Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 11:04

Vignobles-du-Jura.jpgA l’occasion de la 15ème édition de la Percée du vin jaune du Jura, 5 et 6 février 2011, une bouteille de 1774 sera mise en vente au cours de la traditionnelle vente aux enchères.

  

 

 

 

 

 

 

 

Le Vin jaune                                                                                                                       

Issu exclusivement du cépage savagnin, il est cultivé sur des sols marneux très ingrats et est vendangé tard dans la saison, d'octobre à la Toussaint.

Vinifié traditionnellement en blanc puis vieilli pendant six ans et trois mois en fût de chêne, un voile de levure se développe alors en surface qui le protége du milieu extérieur. (Le fameux Xérès participe du même principe d'élaboration).

 

C'est cette longue période d'élevage sous atmosphère oxydative qui va transmettre au vin sa couleur jaune, ses arômes et saveurs typiques de noix verte, d'amande, de pain grillé et parfois de pain d'épices. Le vin est embouteillé en "clavelin", une bouteille de 62 cl ; cette contenance correspond (pour un litre) à la quantité de vin restant après les six ans de passage en fût. Le voile de levures protégeant le vin de l'oxydation au cours des six années d'élevage est "percé".

  

 La Percée du vin jaune

 Elle a lieu tous les ans dans le Jura au mois de février, et ce depuis maintenant 15 ans. La prochaine édition se tiendra en Arbois. Cet événement qui réunit plusieurs dizaines de milliers d’amateurs tous les ans, célèbre l’arrivée d’un nouveau millésime de vin jaune. Rappelons que ce vin doit vieillir 6 ans et 3 mois en fûts avant d’être mis en bouteilles dans des clavelins de 62cl.

 

Cette année, pour ponctuer l’événement, une famille de descendants de viticulteurs a souhaité participer à la fête en proposant à la vente un flacon daté de 1774. Cette bouteille décrite comme étant « dans un état impeccable, tout comme la cire et le bouchon », d’une contenance de 87cl, a été produite par le vigneron arboisien Anatole Vercel (1725-1786).

 

Conservée par sa famille de générations en générations, elle est proposée aux amateurs de vin jaune, pour leur montrer, si besoin est, la force de ce vin qui défie le temps sans sourciller. La mise à prix est attendue aux alentours de 6000 à 7000€, et les organisateurs de la vente espèrent un résultat d’environ 10.000 à 15.000 €.

 

Vieilli en tonneau pendant une quinzaine d’années, comme cela ce pratiquait à l’époque, ce vin a probablement été mis en bouteille sous la Révolution française par le fils d’Anatole Vercel“, a indiqué M. Pujol, organisateur de la vente.

 

Texte et photo IDEALWINE (http://www.idealwine.net/blog/).

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 11:15

Saint-Emilion.jpgAprès de nombreux atermoiements, l’INAO a annoncé une refonte du classement des Grands Crus et des Premiers Grands Crus classés de Saint-Émilion à l’horizon 2012.

 

L’institut national de contrôle des A.O.C a approuvé un nouveau règlement à propos du classement de l’appellation Saint-Émilion Grand Cru. Celui-ci entrera en vigueur à partir de la récolte 2012. Pour éviter les déboires du classement de 2006, il sera mis un dispositif de contrôle par un organisme indépendant, qui devra répondre à des critères les plus objectifs.

 

L’appel d’offre va être lancé pour trouver l’organisme le plus compétent en la matière, et éviter les contestations. Il sera alors chargé de procéder à des contrôles sur place et « sur pièces », et organisera des dégustations. Les principaux critères qui feront foi pour cette révision du classement de Saint-Émilion sont les suivants :

 

- La qualité et la constance des vins appréciées par dégustation des échantillons.

- L’étude de la notoriété de l’exploitation.

- La caractérisation de l’exploitation, critère notamment apprécié et défini par l’assiette foncière.

- La conduite de l’exploitation tant sur le plan viticole que sur celui de l’œnologie.

 

L’INAO, qui doit faire valider ces nouvelles dispositions par arrêté, entend ainsi mener cette campagne de classement de la manière la plus juste. Toutefois, les critères de notoriété de l’exploitation et ceux de « la conduite de l’exploitation sur le plan viticole et œnologique » semblent sujets à caution, tant ces notions sont compliqués à définir. Allons-nous vers une redéfinition des critères de l’A.O.C, comme les rendements maximums autorisés ou d’autres spécifications agricoles de la sorte ?

 

Pour le savoir, il faudra attendre la mise en place du cahier des charges de l’organisme qui sera choisi pour mener les contrôles sur les exploitations.

Affaire à suivre….

 

Texte et photo IDEALWINE (http://www.idealwine.net/blog/).

 

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 17:30

Etiquette-Mouton-2008.jpgLe château Mouton Rothschild vient de dévoiler l’étiquette de son grand vin pour le millésime 2008. L’artiste chinois XU LEI est l’auteur du dessin qui ornera l’étiquette de ce premier cru classé de Pauillac. Un millésime qui a décidemment la cote en Chine.

 

Pour les collectionneurs de vins du château Mouton Rothschild et les amateurs de vin plus généralement, la présentation annuelle de la nouvelle étiquette est un moment fort. Cette année, alors que l’on parle de plus en plus de l’attrait du public chinois pour les grands vins de Bordeaux, on apprend que c’est l’artiste chinois Xu Lei, directeur artistique du Today Art Museum de Pékin, une galerie d’art contemporain très en vue, qui l’a signée.

Le dessin de l’artiste chinois représente l’emblème du château, le bélier, encadré par deux hémisphères de lune sur lesquels des grappes de raisin se dessinent.

 

Le symbole de ce dessin, selon le château, est de montrer « le rôle d’un grand vin dans les liens entre les gens et les cultures, d’un hémisphère à l’autre ».

 

Il y a quelques semaines, c’est le château Lafite Rothschild qui mettait la Chine à l’honneur en présentant le signe chinois représentant le chiffre « 8 » qui orne la bouteille. Ces deux châteaux, déjà bien cotés auprès des amateurs chinois, rendent hommage à un nouveau public d’amateurs dont le nombre ne cesse de croître, et dont l’envie de posséder ces premiers grands crus semble irrépressible. La cote du vin de Mouton Rothschild dans le millésime 2008 sera certainement impactée par cette nouvelle annonce.

 

Lafite Rothschild 2008, pas encore en bouteilles, mais déjà un must

A l’aube de la mise en bouteille du millésime 2008, le château a annoncé que les bouteilles et les magnums du grand vin seront ornées d’un symbole chinois. Le coup est donc double, comme l’expliquent les responsables de la société : marquer le millésime 2008 de ce premier cru classé de Pauillac comme celui de la Chine et surtout de la chance, et communiquer autour du lancement de l’exploitation de nouvelles vignes en Chine, dans la province de Shandong, le « Bordeaux chinois ». Une nouvelle aventure qui débuterait donc sous les meilleurs auspices.

Lafite 2008 

Texte et photo IDEALWINE (http://www.idealwine.net/blog/).

 

 

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 16:33

Chai-a-barriques-de-Lafite-Rothschild.jpgLes enchères parfois donnent le « la » des prix futurs, comme c'était le cas avec les enchères des hospices de Beaune (Cf. Article sur le blog du lundi 22/11).

 

Celles de Hong-Kong viennent de porter un coup rude aux amateurs de premiers grands crus classés de Bordeaux.

Lafite vient d'y battre des records absolus.

 

Tenez-vous bien au casier de la cave :

 

v      12 bouteilles de 2009 adjugées à 51.000,00 euros soit 4.250 euros/b

v      12 bouteilles de 2000 adjugées à 53.200,00 euros soit 4.400 euros/b

v      12 bouteilles de 1982 adjugées à 100.000,00 euros soit plus de 8.000 euros /b !!!

v      3 bouteilles de 1869 adjugées à 516.000,00 euros soit 172.000/b

 

Les bras m'en tombent, car cela aura des répercutions sur les prix des autres premiers crus classés et donc par retour sur celui des autres crus classés, les frustrés qui n’auront pu acquérir les premiers voulant acheter "ce qui reste" mais à quel prix.

 

Pauvres de nous, simples petits amateurs, aux moyens bien limités. Mais, il y a heureusement bien d'autres vins de par le Monde pour se faire plaisir sans se ruiner.

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 13:28

Le-Podium.jpg« Strasbourg a accueilli les 34 candidats au titre. Au terme de la finale à trois, c’est le candidat suisse, Paolo Basso qui devance David Biraud (France) et Matteo Ghirindelli (Italie).

Sept mois après le concours mondial qui avait sacré le Britannique Gérard Basset, c’est un autre ‘ancien’ des grands rendez-vous internationaux qui a remporté le titre européen.

Le 22 novembre, au Palais de la musique et des congrès de Strasbourg, c’est en effet le candidat suisse qui a transformé sa 4ème participation à ce concours en succès.

 

Mais avant de s’imposer en finale, ce sommelier de 44 ans - qui a créé sa propre société de conseil à Lugano - a, comme les 33 autres candidats, dû se plier aux exigences d’une première série d’épreuves. De là, sont sortis les 8 demi-finalistes : le futur vainqueur mais aussi David Biraud (France), Merete Bo (Norvège), Matteo Ghiringhelli (Italie), Julia Gosea (Roumanie), Andreas Jeschmayr (Autriche), Matthieu Longuere (Royaume Uni), Arvid Rosengren (Suède). Après l’annonce des résultats est venue l’heure de la finale à trois, opposant David Biraud, Matteo Ghirindelli et Paolo Basso. Service, accord mets et vins, dégustation à l’aveugle, correction de carte des vins erronée en constituaient les temps forts.

L’expérience du candidat helvétique s’est révélée déterminante, il allait à chaque fois à l’essentiel et retirait les bénéfices de ses participations aux différents concours depuis près d’une vingtaine d’années. À l’heure du palmarès, Paolo Basso précédait David Biraud, le chef sommelier du Crillon, à Paris, et Matteo Ghiringhelli (In Vino, à Paris).

Serge Dubs, le président de l’Union de la sommellerie française, et la pléiade de Meilleurs sommeliers du monde et d’Europe accueillaient dans leur cercle restreint un professionnel suisse d’origine italienne qui voit dans ce titre la consécration d’années de sacrifice.»

Le podium final : Matteo Ghiringhelli (3e) Paolo Basso (1er) et David Biraud (2e).

Texte et photo IDEALWINE (http://www.idealwine.net/blog/).

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 09:07

"Quelques 1400 bouteilles de vin ont été volées dans une cave à Bienne. Valeur du butin: plus d’un demi million de francs suisse.

Des inconnus se sont introduits dans l’entrepôt de Vinum SA à Bienne pour y dérober des bouteilles de bordeaux de très grande valeur. Le mode opératoire millimétré ne laisse aucun doute: les voleurs connaissaient les lieux et savaient parfaitement sur quels vins faire main basse. «Tout devait être préparé à l’avance, c’est sûr», explique, dépité, Thierry Pauli, propriétaire de la cave.    

 

Dans la cave, un vaste choix de bouteilles s’offre à eux. Mais ils savent exactement où se trouvent les bouteilles qui les intéressent. «Ils n’ont pris que des grands vins extrêmement rares qui, pour la plupart, n’existent même plus», explique Thierry Pauli. Des Château Mouton Rothschild, Château Margaux et d’exceptionnels magnums de Pétrus à 3000 francs la bouteille. «Et dans ces vins exclusifs, ils ont encore pris le temps de sélectionner scrupuleusement les meilleurs millésimes, ajoute le propriétaire. Il s’agit indéniablement de connaisseurs. Des pros, très bien préparés.»

 

Pour repartir avec le butin, ils choisissent le moyen de transport le plus proche, à savoir la camionnette de l’entreprise! Et la victime d’ajouter: «Ils ne se sont vraiment pas gênés. Ils devaient savoir que le fourgon serait garé là, cette nuit-là, car ça n’est pas toujours le cas. Ils devaient également savoir où se trouvaient les clés.» Les inconnus remplissent alors l’arrière du véhicule et repartent comme ils sont arrivés: en toute discrétion. «C’est moi qui ai découvert les étals vides, à mon arrivée sur les lieux, plus tard dans la matinée», précise Thierry Pauli, qui semble ne pas encore y croire.

Le grand entrepôt contient pour 16 millions de francs de vins. Les malfrats ont dérobé environ 1400 bouteilles d’une valeur totale supérieure à 500 000 francs. «Mais, pour les remplacer, il faudrait compter plus de 1 million», explique le propriétaire. Une somme qui s’explique par la rareté des vins.

D’ailleurs, les voleurs auront du mal à les revendre sur le marché suisse. Les caves qui proposent la même gamme de produits ont déjà été alertées. Dès que quelqu’un leur proposera lesdites bouteilles, elles préviendront M. Pauli. En revanche, s’il devait passer les frontières du pays, le butin serait vraisemblablement perdu."

Texte IDEALWINE (http://www.idealwine.net/blog/).

 

 

 

 

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche