est planté de cabernet sauvignon, zinfandel, cabernet franc, merlot, syrah, et 2,4 ha de cépages blancs qui constituent le fleuron de ce domaine, sur une parcelle appelée Blancaneaux.

 

Texte IDEALWINE (http://www.idealwine.net/blog/).

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche