Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 10:36

Baptisé "Cité des civilisations du vin" lors du lancement du projet afin de mettre en avant sa dimension culturelle, le futur complexe de Bordeaux consacré à la culture du vin dans le monde s'appellera finalement tout simplement "Cité du vin", a annoncé vendredi son directeur général.

 

"Pendant la phase de projet, la terminologie "Cité des civilisations du vin" permettait d'expliquer ce que ce bâtiment allait être, notamment dans sa dimension culturelle. Aujourd'hui nous passons en phase de commercialisation", a expliqué Philippe Massol.

 

"De plus, après une étude auprès de nos futurs clients et partenaires nous avons eu des retours très négatifs, le mot "civilisation" portant une connotation passéiste, de quelque chose de disparu", a-t-il ajouté.

« Le nom "Cité des civilisations du vin" simplifié »

La marque "Cité du vin" a alors été testée "et elle porte déjà en elle une certaine dimension culturelle avec le mot Cité", a estimé M. Massol.

Début octobre seront révélés le futur logo ainsi qu'une courte phrase, "qui portera quelque part le mot culture", venant s'ajouter à la dénomination "Cité du vin".

 

Dans toutes les langues, "Cité du vin" est "plus facile à prononcer pour un étranger et même un Français", selon M. Massol.

Cette appellation sera d'ailleurs conservée en français comme nom de marque dans tous les pays du monde, seule la phrase accolée à ce nom devant être traduite.

 

Le projet architectural de 14.000 m2, aux courbes arrondies et nervurées s'inspirant des ceps de vigne et du mouvement du vin qui tourne dans un verre lors de la dégustation, vise 400.000 visiteurs par an et sera fortement scénarisé avec un parcours de deux heures, constitué de 23 salles, ouvert sur les régions viticoles du monde entier.

 

Ce parcours proposera "un tour du monde des vignobles", "une table des terroirs", des "portraits de vins" qui présenteront les grandes familles (rouge, blanc, sec, liquoreux et effervescent) et "une galerie des civilisations" du vin suivra l'histoire du vin de l'Egypte à aujourd'hui.

 

Le coût global du complexe s'élève à 81,1 millions d'euros, dont 15 millions issus de partenaires privés. Le solde est financé par l'Union européenne, Bordeaux Métropole, la région Aquitaine, le Conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux, l'État, la chambre de commerce et d'industrie et la ville de bordeaux pour sa plus large part (31 millions d'euros).

 

(Souce AFP)

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article
3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 09:38

Saveurs magazine présente "De la cagette à l’assiette", le salon des circuits courts parisiens 2015.

Saveurs, le magazine de l’art de vivre gourmand et la Lune Rousse lancent pour la première fois DE LA CAGETTE A L’ASSIETTE, le salon des circuits courts au Ground Control à Paris (26 ter rue Ordener, 75018 Paris).

 

Les 19 et 20 septembre 2015, à travers un marché, une cave et une cantine, se réuniront :

- Les plus grands sites internet de vente en direct producteurs,

 

- Les épiceries locavores,

 

- Les initiatives de potagers urbains,

 

- les cavistes indépendants,

 

- Les brasseurs parisiens, et de nombreux acteurs qui remettent le producteur au centre de la consommation.

 « DE LA CAGETTE A L’ASSIETTE »

Venez faire votre marché, rencontrer les producteurs et les entrepreneurs, déguster les vins et les bières, vous restaurer à la cantine du Ground control et assister aux tables rondes sur ces nouvelles habitudes de consommation qui changent les relations entre le consommateur et le producteur.

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 09:33

Un violent orage de grêle dans la nuit de lundi à mardi a causé des dégâts aux vignes de Chablis et Irancy, dans l'Yonne, a-t-on appris auprès du Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB) et des viticulteurs.

 

"C'est très localisé, c'est une minorité du vignoble qui est touchée, soit 10 à 15%, mais malheureusement, sur le Chablis, c'est la belle partie avec les Grands crus et quelques premiers crus", a précisé le président de la commission BIVB Chablis, Louis Moreau.

 

L'orage de grêle est tombé sur un "couloir" allant d'Irancy à Chablis. M. Moreau n'est pas inquiet pour le "potentiel" de la production, les raisins étant arrivés "au seuil de maturité".

"À 1H30, de gros grêlons sont tombés pendant près de dix minutes, avec beaucoup d'eau", a déclaré le président de l'appellation des producteurs de Chablis, Frédéric Gueguen.

"Certains secteurs, notamment des premiers crus, sont bien touchés", a-t-il ajouté, sans pouvoir dans l'immédiat estimer l'étendue des dégâts.

« Chablis et Irancy touchés par la grêle »

Le viticulteur s'est également inquiété du "risque de développement de champignons" à la "veille des vendanges".

Le début de la récolte pourrait donc être avancé.

Selon Evelyne Dauvissat, co-gérante du Domaine Jean et Sébastien Dauvissat, l'orage "venait d'Avallon" , dans le sud du département, et a touché certains secteurs de la commune de Chablis, ainsi que d'autres villages avoisinants.

"Nous sommes en période d'examen" des parcelles, a-t-elle poursuivi, en précisant que les parcelles du domaine classées en Grand cru n'avaient pas été touchées. "C'est le travail de toute une année et si le bois des vignes est abîmé, elle ne donnera pas bien l'année prochaine", a-t-elle souligné.

 

Propriétaire à Courgis (Yonne) du domaine Vaugerlain, Eugénie Alves a estimé que dans les vignes, "le feuillage était déchiqueté, mais pas trop les grappes".

"Il va falloir qu'on précipite les vendanges", a-t-elle dit. Selon elle, il est tombé "75 mm de pluie" en quelques heures. "Et il pleut encore", a-t-elle déclaré.

 

Le vignoble chablisien s'étend sur un peu plus de 5.400 ha. En 2014, la récolte a été d'un peu plus de 308.000 hectolitres, soit l'équivalent de 40 millions de bouteilles.

 

(Source AFP)

« Chablis et Irancy touchés par la grêle »
Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article
7 août 2015 5 07 /08 /août /2015 11:27

Douche froide pour le vignoble. Jeudi 6 août, le Conseil des Sages a rejeté l’amendement qui devait clarifier la loi Évin en levant notamment l’ambiguïté entre publicité et information.

 

Texte phare du quinquennat Hollande, la loi Macron "pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques" avait été adoptée à l’Assemblée nationale le 10 juillet dernier, avec le renfort de l’article 49-3.

À l’époque, le monde viticole avait accueilli la nouvelle avec enthousiasme. Toute une filière allait enfin pouvoir communiquer sur le vin, le nouvel amendement de la loi Évin (1991) distinguant publicité et information.

 

Entre autres, cette nouvelle disposition allait permettre à l’œnotourisme de se développer. Un essor que Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, appelait de tous ses vœux.

« L’amendement sur l’assouplissement de la loi Évin retoqué par le Conseil Constitutionnel »

Un mois plus tard, l’enthousiasme est retombé, le monde viticole est un peu sonné à l’annonce du rejet de l’amendement sur la loi Évin par le Conseil Constitutionnel. Sans rien remettre en cause sur le fond, les Sages ont statué sur la forme.

Ils ont, en effet, considéré que cet article, comme 17 autres, avait été "adopté selon une procédure contraire à la Constitution", celle des "cavaliers législatifs" c'est-à-dire qu'ils n'ont rien à voir avec le projet de loi initial Macron.

 

Soulignant que le Conseil Constitutionnel n’avait pas rejeté l’amendement de la loi Évin sur le fond, Joël Fargeau, vigneron et président de l’association Vin & Société qui regroupe aujourd’hui 500 000 acteurs de la vigne et du vin en France, "a vivement souhaité que l’engagement de clarification [de la loi Évin] fait par le président de la République et le gouvernement à toutes les régions viticoles, véritables poumons économiques pour notre pays, soit tenu. […] Le respect de cet engagement politique est un choix de raison et d’efficacité". 

 

(Source AFP)

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article
4 août 2015 2 04 /08 /août /2015 09:46

La fabrication d’un bon whisky est certes un processus très technique, mais cela relève parfois de la démonstration d’art. Vieillir le précieux liquide requiert d’ordinaire des fûts très précieux.

 

Suntory est la plus ancienne société de fabrication et de distribution de boissons alcoolisées au Japon L’entreprise envisage aujourd’hui très sérieusement de vieillir une partie de son whisky dans l’Espace.

Nous vous avions déjà parler d’une expérience similaire, des scientifiques s’étaient intéressés au vieillissement du whisky dans un environnement à gravité nulle. Il semblerait que la technique ait fait des émules.

 

Pourquoi recourir à un tel procédé ?

Parce qu’il semblerait qu’un whisky vieilli dans un environnement soumis à de petites variations de températures, à des mouvements de fluides et à de petits tremblements soit plus « moelleux ».

 

© Morgan Fromentin, übergizmo (FR)

© Morgan Fromentin, übergizmo (FR)

Pour vérifier cela, six échantillons, dont un Yamazaki Single Malt Sherry Cask 2013 – ayant reçu le titre de meilleur whisky du monde en 2014 -, seront envoyés dans l’Espace.

 

Une expérience qui coûtera cher, puisque les 450 grammes envoyés sur la Station Spatiale Internationale coûtent la bagatelle de 10 000$.

 

Le premier lot sera vieilli dans l’Espace durant un an, le second deux. Les experts s’attèleront ensuite à évaluer si le jeu en valait la chandelle.

 

Wait and taste!!

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article
24 juillet 2015 5 24 /07 /juillet /2015 09:45

La maison de Cognac Rémy Martin va lancer sur le marché chinois la première bouteille connectée dotée de la technologie de haute sécurité NFC, qui garantira au consommateur l'authenticité de son contenu grâce à un procédé de détection d'ouverture.

 

Uniquement vendu en Chine, le cognac fine champagne "Rémy Martin Club connected bottle" sera disponible à l'automne "dans des boîtes de nuit des trois grandes villes de Chine", annonce Florence Puech, directrice de la communication de la maison fondée en 1724.

 

Après avoir téléchargé sur son téléphone portable une application dédiée, développée en partenariat avec la société Selinko spécialisée dans la lutte contre la contrefaçon, le consommateur approchera son téléphone du goulot de la bouteille.

Il aura ainsi l'assurance que cette dernière n'a pas été déjà ouverte et pourra également accéder à de nombreuses informations sur son contenu.

« Rémy Martin lance une "bouteille connectée" pour lutter contre les contrefaçons »

Cette solution de certification a également un volet marketing, puisque le consommateur pourra participer à un programme de fidélité.

 

Ce lancement en primeur en Chine "n'est pas un hasard" dans un pays où "la contrefaçon est réelle et non-négligeable", reconnaît Mme Puech, soulignant toutefois que "notre moteur initial est l'innovation dans un pays hyper connecté".

 

Chine et États-Unis sont les deux premiers marchés de la maison de cognac Rémy Martin.

 

(Source AFP)

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Actualités
commenter cet article

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche