Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 10:11

Le prestigieux domaine viticole Bonneau du Martray Côte-d'Or, une propriété familiale depuis deux siècles, vient de passer sous pavillon américain après la cession de la majorité du capital à l'homme d'affaires Stanley Kroenke, propriétaire du club de football londonien d'Arsenal, selon le site des Echos.

 

Le montant de la transaction n'a pas été révélé. La famille Le Bault de la Morinière n'a pu être jointe dans la soirée et le Bureau Interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB) n'était pas informé de cette transaction.

 

Propriété familiale depuis près de deux siècles, ce domaine viticole de 11 hectares d'un seul tenant, situé à Pernand-Vergelesses, produit exclusivement deux grands crus très réputés : Corton Charlemagne (blanc) et Corton (rouge), en majorité pour l'export.
 

« Le domaine Bonneau du Martray sous pavillon américain!! »

Le riche homme d'affaires américain Stanley Kroenke, 69 ans, est le principal actionnaire d'Arsenal mais aussi de plusieurs franchises sportives aux États-Unis ainsi que de domaines viticoles en Californie, dont le Screaming Eagle dans la Napa Valley.

 

Selon son directeur des opérations viticoles, Armand de Maigret, cité par Les Echos, cette première acquisition à l'étranger est "le produit d'un coup de foudre".
 

(Source AFP)

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article
3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 09:08
« Bonne et Heureuse Année 2017 »

Les Compagnons de la Grappe au Soleil vous adressent tous leurs meilleurs vœux pour cette nouvelle année.

 

 

On vous souhaite une très belle année 2017, faite de dégustations plus surprenantes les unes que les autres, des dîners de douceurs, et beaucoup de moments de bonheur partagés.

 

 

Pour les Compagnons de la Grappe au soleil, nos réunions mensuelles devraient encore nous offrir de beaux moments.

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article
21 décembre 2016 3 21 /12 /décembre /2016 13:00

Les cafés, restaurants, stations-service et magasins qui vendent de l'alcool devront désormais exiger la preuve que leur client est majeur, aux termes de nouvelles dispositions visant à protéger les jeunes et qui seront affichées dans les débits de boissons.

 

Dans un communiqué publié vendredi 15 décembre, la Direction générale de la santé (DGS, ministère de la Santé) souligne que ces nouvelles dispositions ont été introduites pour répondre "à l'augmentation inquiétante des alcoolisations massives chez les 15-25 ans".

"Ainsi, tout vendeur d'alcool doit désormais obligatoirement exiger la preuve de majorité du client lors de l'achat", alors que jusqu'à présent cette démarche était seulement facultative, précise la DGS.

L'obligation du vendeur figurera expressément sur les nouvelles affiches relatives à l'interdiction de vente d'alcool aux mineurs qui devront être apposées sur tous les débits de boissons à consommer sur place ou à emporter ainsi qu'aux stations-service.

 

Des bandeaux ont par ailleurs été créés spécialement pour les sites internet de vente en ligne qui ne disposaient pas, auparavant, de format adapté. Le renforcement de l'interdiction de vente d'alcool aux mineurs figure dans la nouvelle loi santé de janvier 2016.
 

« Tout vendeur d'alcool devra exiger la preuve de la majorité du client »

Trois modèles d'affiches destinés respectivement aux débits de boissons à consommer sur place, à ceux faisant de la vente à emporter et aux points de vente de carburant ont été publiés au Journal officiel en octobre dernier.

L'une d'entre elles rappelle qu'"il est interdit de recevoir dans les débits de boissons des mineurs de moins de 16 ans qui ne sont pas accompagnés par l'un de leur parent ou d'un majeur responsable".


Elle précise également qu'il est interdit aux cafetiers "de proposer des alcools à prix réduits pendant une période restreinte (happy hours) sans proposer également sur la même période des boissons sans alcool à prix réduit".

Même si les jeunes Français n'égalent pas les pratiques d'alcoolisation massive rapide ("binge drinking") courantes dans certains pays d'Europe du Nord et de l'Est, 16% des filles de 15 ans et 17% des garçons du même âge déclarent avoir été ivres au moins deux fois dans leur vie, selon un récent rapport de l'OCDE.

La moyenne européenne se situe à 24% pour les filles et 27% pour les garçons. La consommation d'alcool en général reste pour sa part supérieure à la moyenne européenne, avec près de 12 litres d'alcool pur par an et par habitant, à la 8e place des pays européens.


(Source AFP)
 

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 11:20

Il se vend deux fois moins de Beaujolais nouveau qu'il y a dix ans. Aujourd'hui, vignerons et acteurs du Beaujolais souhaitent s'affranchir de cette image de vin "marketing" et espèrent transformer cet évènement en "fête de tous les vins du Beaujolais".

Le Beaujolais nouveau arrive aujourd'hui, mais les vignerons, soucieux de redonner du corps à une fête jugée trop marketing, prennent soin de parler désormais des "Beaujolais nouveaux" et envisagent même d'élargir la fête à tous les Beaujolais.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, à minuit, les tonneaux ont roulé sur la place des Terreaux dans le centre de Lyon avant d'être percés pour lancer les festivités. L'an dernier, la manifestation s'était faite discrète, quelques jours après les attentats du 13 novembre.

Cette année, la profession a dû composer avec un printemps trop pluvieux et une grêle dévastatrice dans le nord du vignoble. Mais un mois d'août inespéré et une belle arrière-saison ont permis aux grains d'arriver à maturité et aux volumes de se renflouer.

 

 « Jour J pour le Beaujolais nouveau qui souhaite se réinventer !! »

Le Beaujolais est une des rares régions viticoles a avoir une récolte pleine quand elle en baisse en moyenne de 10% en France. Niveau qualité, "les 2016 misent plus sur l'élégance que sur la puissance et conservent un parfait équilibre entre acidité, fruits et structure", avance Bertrand Chatelet, directeur de la Sicarex, l'institut de recherche de l'inter-profession.

Inter-Beaujolais prend bien soin de ne plus parler de goût de banane ou de tabac, tentant justement d'effacer cette image de vin de mauvaise qualité trop marketing. Car il se vend aujourd'hui deux fois moins de Beaujolais nouveau qu'il y a dix ans.

L'an dernier, les ventes ont continué de reculer avec 25,7 millions de bouteilles vendues, contre 28 millions en 2014. Et pour 2016, les ventes en vrac s'annoncent déjà en repli de 5%.


 

 « Jour J pour le Beaujolais nouveau qui souhaite se réinventer !! »

"La mayonnaise est retombée sur le Beaujolais nouveau, si on compare à la folie des années 1980. Ce n'est pas plus mal. Maintenant, c'est plus sérieux. Nous, viticulteurs, on souhaite se réapproprier le Beaujolais nouveau qui est vendu à 80% en vrac. On voudrait donc que peu à peu cette fête devienne celle de tous les vins du Beaujolais", explique David RATIGNIER, vigneron à Saint-Etienne-la-Varenne (Rhône) et vice-président d'Inter-Beaujolais.

Car, note-t-il, les gens qui viennent déguster en cave partent certes avec du primeur mais surtout avec des vins de garde qui ont un "très bon rapport qualité-prix et sont méconnus", souligne-t-il.


 

Il y a deux ans, les crus du nord de l'appellation, qui ont le vent en poupe (comme Brouilly, Fleurie ou Moulin-à-Vent), avaient divorcé des Beaujolais "ordinaires", rendant difficile une démarche commune de la profession.
 

(Source AFP)

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article
4 novembre 2016 5 04 /11 /novembre /2016 10:55
Start up biterroise, le Petit Béret a développé une technologie innovante pour obtenir, à partir du raisin et sans fermentation, une boisson sans alcool mais avec le goût du vin. Elle vise le marché colossal des consommateurs qui ne boivent pas d’alcool.
 

Il a l’apparence du vin, le goût du vin, mais ce n’est pas du vin. Le Petit Béret, lancé par la start up biterroise éponyme, est le fruit de 5 années de recherche et développement en partenariat avec l’Inra de Pech Rouge et le CTCPA d’Avignon (Centre Technique de conservation des produits agro-alimentaires).

 

Le créateur de l’entreprise, Fathi Benni, diplômé d’une école de commerce avec deux ans de spécialisation à Montpellier Supagro, a développé avec son frère Rachid, ingénieur des Mines d’Alès, un process pour transformer un jus de raisin en une boisson dont les caractéristiques organoleptiques se rapprochent du vin, sans passer par l’étape de la fermentation alcoolique. « Ce n’est pas un vin désalcoolisé, où l’on retrouve toujours des traces d’alcool (entre 0,8 % et 2,6 %). Nous travaillons à partir des moûts, dont nous extrayons le sucre pour arriver à des teneurs d’environ 30 g/l, avec un pH comparable à celui du vin », explique Fathi Benni.

« Le "Petit Béret" promet le goût du vin sans alcool et sans fermentation »

Secret de fabrication oblige, impossible d’en savoir plus sur cette nouvelle technologie si ce n’est qu’elle respecte le caractère naturel du raisin : la boisson ne contient ni sulfite, ni alcool, ni conservateur, mais exprime les arômes des cépages notamment la syrah en rouge, le grenache et le cinsault en rosé et le sauvignon en blanc.

« Nous avons travaillé un an sur la stabilité du produit, pour trouver le moyen d’éviter tout départ en fermentation. La solution provient à la fois du process et du contenant, notamment des capsules qui sont parfaitement hermétiques », confie Fathi Benni.

Pour travailler l’expression aromatique de cette boisson innovante, le jeune créateur a fait appel à Dominique Laporte, meilleur sommelier de France en 2004, qui peaufine les assemblages.

 

« Le Petit Béret ne viendra pas cannibaliser le marché du vin. Il s’adresse à une autre cible : tous ceux qui pour une raison ou une autre ne peuvent ou ne veulent pas consommer d’alcool : diabétiques, femmes enceintes, musulmans… Un potentiel colossal puisqu’on compte 1,5 milliard de consommateurs musulmans dans le monde », poursuit le jeune entrepreneur. Le produit a d’ailleurs été testé à Dubaï lors du salon Gulfood en février 2016. « C’est la seule boisson au monde aux caractéristiques organoleptiques du vin véritablement Halal car elle n'a jamais eu de trace d'alcool ! », précise-t-il.

« Le "Petit Béret" promet le goût du vin sans alcool et sans fermentation »

Lauréate du concours national des entreprises agro alimentaires en 2015 et du concours agropole 2016 organisé par le Sénat, la start up biterroise a déjà commercialisé 10 000 bouteilles en France depuis le mois de mai. Ses trois produits (rouge, rosé et blanc) sont en rayon dans les magasins Carrefour du Languedoc-Roussillon au prix de 5 € la bouteille.

 

« Ce sont de nouveaux débouchés que nous proposons aux viticulteurs du Languedoc-Roussillon en recrutant des consommateurs qui ne consomment pas de vin » assure Fathi Benni qui, avec le soutien de sud de France, souhaite assurer son sourcing dans le vignoble languedocien.

Lors de ces dernières vendanges, il s’est approvisionné en raisins dans le vignoble régional pour produire 200 000 cols cette année.

 

(Source VITISPHERE)

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article
20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 10:42

La production mondiale de vin en 2016 est estimée à 259 millions d'hectolitres, soit un recul de 5% par rapport à 2015, a annoncé ce jeudi 20 octobre l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV).

Cette production compte "parmi les plus faibles depuis 20 ans" mais elle recouvre des situations "très contrastées, conséquences des évènements climatiques", a précisé l'OIV lors d'une conférence de presse.
 

Dans ce contexte, l'Italie devrait maintenir sa place de premier producteur mondial avec 48,8 millions d'hectolitres (-2% par rapport à 2015), suivie par la France (41,9 millions d'hectolitres, -12%).
 

Parmi le trio de tête, "seule l'Espagne avec environ 37,8 millions d'hectolitres progresse légèrement (+1%)", relève l'OIV. Les Etats-Unis sont en quatrième position avec 22,5 millions d'hectolitres (+2%) et l'Australie occupe la cinquième place mondiale (12,5 millions d'hectolitres, +5%).
 

« La production mondiale de vin recule de 5% en 2016 »

"En Amérique du Sud les productions baissent fortement en Argentine (8,8 millions d'hectolitres) au Chili (10,1 millions) et au Brésil (1,4 million)", souligne l'Organisation dans un communiqué.

L'Italie est devenue en 2015 le premier producteur mondial devant la France, selon l'OIV, la production transalpine ayant progressé de 10% sur l'année, à 48,9 millions d'hectolitres, quand celle de la France stagnait à 47,3 millions.

 

Selon un rapport présenté en mars à Rome par la principale confédération italienne de cultivateurs, l'Italie est également désormais le premier exportateur mondial de vin.

La production mondiale s'était établie à 276,6 millions d'hectolitres en 2013, un cru record, mais a depuis subi de nombreux aléas climatiques.



(Source AFP)

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche