750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 15:37

Les bordelaises, des bouteilles pouvant aller jusqu’à 4 mètres de haut et décorées par des artistes, s’égrènent le long de la Garonne.

La-fete-du-vin-a-Bordeaux.jpg

Ce sont quarante magnums et jéroboams de 2,50 m à 4 m acquis par des entreprises bordelaises du monde du vin, du tourisme et que peintres, sculpteurs et designers français et chinois ont décoré.

 

La bouteille « Mystère organique » du château Montlabert, un saint-émilion grand cru, designé par Patrick Jouin, fait de l’effet auprès des journalistes français qui ont apprécié son design sobre et original.

 

Très bariolée, très rouge, la bouteille « Le Coq » du château La France, réalisée par le sculpteur Saulterre, a ravi les journalistes hongkongais.

 

Bordeaux fête le vin avait rassemblé 500 000 personnes il y a deux ans. Un chiffre qui devrait grimper cette année. Les 80 appellations des vins d’Aquitaine qui sont représentées et la multitude de produits du terroir n’attendent pas mieux.

Partager cet article
Repost0
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 16:15

Les viticulteurs de Chablis, dans l'Yonne, qui menaçaient depuis un an de faire scission, ont finalement choisi de rester au sein de l'interprofession de Bourgogne (BIVB), après avoir obtenu la plupart de leurs revendications.

Lors d'un vote organisé mercredi soir, sur les 327 votants, 272 se sont prononcés pour le maintien au sein du BIVB, 47 contre et 8 ont voté blanc, a indiqué la Fédération de défense de l'appellation Chablis.
Chablis 1
"Je suis plutôt satisfait que la majorité des viticulteurs de Chablis aient choisi de rester au sein du BIVB. C'était dans notre intérêt de préserver l'unité de la Bourgogne", a déclaré Frédéric Gueguen, co-président de l'appellation. "Nos concurrents sont néo-zélandais ou chiliens, pas au sein de la Bourgogne", a-t-il ajouté.

En juillet 2011, se plaignant d'un "manque de représentativité" et souhaitant "davantage d'autonomie financière" au sein de l'interprofession de Bourgogne (BIVB), les viticulteurs de Chablis avaient menacé de faire scission, alors que l'Etat plaidait dans le sens opposé.

 

Selon M. Gueguen, l'appellation Chablis a obtenu "la pérennisation du retour de 50% de nos cotisations", qui avait un temps était remise en cause, selon lui, et "la prise en charge d'une partie des salaires et de l'entretien du bâtiment de la délégation ainsi que deux postes au comité permanent".

 

Le vignoble de Chablis bénéficie d'un statut particulier car il gère directement 50% de ses cotisations avec un personnel dédié.

D'après M. Gueguen, les viticulteurs de Chablis (Yonne) participent à hauteur de 27% au budget du BIVB, qui s'élève à près de 9 millions d'euros, et disaient "ne pas se retrouver dans la communication globale de la Bourgogne, souvent axée sur Beaune et la Côte-d'Or".

En privé, certains viticulteurs bourguignons parlent de "gesticulations" et "d'exigences trop élevées" de la part du vignoble de Chablis.

Le vignoble de Chablis représente 5.200 hectares, 700 adhérents et 40 millions de bouteilles.

(Source AFP)

Partager cet article
Repost0
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 12:15

Bordeaux-fete-le-vin.jpgLes vins de Bordeaux sont mondialement reconnus et la région est une incontournable destination touristique. Et pour qu’on ne soit pas prêt de l’oublier, la ville de Bordeaux et le CIVB (Comité Interprofessionnel des Vins de Bordeaux) organisent du 28 juin au 1er juillet, la Fête du Vin.

 

Pendant quatre jours dégustation, culture et fête seront de la partie.

Car non, « Bordeaux fête le vin » ce ne sont pas uniquement des producteurs qui viennent vous faire découvrir leurs produits. « Bordeaux fête le vin » c’est un véritable festival rythmé par « l’or rouge » local.

 

Mais rassurez-vous, vous aurez aussi l’occasion de déguster quelques vins de Bordeaux et de découvrir leurs terroirs.

Pendant les quatre jours, quatre-vingts appellations et dix millésimes de la région seront réunis en un seul et même lieu pour permettre aux amateurs de mieux cerner les spécificités de chaque terroir et des cépages dans les différents millésimes.

 

Et pour être bien sûr de les apprécier à leur juste valeur, l’école du vin du CIVB ouvre des ateliers dégustation pendant toute la durée de l’évènement.

Quant aux gourmands, ils pourront se délecter des quelques spécialités de la région. N’oubliez donc pas de vous procurer votre “Pass dégustation”.

 

Les visiteurs qui auront soif de culture peuvent également se réjouir de « l’exposition XXL ».

En outre, c’est une véritable bibliothèque consacrée à la culture du vin qui sera aménagée dans Bordeaux pour tous ceux qui voudront approfondir leurs connaissances et faire dédicacer leur livre par les auteurs présents pour l’occasion.

 

Place à la fête et au folklore maintenant avec « Bordeaux Music Festival » : spectacle pyrotechnique sur les bords de la Garonne, animations son et lumière avec la projection géante d’un voyage au cœur du vignoble bordelais.

 

Par ailleurs, de nombreuses animations “découverte” seront organisées en l’honneur de Hongkong, invitée d’honneur de « Bordeaux fête le vin ».

Animations et spectacles seront dédiés à cette ville. Car ne l’oublions pas, la Chine représente aujourd’hui une grosse partie des exportations des producteurs de vins du Bordelais.

Partager cet article
Repost0
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 12:00

L'Etat vient d'inscrire aux Monuments Historiques une vieille parcelle de vigne du Gers. Une première en France due au caractère exceptionnel des souches et aux modes de culture ancestraux dont témoigne ce lopin de terre.

Les-vignes-de-Sarragachies.jpg

Les vignes classées, situées sur la commune de Sarragachies, auraient 150, voire 200 ans.

Elles ont résisté aux attaques comme celle, dévastatrice, du phylloxera à partir du 19e siècle. Cette résistance s'expliquerait par la nature très sablonneuse des sols, qui empêche le phylloxera de prospérer. D'autres terroirs présentent les mêmes particularités, mais les vignes y ont quand même été arrachées.

D'une superficie de 40 ares (4.000 mètres carrés,) cette parcelle de souches très anciennes et non-greffées, endémiques au piémont pyrénéen, offre "un remarquable exemple de biodiversité et de patrimoine génétique. 600 pieds sur douze rangs, une vingtaine de cépages différents et, parmi eux, sept non-répertoriés antérieurement", a expliqué la préfecture de Midi-Pyrénées dans un communiqué.

 

"De plus, elle témoigne de modes de culture ancestraux (notamment : plantation en pieds doubles disposés en carré) disparus avec la crise du phylloxéra", dit-elle.

Les ceps sont mélangés les uns aux autres, comme cela se pratiquait autrefois. Leur positionnement rappelle le travail qu'effectuaient à l'époque les attelages de boeufs.

Cette parcelle de l'appellation Saint-Mont sur un coteau face aux Pyrénées constitue un conservatoire "exceptionnel" de mémoire végétale préservé grâce à l'action de professionnels passionnés, dit la préfecture.

 
(Source AFP)

 

Partager cet article
Repost0
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 11:57

Le directeur du château d’Yquem, Pierre Lurton, a déclaré que le millésime 2011 ne sera pas vendu sur le marché des primeurs.

Chateau-Yquem.jpg 

Pour le moment, le millésime 2011 du château d’Yquem ne sera pas vendu sur le marché des primeurs.

M. Lurton a expliqué au Decanter.com qu’il préférait « décaler pour pouvoir sortir dans les meilleures conditions ».

 

En effet, la situation est délicate cette année sur le marché des primeurs. La plupart des châteaux baissent les prix de leurs vins, et ce à cause de leur qualité moindre par rapport aux années précédentes.

 

Or, les vins du château d’Yquem sont d’une très grande qualité cette année. Le millésime 2011 a été plébiscité par de nombreux critiques et serait, selon eux, certainement le meilleur millésime de la décennie. Ainsi, une importante baisse des prix n'étant pas légitime, Pierre Lurton a décidé de repousser la sortie du millésime.

Cette décision fait écho à celle de château Latour qui a annoncé sa sortie du système des primeurs il y a quelques semaines.

Pourtant, Pierre Lurton se défend de suivre l’exemple de Latour. Il précise, d’après le site Decanter.com « Je ne sors pas Yquem du système des primeurs, que je soutiens. Je ne m’associe pas du tout à la démarche de château Latour ».

 

Aucune indication n’a été donnée quant à une éventuelle date de sortie du millésime 2011.

Partager cet article
Repost0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 14:34

L’affaire a suffisamment secoué le Landerneau du monde viticole bourguignon, les médias s’empressant de communiquer sur le sujet, qu’à moins d’être enfermé dans la bulle politique des législatives, cela m’étonnerait que vous n’ayez pas entendu parler de ce « scandale »

Mais comme on ne sait jamais, petite piqure de rappel pour les « étourdis » !!

 

Labouré-Roi, une des principales maisons de négoce en vins de Bourgogne, se trouve au cœur d'une vaste affaire de fraude présumée à la coupe et sur l'étiquetage, qui inquiète l'ensemble de la Bourgogne.

Cave-Bourgogne.JPG

 

« Six responsables de la société ont été entendus sous le régime de la garde à vue » la semaine dernière, a indiqué le procureur de la République de Dijon, Eric Lallement, lors d'une conférence de presse.

« On peut en déduire, au nombre de bouteilles concernées, qu'il s'agissait d'un système organisée et de manière assez régulière », a-t-il ajouté, précisant que l'enquête n'était «pas terminée ».

La fraude à la coupe, également appelée « fraude sur les appellations », porte sur    « 500.000 bouteilles » pour une valeur de « 2,7 millions d'euros ».

Il s'agissait par exemple pour cette société d'effectuer des coupages d'appellations dans des proportions supérieures aux 15% autorisés pour les vins de Bourgogne ou de « rajouter du vin de table ».

 

La tromperie à l'étiquetage concerne 1,1 million de bouteilles, dont la valeur n'a pas été estimée.

« S'il y avait une rupture de stock de Meursault 2008, le Meursault 2010 était transformé en 2008 sur l'étiquette », a détaillé le représentant du parquet qui a également évoqué le fait d'ajouter la mention « Vieilles vignes » sur ce qui n'en était pas.

« Ce qui a attiré l'attention des enquêteurs c'est le très faible différentiel sur les manquants. C'est-à-dire la perte durant la vinification entre ce qui entre comme jus de raisin et ce qui ressort comme vin », selon le procureur.

Conduite par la gendarmerie et les services de lutte contre la fraude, l'enquête porte sur la période allant de 2006 à 2008.

Lors de leurs auditions, les responsables de l'entreprise, dont les dirigeants, Louis et Armand Cottin, âgés de 81 et 82 ans, ont « reconnu les faits » tout en les mettant « sur le compte d'erreurs matérielles ou informatiques ».

Pour l'heure, aucune mise en examen n'a été prononcée et il n'y a pas eu d'ouverture d'information judiciaire, ni de qualification retenue, a indiqué le parquet.

 

Le code de la consommation punit la tromperie sur l'origine ou la qualité d'un produit d'une peine d'emprisonnement de deux ans et d'une amende de 37.500 euros.

« Cette affaire a jeté un trouble dans la profession. L'image du vin de Bourgogne s'en trouve altérée », a jugé le procureur de la République.

 

Les différents acteurs de la filière viticole bourguignonne ont d'ailleurs décidé de se réunir ce vendredi pour aborder cette affaire, a indiqué à l'AFP Michel Baldassini, président délégué du Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB). « On ne peut pas cautionner ce genre de pratiques. Si les faits sont avérés, on se portera partie civile au procès », a-t-il ajouté.

Armand Cottin, le directeur général délégué de Labouré-Roi, a affirmé lors d'un point presse qu'il n'y avait « pas eu de volonté de fraude. On a toujours fait des bons vins ».

« Nous sommes 3 ans après la fin de la période contrôlée et on se rapproche aujourd'hui d'un taux d'erreur proche de zéro. La direction a assumé et assumera la situation », a-t-il déclaré, sans vouloir expliquer le terme « erreur ». « Bien sûr, je crains des réactions des fournisseurs, des clients, des banques. Il faut être prêt à tout », a conclu M. Cottin souhaitant que "la société perdure pour sauver les 70 emplois".
La société vend « 10 millions de bouteilles par an » et réalise quelque « 35 millions d'euros de chiffre d'affaires » annuel, a-t-il ajouté.

 

Fondée en 1832, la maison Labouré-Roi a été transmise en 1974 aux frères Cottin. Elle figure aujourd'hui parmi les "10 premiers négociants de Bourgogne", selon l'interprofession.

L'action de la société a perdu 36,36% et atteint 3,50 euros.

 

(Source AFP)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche