750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mai 2014 7 04 /05 /mai /2014 21:57

On parle souvent des Chinois qui achètent des châteaux dans le Bordelais, mais…..

La maison Louis Jadot, en Bourgogne, vient d’acquérir un domaine américain, Resonance Vineyard, dans l’Oregon.

 

Cette région viticole des Etats-Unis est considérée comme l’équivalent américain de la Bourgogne française. Abritant de petits domaines, avec des conditions climatiques tempérées, l’esprit de l’Oregon rejoint celui de la Bourgogne. C’est pour cela que Louis Jadot, pour son premier investissement hors France a choisi cette région.

 

C’est donc sur un domaine de 8 ha dans la Willamette Valley que Jacques Lardière, l’ancien winemaker de la maison durant 42 ans et récemment retraité, supervisera le vignoble et les premières vinifications qui commenceront dès cette année.

 

Domaine-Louis-Jadot.jpg 

Ce n’est pas la première fois que des Français investissent à l’étranger en Oregon : nombreux sont ceux qui s’y trouvent déjà, dont de grandes maisons comme Joseph Drouhin ou Laurent Perrier.

 

La maison Louis Jadot estime qu’elle produira cette année 30 000 bouteilles de pinot noir sur le sol américain. Le vin sera vinifié chez Trisaetum, une winery de la région.

 

La PDG, Pierre-Henry Gagey, confie « c’est une région que nous connaissons bien, nous y venons chaque année pour le festival du pinot noir. On y produit des vins raffinés ». Et d’ajouter, « C’est un projet viticole à long terme. Nous allons sur une autre terre. Il faut que l’on apprenne ».

 

En achetant le domaine Kenwood, le groupe Pernod-Ricard renforce sa présence à l’international en diversifiant son portefeuille de domaines viticoles.

 

Situé dans la Sonoma Valley, le domaine Kenwood a récemment été racheté par le Groupe Pernod-Ricard. S’étendant sur une centaine d’hectares, l’exploitation produit principalement des vins distribués aux Etats-Unis au rythme de 500.000 caisses par an.

Les vins de la propriété sont généralement commercialisés à un prix supérieur à 10 dollars et sont élaborés à partir des cépages suivants : Le cabernet-sauvignon, le chardonnay et le sauvignon.

 

Selon, Thierry Billot, le directeur général adjoint des marques du groupe, ce rachat s’insère dans une politique dite « multi-origines ». Laquelle consiste à acquérir un ensemble varié de domaines viticoles répartis sur l’ensemble du monde et produisant des vins plutôt haut de gamme ou « premiums ».

 

En effet Pernod Ricard possède déjà des domaines réputés en Nouvelle-Zélande (Brancott Estate), en Australie (Jacob’s Creek), en Argentine (Graffigna) et en Espagne (Campo Viejo). Ces propriétés couvrent d’ores et déjà plus d’un millier d’hectares.

En déployant cette stratégie de diversification de son portefeuille de domaines, Pernod-Ricard a pour objectif de toucher une clientèle mondiale.

 

Partager cet article
Repost0
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 15:52

Drapeaux-France---Chine.jpgAprès la fin de l'enquête anti-dumping sur les vins européens, la France et la Chine ont affiché à Pékin, ce mercredi 23 avril 2014, leur volonté de lutter contre la contrefaçon sur le marché des vins et spiritueux.

 

La France et la Chine ont signé à Pékin une "déclaration d'intention" s'engageant à lutter contre la contrefaçon de vins et spiritueux français exportés, a annoncé le secrétariat d'Etat au Commerce extérieur de Fleur Pellerin dans un communiqué.

 

Pour Fleur Pellerin, dont c'était la première visite officielle dans ses nouvelles fonctions et qui a signé cette déclaration avec le vice-ministre chargé de la supervision de la qualité et de la quarantaine (Aqsiq) Wu Qinghai, "cette coopération bilatérale témoigne de la volonté conjointe de la France et de la Chine de protéger les producteurs contre la contrefaçon".

 

Elle permettra également de "garantir la qualité des produits pour les consommateurs chinois", parfois exposés à de fausses étiquettes en particulier de vins de bordeaux ou de cognac.

 

L'accord, selon le communiqué, prévoit une collaboration (dont les modalités restent à préciser) entre la Direction générale des douanes et droits indirects (DGDDI) et l'Aqsiq.

 

En 2013, les exportations françaises de vins et spiritueux vers la Chine ont atteint 836 millions d'euros.

 

La Chine a annoncé le mois dernier, juste avant la visite du président Xi Jinping, qu'elle avait formellement mis un terme à l'enquête anti-dumping qui visait depuis juillet 2013 les exportateurs de vins européens. Cette enquête, engagée par Pékin suite à un différend avec l'UE sur l'industrie photovoltaïque, avait inquiété les producteurs et exportateurs français.


(Source AFP)

Partager cet article
Repost0
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 21:36

Le Sénat a reconnu samedi 12 avril 2014 que le vin "fait partie du patrimoine" de la France, à l'occasion de l'examen du projet de loi sur l'agriculture.

 

À l'occasion de l'examen du projet de loi sur l'agriculture, samedi 12 avril 2014, les sénateurs ont adopté à l'unanimité un amendement de Roland Courteau (PS) reconnaissant que "le vin, produit de la vigne, et les terroirs viticoles font partie du patrimoine culturel, gastronomique et paysager de la France".

"Le vin exprime un patrimoine vivant, il fait partie du patrimoine culturel, littéraire mais également gastronomique, paysager, architectural, matériel, économique et social, aussi bien sûr avec des centaines de milliers d'emplois", s'est enflammé sous les applaudissements le sénateur de l'Aude.

Château de Pibarnon 2 

Cet amendement fait suite à une proposition de loi qu'il avait déjà déposée en 2012. Deux sénateurs UMP, Gérard César (Gironde) et Raymond Couderc (Hérault), avaient déposé un amendement similaire.

"La culture du vin, partie du patrimoine bimillénaire, culturel, cultuel, paysager et économique français, transmise de génération en génération, a grandement contribué à la renommée de notre pays et tout spécialement de sa gastronomie aux yeux du monde", a souligné en leur nom Gérard Bailly (UMP).

"Le travail des vignerons a imprimé une profonde empreinte sur le patrimoine bâti et les paysages de nombreuses régions", selon cet élu du Jura.

 

"Je n'en rajoute pas. Il y a ici des gastronomes...", a fait valoir le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, ajoutant que "le patrimoine gastronomique comprend bien d'autres choses, comme le fromage". "Le camembert et le calvados", a interrompu Nathalie Goulet (UDI-UC, Orne).

"Et la bière", a renchéri André Reichardt (UMP, Bas-Rhin).

Mais un amendement similaire sur cette boisson déposé par l'élu alsacien a été rejeté.

 

Comme on peut le constater le débat est loin d'être clos.....

 

(Source AFP)

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 16:29

Le viticulteur bio de Bourgogne Emmanuel Giboulot a été condamné lundi 7 avril 2014 à 500 euros d'amende ferme pour avoir refusé de traiter ses vignes contre une maladie, la flavescence dorée. Sa peine a été assortie d'une amende avec sursis de 500 euros, conformément aux réquisitions au moment du procès fin février.

Un procès qui avait provoqué de vives réactions il y a quelques semaines et mis en exergue combien ce sujet est sensible au sein du vignoble bourguignon. L’Institut pour la protection de la santé naturelle avait initié une pétition en faveur du vigneron, recueillant plus de 480 000 signatures. 

Vignes-Bourgogne.JPG

"Je ne me sens pas du tout coupable, c'est intolérable aujourd'hui d'être obligé de se masquer, d'être dans la peur quand on assume une position", a déclaré à la presse Emmanuel Giboulot à l'issue du délibéré. Le viticulteur, qui pratique la biodynamie depuis les années 1970, a annoncé son intention de faire appel.

Il encourait une peine de six mois d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende.

L'affaire avait débuté au printemps 2013 avec la découverte de foyers de flavescence dorée - maladie mortelle pour la vigne véhiculée par un insecte, la cicadelle - près de Beaune, qui avait conduit le préfet à imposer de traiter tous les vignobles du département.

 

Emmanuel Giboulot avait refusé de traiter les dix hectares qu'il exploite en Côte-de-Beaune et Haute-Côte de Nuits, deux appellations réputées de vins de Bourgogne. Même à la pyréthrine, pesticide naturel autorisé dans la filière bio.

Pour le vigneron, tous ces traitements vont à l'encontre des "équilibres biologiques", principe fondamental de la biodynamie.

Après un contrôle administratif en juillet, il avait été convoqué devant la justice. À l'audience devant le tribunal de Dijon, l'accusation avait estimé que le refus de respecter les directives du préfet relevait d'un "choix idéologique" et réclamé 1.000 euros d'amende dont la moitié avec sursis.

Le viticulteur avait reçu le soutien d'organisations écologistes qui dénoncent le recours aux pesticides dont la France est le premier utilisateur en Europe.

 

(Source AFP)

Partager cet article
Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 13:41
Obag’ relooke le Bag-in-Box. Cet habillage design est une élégante alternative au traditionnel suremballage en carton. Facile à transporter et à accrocher, il offre de nouvelles commodités à ce conditionnement déjà plébiscité par les consommateurs.
Read more at http://www.lavigne-mag.fr/actualites-viticulture-vin/nouveau-packaging-avec-obag-le-bib-devient-seyant-86407.html#zbsYEjursphppu4h.99

    Obag en jute naturelObag”’ relooke le Bag-in-Box.

Cet habillage design est une élégante alternative au traditionnel suremballage en carton. Facile à transporter et à accrocher, il offre de nouvelles commodités à ce conditionnement déjà plébiscité par les consommateurs.

C’est la fin des Bag-in-Box tristounets dans leur boîte en carton souvent peu seyante. Une créatrice d’objets d’intérieur, Florence AOBADIA, a eu l’idée d’habiller la poche en plastique du bib d’une sacoche en forme de goutte beaucoup plus plaisante à l’œil que l’emballage traditionnel.

 

Inspirée par la tradition des pays nordiques, où il est habituel d’acheter son vin en cubi plutôt qu’en bouteilles, la jeune femme a imaginé cet habillage à la fois pratique et élégant pour dissimuler le contenant disgracieux du vin qui trônait dans les cuisines. Cet ingénieux packaging peut s’accrocher à une branche d’arbre lors de déjeuners sur l’herbe ou être disposé à table grâce à son socle.

    Le-support.jpg
Chaque sacoche est cousue à la main dans l’atelier de la créatrice, à Paris. Cette fabrication quasiment sur mesure autorise toutes les fantaisies.

 

En lin, toile de jute, dralon (tissu résistant à l’abrasion et à la lumière) ou en cuir, la sacoche se décline en version trois, cinq ou dix litres.

 

Elle peut être personnalisée avec des logos, initiales ou une date, tamponnés en dessous de l’œillet.

 

Le mode d’emploi est simplissime. On commence par ouvrir le carton du bib pour en retirer la poche en plastique.

Il suffit ensuite et l’insérer dans la sacoche Obag’. On noue ensuite le cordon autour du robinet et on remonte la fermeture éclair. Obag’ est alors prêt à l’emploi et réutilisable à volonté.

 

Le produit est vendu en ligne sur le site www.obag.fr (http://www.obag.fr/) au prix de 29,00 à 39,00 euros selon les modèles.

 

A vous de faire votre choix !!

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 11:37

Le président chinois Xi Jinping a dégusté de jolis vins mercredi 26 mars lors d'un dîner officiel à l'Elysée.

 

 

Reçu à l’Elysée mercredi 26 mars pour un dîner officiel, le président chinois Xi Jinping a eu l’occasion de déguster trois jolis vins. Au cours du repas ont en effet été servis deux vins de Bordeaux : Château d’Yquem 1997 et Château Lafite 1999, ainsi qu’un champagne : Deutz 2005.

Lafite-Rothschild-1999.JPG

 

Pour accompagner ces vins, le chef de l’Elysée Guillaume Gomez a concocté des plats typiques de la gastronomie française.

D’après Le Figaro, qui a consulté le menu, les présidents français et chinois eu droit en entrée à une "gourmandise de foie gras truffé", suivie d'une "volaille landaise rôtie, et une viennoise de champignons". Un plat accompagné d'un "moelleux de pommes de terre forestière".

Le repas a été ponctué par un plateau de fromages, puis d'une "nuance chocolat et caramel, glace acidulée".

 

Ce dîner provoque une polémique depuis que la ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq a confié au Premier ministre qu’elle avait trouvé le repas "dégueulasse".

Un commentaire capté par le micro de BFM TV sur le perron de Matignon vendredi 28 mars.

 

La photo de la bouteille de Château Lafite 1999 qui illustre cet article est celle que nous avons bue le week-end dernier avec un ami qui a mis, selon ses dires, deux jours pour atterrir!!

Il faut bien avouer que ce 1999 était tout simplement phénoménal.
On espère que le président chinois aura apprécié ce divin nectar (Pas sûr!!)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche