Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 12:02

Laurent Ponsot (Domaines Ponsot), Christophe Roumier (Domaine Georges Roumier) et Aubert de Villaine (Domaine de La Romanée-Conti), trois responsables de grands domaines français de Bourgogne ont témoigné jeudi 12 décembre 2013 à New York dans le procès du collectionneur de vins Rudy Kurniawan.

En vendant de faux vins, Rudy Kurniawan a trompé de nombreux acheteurs, mais il a également trahi plusieurs vignerons.

 

Co-propriétaire du Domaine Ponsot, Laurent Ponsot a raconté à la barre comment il avait été alerté par e-mail en avril 2008, deux jours avant une vente aux enchères à New York, où étaient notamment proposées 97 bouteilles de son domaine, estimées à entre 440.500 et 602.000 dollars.

procesgrand.jpg
L'entrée de la Cour fédérale à New York. 
"Depuis quand produisez-vous du Clos Saint-Denis?", lui demande un ami. "Pourquoi?", lui répond le vigneron. L'ami lui explique que la vente propose du Clos Saint-Denis des années 1945 et 1949. "C'est une appellation que nous avons commencée en 1982", a expliqué M. Ponsot aux jurés new-yorkais.
Il contacte immédiatement la maison d'enchères, Acker Merrall & Condit, et demande que ses vins soient retirés. Le "oui" qu'il obtient au téléphone ne le rassure pas: il saute dans un avion. "Je suis arrivé dix minutes après le début de la vente", raconte Laurent Ponsot. Les vins, proposés par Rudy Kurniawan, sont alors retirés.

Plusieurs des bouteilles étaient exposées jeudi 12 décembre 2013 dans la salle d'audience, et Laurent Ponsot en a facilement expliqué la contrefaçon, détaillant les étiquettes, les capsules. "Celle-là est évidente. Du Clos Saint-Denis de 1945, cela ne peut pas exister. Et une étiquette (du revendeur) Nicolas ? Nous n'avons jamais vendu à Nicolas", explique-t-il en anglais, bouteille à la main.

Un Clos de la Roche 1929 ? "Nous n'avons commencé à mettre en bouteille au domaine" que dans les années 30.

Laurent Ponsot pointe les nombreuses erreurs, une étiquette des années 50 sur un prétendu Clos de la Roche de 1945, la signature de son grand-père au lieu de celle de son père sur une autre bouteille, une capsule dorée quand le Domaine n'en a jamais utilisé.
 
Laurent Roumier, du Domaine du même nom, a lui aussi témoigné de contrefaçons de ses vins évidentes, comme un Bonne Mares, autre grand cru de Bourgogne, de 1923. C'était un an avant la création du Domaine.
 
Troisième à témoigner, Aubert de Villaine, co-gérant du domaine de la Romanée-Conti, l'un des domaines les plus prestigieux au monde, a été invité à regarder certaines étiquettes datées 1899, 1906... trouvées chez Kurniawan. "C'est extraordinaire, tant d'étiquettes pour des vins qui ont complètement disparu. Je n'en ai jamais eu autant dans la main", a-t-il déclaré, déclenchant les rires. 

À l'audience, Kurniawan, costume anthracite, écoute, plus impassible que jamais, en picorant des bonbons mentholés. La vente aux enchères de 2008 a scellé sa chute. Le petit monde des richissimes collectionneurs de grands vins se détournera du jeune Indonésien au palais extraordinaire aussi rapidement qu'il s'en était entiché à partir de 2002.
 
Kurniawan, qui avait été arrêté le 8 mars 2012, risque jusqu'à 40 ans de prison.

(Source AFP)
Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 17:43

Avis aux amateurs de la région bordelaise et pas qu'à eux d'aillerurs, Pessac-Léognan vous ouvre ses portes le weekend du 7 & 8 décembre.

 

" Les portes ouvertes de Pessac ", c’est l'évènement à ne pas manquer.

L’occasion idéale pour profiter du patrimoine viticole de la région, déguster les grands vins de l’appellation, visiter les châteaux et découvrir leur histoire.

Les Portes Ouvertes de Pessac-Léognan 

Vous aurez le choix parmi 38 châteaux dont 6 crus classés.

 

Parmi les plus connus, vous pourrez visiter les châteaux Pape Clément, Couhins, Carbonnieux, Larrivet Haut-Brion et Bouscaut.

Cette visite vous offrira l’occasion de découvrir les vins rouges et les blancs, souvent moins connus, de Pessac-Léognan.

 

De nombreux ateliers de dégustation sont proposés lors de cet évènement, avec vins et fromages, foie gras, huitres, mais aussi des expositions artistiques.

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 22:46

L’hôtel Matignon va prochainement se séparer de 10% de sa cave lors d’une vente aux enchères qui se déroulera à Drouot.

 

Il y a quelques mois, la vente d’une partie de la cave de l’Elysée avait rapporté plus de 700.000 euros dans les caisses de l’Etat (Voir ici).

Une somme réinvestie en partie pour renouveler la cave en achetant des crus un peu moins prestigieux.

Hotel-Matignon.jpg

Ce sont 1.400 bouteilles qui seront proposées dans le cadre de cette vente aux enchères.

Les lots mis en vente sont issus des grandes régions viticoles françaises. Bordeaux bien sûr sera représenté, avec entre autres les Châteaux Mouton Rothschild 2000, Château Ausone 1995, Château Cheval Blanc 1992, Château Lafite 1993, Château Margaux 1985 ou Château d’Yquem 1995.

 

En Bourgogne la cave compte plusieurs flacons issus de l’illustre domaine de la Romanée Conti : une bouteille de Romanée Conti 2004, un richebourg 2003 et un La Tâche 1990. En blanc, on trouvera des vins du domaine des Comtes Lafon.

Des vins d’Alsace signés Trimbach ou Weinbach sont également annoncés à la vente, de même que plusieurs grandes signatures de Champagne, Krug, Veuve Clicquot ou Taittinger.

 

« Conservés dans des conditions optimales, ces flacons sont estimés entre 15 euros et 5.500 euros», précise la maison de ventes dans un communiqué.

 

Les acquéreurs repartiront avec des flacons portant un macaron spécialement créé pour l’occasion à l’effigie de l’hôtel Matignon.

 

Combien rapportera cette vente ?

Réponse dans quelques jours!!

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 13:53

Beaujolais-Nouveau-2013-copie-1.jpgLa planète Beaujolais célèbre en ce jeudi 21 novembre (hier soir à mimuit) le millésime 2013 du Beaujolais nouveau.

 

Il serait  "fruité" et "gouleyant" selon certains professionnels du vignoble, qui souhaitent changer l'image du vin de primeur en lui redonnant "ses lettres de noblesse".

 

Comme le veut la tradition, à minuit pile ce troisième jeudi de novembre, amoureux du vin et néophytes lèveront leur verre en scandant "Le Beaujolais nouveau est arrivé!", slogan popularisé par le roman éponyme de l'écrivain René Fallet (1927-1983) et désormais mondialement connu.

"Nous sommes enthousiastes et optimistes", assure Jean Bourjade, délégué général de l'organisation interprofessionnelle Inter Beaujolais. "Cette année, sur les primeurs, nous avons des qualités que nous recherchons : beaucoup de fruit, du croquant, du gouleyant et de la fraîcheur".

 

Une fois encore, le Japon, premier marché à l'export en 2012 avec 8,8 millions de bouteilles,  a ouvert les festivités du Beaujolais nouveau avec huit heures d'avance.

 

Pour la troisième année, la campagne visuelle de lancement du Beaujolais nouveau reprend les codes de la haute-couture française.

 

En 2012, près de 100 millions de bouteilles de Beaujolais ont été commercialisées, dont 32 millions de Beaujolais nouveau, exportées pour près de la moitié dans 110 pays, selon l'organisation professionnelle.

 
Comme ce n'est pas ma tasse de thé, loin de là, je ne l'ai pas encore goûté, mais pour respecter la tradition et vous donner mon sentiment, je vais me "sacrifier"!!
Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 09:56

Avec 6,1 millions d'euros récoltés, la 153ème édition de la vente des Vins des Hospices de Beaune franchit un seuil jamais atteint depuis 2000, et c'est un record absolu au vu du faible nombre de tonneaux à la vente cette année. Une hausse due à la pénurie de vin en Bourgogne.

 

La vente des 443 pièces (des tonneaux de 228 litres) de 43 cuvées (Corton, Bâtard-Montrachet, Mazis-Chambertin, Pommard, Pouilly-Fuissé, Échezeaux, Meursault, Beaune premier cru…) a représenté 6 168 122 euros (frais inclus).

Hospices-2013-AFP.jpg

© AFP IMAGEFORUM

 

La pièce du président, un fût de 456 litres de Meursault-Genevrières premier cru, a été adjugée 131 000 euros à Yan Hong Cao, une Chinoise venue du Yunan avec son interprète. C'est la première fois qu'un Asiatique remporte la pièce de charité. Un symbole, puisque Christie's leur déroule le tapis rouge.

 

Le prix moyen pour une pièce a augmenté de 26,6 %, soit 13 013 euros, contre 10 278 euros en 2012, a précisé Christie’s dans un communiqué.

Les prix des vins blancs ont enregistré une progression de 20 %, tandis que ceux des rouges ont grimpé de 28 %.


 " Nous sommes très heureux de cet exceptionnel résultat qui a établi un nouveau record pour la vente de charité des vins des Hospices de Beaune. Malgré la plus modeste récolte depuis trente ans, les enchérisseurs de Christie’s de plus de 21 pays se sont affrontés avec vigueur sur ces 43 cuvées pour établir cette réussite historique ", a indiqué le directeur du département vins chez Christie’s Paris, Michael Ganne.

Cette année, 443 pièces étaient proposées à la vente, contre 518 l’an dernier, en raison d’une faible production liée aux aléas climatiques.

Cette hausse des prix était attendue dans un « contexte de stocks historiquement bas », selon le président de la Confédération des appellations et des vignerons de Bourgogne, Jean-Michel Aubinel.

(Source AFP)

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 14:04

La 153ème vente des vins des Hospices de Beaune aura lieu dimanche 17 novembre sur fond de très petite récolte et de pénurie de vins.

 

Pour la seconde fois de rang depuis son arrivée à la tête de la cuverie des Hospices de Beaune (en 2000), Roland Masse a dû, la mort dans l’âme, supprimer deux cuvées du catalogue : beaune Cyrot Chaudron (comme l’an passé d’ailleurs) et Pommard Billardet. 

En cause, l’orage de grêle qui a ravagé le vignoble beaunois fin juillet, et qui a proprement décîmé ces deux climats. 

Hospices-de-Beaune.jpg

Le domaine des Hospices de Beaune réalise cette année 55% d’une année moyenne de récolte normale. La situation se tend donc après un millésime 2012 qui était déjà en retrait d’un tiers en quantité moyenne.

Ainsi, il n’y aura que deux pièces de Corton-Charlemagne cette année en vente (contre six habituellement), et trois tonneaux de Pernand, contre dix... 
 

"Cette petite récolte va faire monter gentiment les cours", prévoit Louis-Fabrice Latour, du syndicat des négociants.  "Les vins se goûtent bien, pour autant ce n’est pas non plus un grand millésime" .

À vrai dire, les négociants se font surtout un sang d’encre pour les prochains mois qui vont voir flamber les prix en Côte-d’Or eu égard au peu de vin disponible, et ils se réjouissent que la vente des Hospices ait lieu en novembre, s’attendant ensuite à un printemps électrique avec des prix qui doubleront.

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche