Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 09:19

LVMH a publié, il y a quelques jours, d’excellents résultats pour l’exercice 2012.

Un chiffre d’affaire en hausse de 19%, un résultat net qui progresse de 1%. Même si elle ne constitue pas le principal moteur de croissance du groupe, l’activité des vins et spiritueux a elle aussi enregistré de belles performances.

Chateau-Yquem.jpg

 

« C’est une année record pour LVMH » se félicite Bernard Arnault, le président.

En 2012, le bénéfice net du groupe a en effet augmenté de 12%, pour atteindre 3,4 milliards d’euros. Le chiffre d’affaires, lui, progresse de 19% durant l’exercice et atteint 28,5 milliards d’euros. Bernard Arnaud, se dit « confiant dans l’évolution des affaires en 2013 ».

 

On le serait à moins!!!

 

L’activité vins et spiritueux a contribué à la formation de ce résultat, sans pour autant en constituer le moteur principal.

Cette branche du groupe réalise en effet une croissance organique de 11% de ses ventes et son résultat progresse de 14%.

 

Rappelons que le groupe possède les marques Moët & Chandon, Dom Pérignon, Veuve Clicquot, Krug, Mercier et Ruinart, Hennessy, The Glenmorangie Company, Château Cheval Blanc, Château d’Yquem, Domaine Chandon (Californie), Cheval des Andes (Argentine), les vodkas Belvedere, les Rhums 10 cane, les alcools blancs chinois Wenjun, etc.

 

C’est la crise en Europe, et alors, Bernard Arnaud ne s’en cache pas, si la croissance mondiale est présente partout sauf en Europe, ce n’est pas un problème pour le groupe Louis-Vuitton Moët-Hennessy, car « le fait de réaliser beaucoup de ventes auprès des visiteurs internationaux en Europe atténue les effets de la conjoncture dans cette zone ».

 

Le seul problème qui pourrait faire de l’ombre au groupe serait un euro trop fort, qui pourrait pénaliser les exportations, qui sont aujourd’hui le moteur de sa forte croissance. Globalement, l’avenir du groupe est tout de même assez sûr.

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 10:39

La vente aux enchères de la cave de Dijon, qui a eu lieu dimanche 27 janvier, a permis de récolter plus de 150 000 euros qui seront reversés au Centre communal d'action social pour des aides d'urgence de la ville.

Dijon.jpg

La ville s'est délestée de la moitié de ses bouteilles destinées aux invités de marque.

"La tradition consiste pour le maire à offrir à ses visiteurs prestigieux (ambassadeurs, délégations étrangères, ministres) un lot de trois bouteilles quand ils sont reçus à la mairie", décrit le sénateur-maire (PS) de la ville, François Rebsamen.

Dans les stocks de la ville, "il y a beaucoup de vins anciens. Je ne suis pas sûr que j'aurais trouvé l'occasion de les offrir", poursuit-il, assumant une "opération de communication pour rappeler que Dijon est une ville de vins".

Au terme de quatre heures d'enchères, le montant total de la vente a atteint 151.620 euros. Quatre-vingt pour cent de ce montant est attribué au Centre communal d'action sociale, pour financer des aides d'urgence. "Le reste des bénéfices de la vente servira au renouvellement de la cave de la ville et à la rémunération des experts", détaille la mairie.

"On n'a pas besoin de ça pour le budget de la ville, mais je trouvais que ça faisait une belle opération", tient à préciser M. Rebsamen.

Pièce phare de la vente, une bouteille de Vosne-Romanée Cros Parantoux 1er cru d’Henri Jayer, estimée à 1.000 euros, est partie pour 4.800 euros.

(Source AFP)

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 00:32

Le gouvernement a dévoilé les deux dossiers qui représenteront la France dans la course au Patrimoine mondial de l’Unesco en juillet 2014. Aucun des deux dossiers du vignoble (Bourgogne et Champagne) n’a été retenu.

5.JPG

 

« Je serais très déçu si l'Elysée choisissait de présenter au classement de l'Unesco la grotte Chauvet plutôt que les climats de Bourgogne ». Sur le réseau social Twitter, jeudi, Bernard Pivot semblait pressentir une mauvaise nouvelle. Le parrain de la candidature bourguignonne doit donc être bien déçu car en effet, le gouvernement n'a pas retenu les climats de Bourgogne parmi les deux dossiers français qui tenteront d'entrer au classement de l'Unesco.

La déception doit être d’autant plus forte que le dossier bourguignon avait déjà subi une déconvenue lors de la dernière désignation. Choisi par l’Élysée, il avait été retoqué par les services de l’Unesco au printemps 2012 pour une cartographie déclarée imparfaite.

 

Au-delà de la Bourgogne, le vignoble français dans son ensemble est le grand perdant du jour. Aucun des deux dossiers représentants du vignoble, sur quatre dossiers au total, n’a été retenu. Ni « les climats de Bourgogne » donc, ni les « coteaux, maisons et caves du champagne ».

Pour l’équipe champenoise, qui présentait sa première candidature, le coup est moins rude que pour les Bourguignons. Pierre Cheval, Président de l’association Paysages du Champagne, annonce que la Champagne sera à nouveau candidate à la prochaine session : « il faut prendre acte de l’arbitrage opéré par le gouvernement, qui n’est qu’une étape dans la longue course à l’inscription, et se remobiliser aussitôt pour conduire les Coteaux, Maisons et Caves de Champagne vers la qualification française en 2014 (pour une inscription en 2015). Douze mois, c’est finalement bien peu à l’échelle de l’histoire de la Champagne ».

Delphine Batho, ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie et Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication ont choisi de proposer les candidatures de la Chaîne des Puys et de la faille de Limagne, et la grotte Chauvet Pont d’Arc à la 38ème session du comité du patrimoine mondial de l’Unesco en juillet 2014.

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 12:01

La ville de Dijon organise dimanche 27 janvier une vente aux enchères exceptionnelle. 3500 bouteilles de vin de sa cave doivent trouver preneurs. Les 343 lots comprennent des flacons d'exception, qui devraient être vendus pour plusieurs milliers d'euros, mais également des vins plus abordables.

 

En octobre 2006, Bertrand Delanoë avait réussi un joli coup médiatique en vendant 5.000 crus de la prestigieuse cave de la mairie de Paris. C'est maintenant au tour de François Rebsamen, sénateur-maire de Dijon, de mettre aux enchères 3.500 bouteilles de vin issues de la cave municipale, qui en compte 6.000.

Le maire François Rebsamen jusitifie sa démarche par le manque de place et la nécessité de renouveller son stock.

 La-cave-de-Dijon.jpg

Parmi les lots de la vente dijonnaise se trouvent des étiquettes très prestigieuses : Richebourg 78 signé Jean Gros, Bâtard-Montrachet 82, 85, ou 89 de Pierre Morey, Vosne-Romanée Cros-Parantoux 99 vinifié par Henri Jayer. Des références connues des amateurs.

Des flacons rares, plus ou moins jeunes, mais aussi des appellations plus abordables. Si certains crus devraient atteindre 250 ou 300 euros, d’autres sont accessibles à partir de cinq euros, rassure Pascal Kuzniewski, l’expert en vins retenu pour encadrer cette vente. Des vins de Bourgogne uniquement (70 % de vins rouges), à une exception près, un lot de 13 bouteilles de vin jaune (Jura).

Orchestrée par deux commissaires-priseurs dijonnais, maîtres Guilhem Sadde et Sylvain Gautier, cette vente aux enchères peut être une opportunité pour les amateurs et les Dijonnais.

Voilà une bonne occasion de placements forts intéressants.

Informations pratiques :
Vente aux enchères le dimanche 27 janvier, salle de Flore, palais des Ducs et des États de Bourgogne.
Exposition des bouteilles à l’hôtel de Vogüé le dimanche matin de 10h à midi, vente à 14h30.

Comment se passe la vente aux enchères :
Les ventes aux enchères sont publiques, tout le monde peut donc y assister. Toute personne peut enchérir et acheter, à condition d'être majeur, responsable, solvable. Pour enchérir, il suffit de lever la main. Le dernier enchérisseur remporte le lot. C'est le coup de marteau du commissaire-priseur qui arrête définitivement les enchères.

 Consulter le catalogue de la vente

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 14:02

L'Autorité des marchés financiers (AMF) a mis en garde les épargnants contre certains placements "atypiques" dans les œuvres d'art, le vin ou les diamants, qui ne sont pas soumis à la réglementation des instruments financiers.

 

Au regard de la faiblesse actuelle des taux d'intérêts, les épargnants sont de plus en plus incités à investir leur épargne dans d'autres types de produits que les placements financiers traditionnels.
 

L'AMF a ainsi pu constater "le développement d'offres émanant d'acteurs qui proposent des investissements, aux rendements annoncés flatteurs, dans des secteurs aussi divers que le vin, les oeuvres d'art, les panneaux solaires, les timbres, les diamants ou autres secteurs de niche".
Cave-a-vins.jpg

Or, "si le produit proposé n'est pas régulé par l'AMF, alors les documents commerciaux établis par la société ne seront pas examinés par l'AMF, et, en cas de problème, les recours seraient limités", rappelle le gendarme de la Bourse.

L'Autorité appelle donc les épargnants à la plus grande vigilance. "Il n'existe pas de rendement élevé sans risque élevé. (...) L'épargnant pourra notamment se référer au taux du livret A", indique l'organisme.

Il incite les épargnants à obtenir "un socle minimal d'informations" sur les sociétés ou intermédiaires qui proposent ce type de produits.

L'AMF propose aussi aux particuliers de se renseigner sur son site internet (http://www.amf-france.org/).

 

Alors pour les passionnés qui souhaitent investir dans le vin, le meilleur placement reste l'achat de "belles" bouteilles qu'on laissera se bonifier sagement en cave.

De mon point de vue, mais il n'engage que moi, il n'y a pas de plus beau et délectable dividende que de se faire plaisir quelques années plus tard avec une bouteille que l'on aura eu la patience d'attendre.

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 17:12

Le classement de Saint-Emilion dévoilé au début du mois de septembre 2012 (voir ici) fait, depuis le début de l’année 2013, l’objet de plusieurs demandes d’annulation.

La "guéguerre" va-t-elle reprendre à Saint-Emilion ?

st-emilion-plaza.jpg 

Comme ce fut le cas pour le dernier classement en 2006, les oubliés et les déçus ont décidé de se faire entendre.

 

Les châteaux Croque-Michotte, Corbin-Michotte et La Tour du Pin Figeac ont ainsi déposé un « recours en annulation de l’arrêté interministériel du 29 octobre 2012 ».

D’après La Revue du vin de France, deux autres châteaux mécontents du classement devraient, dans les jours qui suivent, déposer un autre recours.

 

Le premier classement de Saint-Emilion date de 1955 et il devait être révisé régulièrement, à peu près tous les 10 ans. Mais le classement de 2006 avait été annulé à la suite de huit recours devant la justice par des propriétaires déclassés.

 

Le classement de 1996 avait alors été rétabli en 2008 par un amendement autorisant tout de même les domaines qui avaient bénéficié du nouveau classement à utiliser leur mention jusqu’en 2009, puis jusqu’en 2011 à la suite d’une nouvelle mesure.

 

En 2012, sur 96 dossiers déposés, 82 châteaux ont bénéficié d’un classement. La liste des premiers grands crus classés « A » est passée de deux à quatre châteaux, Pavie et Angélus venant s’ajouter à Ausone et Cheval Blanc. Les premiers grands crus classés « B » comptent désormais 12 châteaux, quatre domaines ayant été promus.

Quant à la liste des grands crus classés, elle compte 64 châteaux, ce qui avait soulevé au moment de sa publication une interrogation sur le niveau de sélectivité du classement. 

 

Si les deux derniers classements devaient être successivement annulés, il est certain que la crédibilité du classement de Saint-Emilion serait affectée sur le long terme, tout particulièrement auprès des consommateurs des pays émergents.

 

Affaire à suivre…

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche