750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2019 4 13 /06 /juin /2019 15:42
« Le chenin se met en scène à la Paulée de l'Anjou »

Cépage blanc star de la Loire, le chenin sera au cœur d’un congrès international début juillet à Angers, au lendemain de la Paulée d’Anjou.

 

Elle s’est longtemps tenue un lundi, parfois au milieu des vignes mais pour l’édition 2019 de leur Paulée, les producteurs d’Anjou ont mis les petits plats dans les grands.

En effet, cette année, ce rendez-vous autour des meilleurs vins locaux se tiendra le dimanche 30 juin dans ce qui est sans doute le plus prestigieux des domaines ligériens, la Coulée de Serrant de Nicolas Joly.

 

Si l’on attend près de 400 passionnés pour cet événement animé, l’invité d’honneur sera sa majesté le chenin blanc, auquel Angers consacrera d’ailleurs trois jours de congrès international à partir du 1er juillet, au lendemain de la Paulée.

« Le chenin se met en scène à la Paulée de l'Anjou »

Une cinquantaine de viticulteurs Sud-Africains feront le voyage à cette occasion, l’Afrique du Sud étant l’autre pays du chenin blanc (appelé steen là-bas). À une heure et demie de Paris, des professionnels et des scientifiques du monde entier évoqueront les vertus du 4e grand cépage blanc dans le monde.

 

Cet événement réunira les deux versants du vignoble angevin. D’un côté les vignerons de l’Anjou noir, fiers de leurs terroirs de schiste, avec en particulier la mouvance des “bio” conduits par Jo Pithon et Mark Angéli, cofondateurs de la Paulée avec Évelyne de Pontbriand. Mais les Saumurois, autrement dit les professionnels de l’Anjou blanc, seront là aussi pour faire valoir leurs vins issus de terroirs calcaires.

 

Un dîner clôturera la Paulée, servi à Angers, au musée Jean-Lurçat, par trois chefs angevins étoilés.

 

(Source AFP)

Partager cet article
Repost0
23 mai 2019 4 23 /05 /mai /2019 10:17
« Avec le Château du Galoupet, LVMH met un pied en Provence »

Le groupe LVMH étoffe son portefeuille vin en s’offrant le Château du Galoupet, cru classé des Côtes-de-Provence, situé dans le Var, à La Londe-les-Maures.

 

Le succès du rosé ne laisse pas LVMH indifférent. Leader mondial du luxe, le groupe annonce l’acquisition du Château du Galoupet, qui produit environ  450 000 bouteilles de rosé par an (sur un total d’un peu moins de 500 000 bouteilles).

 

Situé à La Londe-les-Maures, dans le Var, le domaine comprend 160 hectares, dont 72 hectares de vignes. En 2017, il réalisait un chiffre d’affaires de 2,5 millions d’euros.

 

« Avec le Château du Galoupet, LVMH met un pied en Provence »

En plein essor, le rosé rencontre un succès croissant à l’exportation, aussi bien en volume qu’en chiffre d’affaires, selon les chiffres du CIVP, basés sur les statistiques des douanes. Le prix moyen à l'exportation (hors taxes) a quasiment doublé en moins de dix ans. 

 

La transaction avec la famille anglo-indienne Shivdasani, qui possédait le domaine depuis 1973, s’élèverait autour de 30 millions d’euros, d’après Reuters.

 

Numéro un du cognac, avec Hennessy, et du champagne avec Moët & Chandon, Veuve Clicquot ou Ruinart, le groupe de luxe détient également les châteaux Cheval Blanc et Yquem, dans le bordelais, et le Clos des Lambrays, en Bourgogne.

Il a acquis, fin 2017, le californien Colgin Cellars, ajoutant une troisième marque à ses possessions dans la Napa Valley.

 

(Source AFP)

Partager cet article
Repost0
10 avril 2019 3 10 /04 /avril /2019 10:26

De nombreux Anglais amateurs de vin font des provisions outre-Manche avant un possible "Brexit dur" qui les laisse dans l'incertitude.

Deuxième client des alcools français derrière les Etats-Unis, le Royaume-Uni a importé pour 1,3 milliard d'euros de vins et spiritueux de France en 2018.

 

"Nous restons Britanniques, donc nous n'allons pas arrêter de boire !", s'exclame en riant Tom Young devant un magasin d'alcool près de Calais. Sous une pluie fine, ce sexagénaire charge 300 bouteilles de vin dans le coffre de sa voiture avant de rentrer dans l'Essex, au nord-est de Londres. "C'est pour un mariage", s'empresse-t-il de préciser alors que son épouse ramène de nouveaux cartons sur un chariot.

« Avant le Brexit, les Britanniques amateurs de vin s'approvisionnent à Calais »

Le couple profite de ses voyages réguliers en France pour y acheter du vin, "de bonne qualité et meilleur marché en raison des très fortes taxes au Royaume-Uni".

Mais cette fois, le contexte a accéléré leur emploi du temps. "Le Brexit n'a pas influencé notre achat, mais il a eu un impact sur son timing : nous voulions être sûrs d'avoir le vin avant vendredi où il y a une  possibilité de sortie sans accord", explique Tom. "Après, qui sait ce qui peut se passer... On ne pourra peut-être plus faire ça."

 

"Il y a davantage de choix et les prix sont plus intéressants" en France, justifie Rory Hope, 53 ans. Pour l'heure, il ne se soucie pas de possibles taxes ou de voir le Royaume-Uni se tourner vers d'autres marchés. "C'est tellement confus qu'on ne peut rien prévoir", résume-t-il.

 

Chez les commerçants, la possibilité d'un "Brexit dur" n'inquiète pas outre mesure, même si beaucoup ont récemment constaté une recrudescence des achats.

 

"Lorsque le report a été annoncé, on a tous senti un rebond", rapporte Guillaume Pigniez, directeur du magasin "Terre de boissons" au centre commercial Cité Europe de Calais, dernière étape pour les touristes britanniques avant de reprendre le ferry ou le tunnel sous la Manche.

« Avant le Brexit, les Britanniques amateurs de vin s'approvisionnent à Calais »

Ces derniers s'inquiètent "de savoir s'ils vont toujours pouvoir en acheter autant sans devoir payer plus de taxes", en cas de "No Deal".

"Du coup, beaucoup ont pris les devants et sont venus acheter rapidement pour leurs besoins de l'année", note-t-il.

 

Mais pour lui, le Brexit - avec ou sans accord - ne changera pas la donne. "Même si les volumes baissent, ils continueront d'acheter car, quoi qu'il arrive, ils ne produisent pas de vin et seront toujours obligés d'importer".

 

"Je ne crois pas que le Brexit changera quoi que ce soit", renchérit Marcello Vargiu. "C'est dans l'intérêt des deux pays de limiter au maximum les taxes. Les Français ont besoin de vendre, les Britanniques d'acheter", ajoute cet Italien habitant à Londres, qui vient tous les trois mois s'approvisionner en champagne et en vin.

 

(Source AFP)

Partager cet article
Repost0
4 avril 2019 4 04 /04 /avril /2019 10:28

Elle change de couleur pour indiquer qu'elle est à bonne température, c'est la promesse de la nouvelle bouteille de champagne développée par Infinite Eight.

 

Une petite exploitation viticole de Villedommange, dans la Marne, près de Reims, a lancé sur le marché japonais une bouteille de champagne qui change de motifs et de couleur lorsqu'elle est à bonne température.

 

Ainsi, totalement blanche à température ambiante, la bouteille de ce millésime 2008 laisse apparaître lorsqu’elle est à bonne température des volutes roses animées de papillons et de notes de musique.

 

Baptisée "Butterfly Lovers", cette cuvée est un champagne brut composé de chardonnay (60%), de pinot noir (30%) et de pinot meunier (10%).

À gauche, la bouteille à température ambiante. À droite, la bouteille à bonne température

À gauche, la bouteille à température ambiante. À droite, la bouteille à bonne température

Brevetée à l'Institut national de la propriété industrielle début février, la technique développée par l'exploitant Infinite Eight et la société Distripac à Somain (Nord) consiste à recouvrir l'ensemble de la bouteille d'un film plastique sur lequel sont imprimés motif et couleur qui réagissent au froid grâce à un vernis thermo réactif.

 

"C'est une première. Nous sommes les seuls à le faire en Champagne", affirme Nicolas le Tixerand, dirigeant de la maison de Villedommange, déjà co-inventrice de l'étiquette qui vire du gris au rouge lorsque la bouteille est à bonne température.

 

"C'est du marketing. Mais c'est aussi un bon moyen pédagogique et ludique de savoir quand une bouteille de champagne est vraiment prête à la dégustation", ajoute-t-il. Son associé, Franck Leroux, s'est lui occupé du design de la bouteille.

 

Après le Japon, ces bouteilles customisées d'un nouveau genre seront disponibles bientôt sur le marché français.

 

(Avec AFP)

Partager cet article
Repost0
28 février 2019 4 28 /02 /février /2019 11:27

Un chêne tricentenaire pour des barriques d'exception destinées à bonifier des crus hors du commun. C’est un arbre exceptionnel, âgé de 350 ans,  qui a été abattu en février en forêt de Bercé, dans le sud de la Sarthe.

 

Le majestueux chêne abattu était d'une hauteur totale de 45 mètres. Il se composait d'une bille de tronc - la partie basse de l'arbre jusqu'aux premières branches - de 19 mètres de hauteur avec un diamètre médian de 1,07m, soit 17,2 m3 de bois, a indiqué l'Office National des Forêts (ONF), gestionnaire de la forêt de Bercé.

 

"Les émondeurs ont mis 1h15, à 25 mètres de hauteur, pour enlever les premières branches qui faisaient encore 60 cm de diamètre", a expliqué Joël Linte, responsable en Sarthe et Mayenne pour l'ONF.

L'opération, qui a duré plusieurs heures, s'est déroulée en présence des acheteurs, la tonnellerie Sylvain, basée à Libourne (Gironde), et de leurs clients, en particuliers américains.

Entreprise familiale, la tonnellerie Sylvain produit environ 33.000 barriques par an, dont 70% sont vendues sur le marché international.

« Un chêne tricentenaire abattu pour créer des barriques d'exception !! »

Mais le chêne tricentenaire sera réservé à la fabrication d'une série limitée de barriques baptisée "Collection", qui serviront à l'élevage de cuvées prestigieuses.

Lancée il y a dix ans, toute la série "Collection" est fabriquée à partir de chênes de plus de 300 ans.

 

La tonnellerie a ainsi acheté ces dernières années des chênes remarquables âgés de 350 ans, le chêne de « Colbert » et le chêne de « Morat », provenant de la forêt de Tronçais (Allier).

 

Le chêne de « Bercé » sera fendu prochainement mais les 80 à 100 barriques ne seront fabriquées que d'ici trois ou quatre ans, le temps de permettre au bois de sécher.

 

(Source AFP)

Partager cet article
Repost0
15 février 2019 5 15 /02 /février /2019 11:28

En moins de vingt ans, la consommation de vin en France, premier pays à lever le coude dans le monde en 2000, a chuté de plus de 20%, selon les statistiques de l'Organisation internationale du vin (OIV).

 

En moyenne en 2016, chaque Français d'âge adulte a absorbé 51,2 litres de vin, avec ou sans bulles, contre 71,5 litres en 2000, une chute de 28,4%, selon l'OIV.

En volume, en 2017, la consommation de la France s'est réduite à 27 millions d'hectolitres de vin contre 34,5 millions en 2000, un recul de 21,7%. Pendant ce temps, les États-Unis sont devenus en 2011 le premier pays consommateur mondial, avec 32,6 millions d'hectolitres de vin en 2017 contre 21,2 millions en 2000 (+53%).

« La consommation de vin en France continue de chuter »

Par habitant, la consommation des Américains reste néanmoins très inférieure à celle des Européens. 12,1 litres par an en 2016 contre 43,6 litres pour les Italiens, 28,3 pour les Allemands et 24,1 pour les Espagnols. Par habitant, le Portugal est en tête du classement mondial, avec 51,4 litres absorbés par tête en 2016, contre 53,2 litres en 2000.

 

Les statistiques sont calculées en divisant la consommation totale d'un pays par le nombre d'habitants d'âge adulte, et excluent la consommation touristique, précise l'OIV.

"La France est sur une tendance longue de baisse de consommation en volume de toutes les boissons alcoolisées" dit Alexis Capitan, directeur général de l'association Avec modération, soutenue par la profession. "Sur les 50 dernières années, on doit être au moins à 60% de baisse", ajoute-t-il.

« La consommation de vin en France continue de chuter »

Mais "le phénomène de montée en gamme de la consommation de vin observé ces dernières années - moins mais mieux - est toujours d'actualité", selon lui.

 

En effet, le budget annuel consacré aux achats de boissons alcoolisées reste ferme, à 325,30 euros en 2017, soit 4,80 euros de moins qu'en 2016, mais 24 euros de plus qu'il y a dix ans, selon la société d'études Kantar Worldpanel.

 

(Source AFP)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche