Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 10:04

Les prix des vins français augmentent fortement en raison de faibles disponibilités après une récolte 2013 guère plus abondante que celle de 2012, révèle le service statistiques du ministère de l'Agriculture, ARGRESTE.

 

D'août à janvier, les prix des vins avec appellation ont bondi de 18% sur un an, et de 25% comparé à la moyenne des cinq dernières campagnes (2008-2012).

Carte-Vignoble-France.jpg

L'envolée des prix est particulièrement notable pour les vins de Bourgogne (+32% sur un an) ou en Bordeaux (+20% sur un an). Cette hausse s'explique surtout par "les faibles disponibilités de début de campagne (-6% sur un an)", explique AGRESTE.

 

Les cours des autres vins (avec Indication Géographique Protégée et sans IG) montent aussi mais dans une plus faible proportion, de 6 à 11%. Les blancs sans IG connaissent dans cette catégorie la plus forte augmentation (+14%).

 

Les vendanges 2013 se sont déroulées avec deux à trois semaines de retard, après les pluies et le froid de juin. Ce printemps exécrable, suivi d'orages de grêle pendant l'été et de précipitations pendant les vendanges, ont affecté les volumes.

 

Ainsi, selon la dernière estimation d'AGRESTE en novembre, la récolte 2013 de raisin reste historiquement basse, à 42,3 millions d'hectolitres, soit légèrement supérieure (+2%) à celle de 2012 mais en dessous de la moyenne des cinq dernières année (-7%).


(Source AFP)


Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 16:04

Cave-de-Massandra.jpg

Hier encore sur le territoire ukrainien, la cave de Massandra, située près de Yalta, pourrait bientôt devenir russe puisque la Crimée a voté ce dimanche 16 mars 2014, lors d'un referendum non reconnu par l'Union européenne et les Etats-Unis, son rattachement à la Russie.

 

Le moins que l’on puisse dire c’est que la dot de la mariée est un bien délicieux nectar. En effet, certains amateurs ne sont pas loin de considérés que la cave de Massandra produit les meilleurs vins liquoreux au Monde !!

 

Peu faciles à trouver en France, les vins de Crimée sont très appréciés par les collectionneurs de vins rares.

 

La cave produit plus de 150 vins différents. Plusieurs millions de bouteilles de vin sont entreposées dans huit couloirs longs de 100 mètres chacun complètement remplis de bouteilles de part et d'autre, et les foudres font de 20 000 à 50 000 litres.

 Cave-de-Massandra-1.jpg

La cave de Massandra a été construite en 1897 - il existe une cuvée spéciale qui marque cette date dont il ne reste plus que 31 bouteilles - sous le règne du tsar Nicolas II qui avait une passion pour les vins et les cépages qui se faisaient ramenés de toute l’Europe. Il fera planter plus de 2000 cépages différents sur 40.000 hectares.

 

 

Les vins les plus typiques et réussis de Massandra, selon les amateurs qui ont eu la chance d’y goûter (Ce n’est pas mon cas !!)- sont ceux issus du muscat. Des vins d'une grande profondeur, très liquoreux, avec une complexité extraordinaire de pâte de coing, d'amande confite, d'orange et d'ananas. Ces vins possèdent un potentiel de garde d'un siècle. Les prix varient entre 30€ et 3 000€ par bouteille.

 

   

Si le marié russe peut avoir le sourire, les amateurs collectionneurs de grands liquoreux sont, eux, un peu plus inquiets !!

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 23:12

Le 26 février, le Conseil d’État a débouté l’Association des viticulteurs d’Alsace de sa demande d’annulation du décret autorisant les viticulteurs de Gaillac à utiliser la mention « vendanges tardives ». L’Alsace entend rebondir en rehaussant les conditions de production de ses liquoreux.

 

« Écœuré ». L’adjectif de Jérôme Bauer, président de l’Association des viticulteurs d’Alsace (Ava), résume le mieux le sentiment qui prédomine dans le vignoble alsacien.

 

Le Conseil d’État n’a pas suivi ce syndicat qui demandait l’interdiction de la mention « vendanges tardives » pour l’appellation Gaillac. « Cette décision ramène les vendanges tardives à un type de produit », analyse Jérôme Bauer.

Niedermorschwihr---Alsace.jpg
L’Alsace avait plaidé l’inexistence « d’usages locaux, loyaux et constants » à Gaillac (Tarn) pour demander que l’appellation ne puisse plus utiliser cette mention. La plus haute juridiction administrative ne l’a donc pas entendu de cette oreille.

Faute de pouvoir poursuivre son combat sur le terrain juridique, l’Alsace entend le déplacer désormais sur celui de la qualité.

 

Gaillac est autorisé à utiliser la mention « vendanges tardives » depuis un décret publié le 24 novembre 2011.

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 11:28

Rassurez-vous il ne s’agit pas d’un non d’oiseau (gros mot) en créole et moi aussi, avant d’écrire cet article, j’en ignorai totalement l’existence sans pour autant me porter plus mal. Mais bon comme il parait qu’il ne faut pas mourir idiot. Va savoir pourquoi, mais là c’est un autre débat, revenons donc à notre « Oenococcus oeni », la bactérie qui fait perdre au vin son acidité et qui a désormais sa carte d'identité.

 

Moins connue que la fermentation alcoolique, la fermentation malolactique, qui modifie l'acidité du vin, est due à l'activité de cette bactérie dont une équipe hispano-italienne de microbiologie vient de dresser la carte d'identité.

 

Dans les processus de vinification, la fermentation malolactique, aussi appelée seconde fermentation ou encore "malo", intervient après la fermentation alcoolique.

La fermentation alcoolique permet aux levures de transformer progressivement le sucre du moût de raisin en alcool. Une fois que les sucres ont été transformés, une seconde fermentation peut intervenir, provoquée par des bactéries lactiques, en particulier Oenococcus oeni.

Caves-Bichot.jpg Les bactéries lactiques transforment l'acide malique en acide lactique, un acide plus faible, ce qui se traduit par une diminution de l'acidité du vin.

Pour les professionnels du secteur, la fermentation malolactique peut aussi jouer sur le goût et les propriétés aromatiques du vin, lui apportant souplesse et rondeur, ainsi que stabilité microbienne.

 

La fermentation malolactique est recherchée pour pratiquement tous les vins rouges, mais plus rare pour les vins blancs.

Des bactéries lactiques sont aujourd'hui produites industriellement et proposées aux vinificateurs.

Observée pour la première fois au XIXe siècle, la fermentation malolactique n'est maîtrisée que depuis les années 60 et reste un processus délicat.

 

Mal contrôlée, elle peut par exemple entraîner la dégradation d'autres substances présentes dans le vin, comme l'acide citrique, et transformer le vin en vinaigre.

Pour mieux la connaître, l'équipe conduite par Maria de la Luz Mohedano (Centre d'Investigation biologique de Madrid, Espagne) et Pasquale Russo (Université de Foggia, Italie) a analysé l'organisation interne de la bactérie.

 

"L'environnement rude du vin représente un défi pour la survie de O. oeni et peut fortement affecter le succès de la vinification", relèvent les chercheurs dans un article publié mercredi dans la revue "Open Biology" de la Royal Society britannique.

 

Encore partielle, cette carte de référence devrait cependant être utile aux biochimistes qui étudient cette bactérie importante dans la vinification.

 

(Source AFP)

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 16:11

Pourquoi dit-on d’un vin qu’il est tannique ? Si le mot tannin n’est pas très utilisé dans la vie courante, par contre il revient très souvent dans la dégustation des vins rouges.

 

Qu’est-ce qu’un tannin ?

Les tannins sont des molécules contenues dans la peau et les pépins du raisin, et qui donnent parfois ce côté rugueux au vin en bouche car les tanins se révèlent au contact de notre salive.

Les tannins sont l’un des éléments essentiels de ce que l’on ressent en bouche quand on goûte un vin rouge. Ils sont en quelque sorte le squelette du vin. Un squelette qui peut être plus ou moins fin.

 

Comme les tannins se diffusent dans le jus au cours de la vinification, le style de vinification du vigneron sera essentiel dans la quantité et la qualité des tannins d’un vin rouge.

Cette diffusion est en effet plus importante si le vigneron cherche à extraire plus fortement sa matière première par une macération longue des peaux et des pépins avec le jus ou par diverses manipulations comme le « pigeage » ou le « remontage ».

Le pigeage revient à enfoncer régulièrement la masse des peaux des raisins qui flotte à la surface du jus dans les cuves, alors que le remontage consiste à pomper le jus en bas de la cuve et à le réinjecter en haut, au-dessus des peaux.

 Grappes-cabernet-sauvignon.jpg

Les tannins dépendent aussi des cépages. Certains cépages, comme le cabernet sauvignon, contiennent beaucoup de tannins et d’autres, comme le gamay, en contiennent très peu.

 

Ils dépendent également de la maturité des raisins.

Un raisin insuffisamment mûr produira des tannins particulièrement râpeux et astringents qui donneront l’impression d’avoir la bouche sèche quand on aura recraché ou avalé le vin.

 

Selon le cépage, sa maturité et la façon dont le vin a été vinifié, on va percevoir, lors de la dégustation, des tannins allant du très « soyeux » (impression d’un vin velouté, sans aspérité) au très « râpeux » (sensation râpeuse sur la langue et les gencives).

Avec, bien entendu, des nuances entre ces deux sensations.

 

En règle générale, un « grand » vin vinifié avec raffinement et délicatesse n’aura jamais de tannins très marqués. Le « grain » de tannin d’un vin est donc une des façons de juger sa qualité.

 

Les tannins évoluent avec le temps

Ils sont en général assez marqués dans les vins jeunes et s’arrondissent avec le temps (ils deviennent plus soyeux).

C’est pour cette raison que les vins de Bordeaux, très tanniques, sont particulièrement adaptés à un long vieillissement. Comme leurs tannins fondent avec le temps, ils deviennent bien plus agréables en vieillissant.

Mais ce phénomène a ses limites.

Un vin possédant dans sa jeunesse des tannins grossiers qui râpent les gencives et assèchent la bouche, n’a aucune chance de devenir un jour aussi doux que du velours.

 

De la qualité de son héritage génétique dépend la capacité d’un vin à bien vieillir !!

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 21:24

Carte.pngLe millésime 2013 de Bordeaux s'annonce comme prévu "inégal", après une année d'intempéries, a estimé mardi 11 février 2014, le président de l'Union des grands crus de Bordeaux (UGCB).

 

« Le millésime 2013 n'est pas moins bien, ni mieux que 2011 et 2012 », a déclaré Olivier Bernard,  président de l'Union des grands crus de Bordeaux (UGCB) lors d'une conférence de presse à Bordeaux. 

« Tout le monde ne l'a pas réussi de la même façon, a-t-il ajouté, après avoir déclaré que pour définir ce millésime il retenait l'adjectif "inégal" ».

Olivier Bernard a fustigé la décision radicale prise par Château Malescasse, cru bourgeois du Bordelais, de ne pas sortir de millésime 2013, annoncée début février, décision que son influent conseil Stéphane Derencourt a expliqué en jugeant le millésime « déficient », « sans potentiel de garde » et « parfois médiocre ». 

 

« Je ne suis pas inquiet du tout sur la présentation des primeurs », a-t-il ajouté en promettant des « vins de qualité », au niveau de 2011 et 2012, dans une « lignée » de « vins à boire ».

 

« En 2009 et 2010, on a eu deux millésimes de génie et puis la nature est venue nous rappeler, depuis trois ans (2011, 2012 et 2013), qu'elle était forte », a-t-il expliqué en évoquant « 1,60 m d'eau en cumulé sur 15 mois alors que normalement on a 800 mm ».

Ainsi, a-t-il estimé, environ la moitié des 50 crus les plus connus parmi les 240 châteaux produisant des grands crus de Bordeaux devraient baisser leurs prix de « 20 à 30% ».

On demande à voir !!

La semaine des primeurs de l'UGCB, (regroupant 133 crus parmi les plus connus du Bordelais), grand rendez-vous des professionnels qui testeront le millésime, se tiendra du 1er au 4 avril.

(Source AFP)

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche