Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 17:41

Chateau-Chalon.jpgLe vin de paille, produit notamment dans le Jura, mais pas uniquement, est un vin rare, complexe… et donc cher.

 

Dans le Jura, le vin de paille est produit dans les appellations Côtes du Jura, Arbois et l’Étoile, à partir des cépages poulsard, savagnin et/ou chardonnay. Le rendement de base est fixé à 20 hectolitres par hectare, ce qui est très faible. Ce vin sucré blanc, qui peut aller de doux à liquoreux, est élaboré selon la méthode du passerillage, par dessiccation des baies.

 

Les raisins sont mis à sécher pendant six semaines soit sur un lit de paille, soit sur des claies, soit suspendus, dans un local bien ventilé. On sélectionne ensuite les plus beaux grains qui se sont ainsi concentrés naturellement en sucres. Entre Noël et la fin février, après avoir pressé les baies déshydratées regorgeant de sucre, on obtient une vingtaine de litres de moût pour 100 kilos de raisins !

 

Au final, le vin titre entre 14,5° et 17° ; il est élevé durant trois ans en petits fûts.

 

On trouve ce même mode d’élaboration  dans le nord de la Vallée du Rhône en Hermitage, avec de la marsanne et de la roussanne, en Alsace, en Italie, et au cas par cas, dans d’autres vignobles.                     

 Ces vins vieillissement merveilleusement bien, plusieurs décennies.

 

Accords gourmands

Il faut les servir frais, vers 8/10°, à l’apéritif ou en digestif. Au cours d’un repas, ce sont de formidables alliés du foie gras, des fromages à pâte persillée, des desserts aux amandes et aux noix, d’une tarte aux abricots. Osez aussi un poulet rôti, comme dans la grande tradition sauternaise !

Passerillage-du-raisins-sur-claies.jpg

La robe va de l’ambre au topaze, selon l’âge. Le nez est toujours très flatteur, alliant des notes d’agrumes confits, de fruits confits et de fruits secs, mais aussi de fleurs blanches et de poires dans leur jeunesse.

 

La bouche prolonge ce registre très flatteur, avec une grande puissance et de la complexité, en développant des arômes de fruits confits, de pruneau, de miel, d’orange confite. Ce vin toujours de grand confort, est d’une grande persistance.

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 17:28

Bouchon-en-liege.jpgLe goût de bouchon se caractérise par une odeur liégeuse, de moisi, d’humidité. Si chacun y est plus ou moins sensible, en tous les cas le vin est imbuvable. Explications.

 

L’origine du goût de bouchon

Le responsable a été identifié en 1980 par un chercheur suisse : il s’agit d’une molécule de chlore, le trichloroanisol, dit TCA. Depuis, on a isolé d’autres molécules, très proches chimiquement du TCA, mais aux origines différentes, et qui parasitent aussi les vins. Il est impossible de savoir, à la dégustation, de quelle molécule il s’agit.

 

Le liège est une matière microporeuse qui fixe les odeurs d’ambiance de façon incroyable. A côté du vrai goût de bouchon il peut y avoir d’autres mauvais goûts.

Le taux de contamination aujourd’hui constaté se situe autour de 1,5%. Ce taux a surtout diminué les 6,7 dernières années, depuis trois ans il stagne.

 

Les causes de la contamination

Il est communément admis que les trois-quarts des contaminations proviennent des chais, un quart du bouchon. L’essor, au début des années 90, des vins élevés au château et la construction de chais climatisés, ont favorisé des environnements confinés ; les palettes de stockage et les traitements des charpentes ont amplifié le phénomène, la pollution ne passant pas à travers le bouchon mais suivant les courants d’air.

 

Les solutions du côté des producteurs

La réaction des bouchonniers a été radicale et la qualité des lièges s’est beaucoup améliorée depuis la fin des années 90. Dans le même temps, d’autres modes de bouchage se sont développés : bouchon synthétique, bouchon en verre, capsule à vis.

 

Selon Pascal Chatonnet, le seul bouchon garanti anti TCA est le Diam. Et notez qu’un vin capsulé à vis peut tout de même développer un goût “dit de bouchon”, si le joint d’étanchéité en plastique a lui-même été contaminé auparavant. C’est peu fréquent mais cela existe !

 

La solution serait d’analyser le vin avant sa mise en bouteilles. Cela ne coûte pas très cher mais très peu de laboratoires sont capables de le faire.

 

Que faire face à un vin bouchonné ?

Pas grand-chose, sinon ouvrir une autre bouteille. Certains ont inventé des filtres, à l’efficacité discutable.

Toutefois, sachez que pour les bouteilles gardées chez soi, il n’y a pas de danger car une fois la bouteille bouchée, il n’y a plus aucun risque à ce que le goût traverse le bouchon.

Cependant, une précaution s’impose : ne jamais reboucher le bouchon à l’envers !

 

Bordeaux touché aussi !

Le Bordelais a, comme de nombreux vignobles, été touché par cette pollution : Pascal Chatonnet, oenologue et lui-même propriétaire de plusieurs domaines à Saint-Émilion et Lalande de Pomerol, a largement étudié le sujet et contribué à l’éclaircir.

Le “pic” se serait produit entre 1980 et 2000. Il confiait dans TAST qu’entre 1993 et 1999, 100% des producteurs étaient concernés à Bordeaux, sans exception, mais que seule une minorité des vins avaient été pollués. Aujourd’hui, le continent le plus touché est l’Amérique du Sud.

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 09:46

Pourriture-Noble.jpgL’appellation d'origine contrôlée (AOC) Sauternes est une appellation du vignoble de Bordeaux. Elle se situe sur la rive gauche de la Garonne, de part et d'autre de la rivière Ciron, au sud de Bordeaux.

 

Les vins de sauternes ont été classés en AOC par le décret du 30 septembre 1936 et concernent exclusivement vin blanc liquoreux. C'est un vin d'assemblage entre les cépages muscadelle, le sauvignon et le sémillon. Son vignoble comporte quelques vins au prestige mondialement reconnu comme le Château d'Yquem, seul premier cru supérieur retenu lors de la classification officielle des vins de Bordeaux en 1855.

 

La légende

Une légende locale raconte qu'un propriétaire rentra en retard pour superviser ses vendanges. Trouvant le raisin sur mûri, il décida néanmoins de rentrer sa récolte en dépit de l'aspect pourri des raisins. Bien lui en pris puisqu'il découvrit l'apport de la pourriture noble aux arômes du vin.

 

Situation

L'appellation sauternes est située à une trentaine de kilomètres au sud de Bordeaux. Sise sur la rive gauche de la Garonne, elle s'étend sur les deux rives de la rivière Ciron.

Elle est délimitée aux terroirs viticoles de cinq communes: Barsac, Bommes, Fargues, Preignac et Sauternes. Les vins de la commune de Barsac peuvent aussi être revendiqués en Appellation Barsac

 

Sols

Le vignoble repose sur un sous-sol argilo calcaire ou calcaire, sur lequel une couche plus ou moins épaisse de graves s'est déposée. Les crus les plus prestigieux sont implantés sur des coupes de graves.

La topographie des lieux donne un paysage faiblement vallonné, le maigre relief étant constitué de croupes de graves de quelques dizaines de mètres.

 

Climatologie

Le climat général est un océanique, proche de celui de Mérignac.

L'appellation bénéficie d'un climat local particulier. La rivière Ciron coule sous le couvert végétal de la forêt des Landes. Son eau froide amène de l'humidité.

A l'automne, ce phénomène crée des brouillards matinaux qui s'estompent durant la matinée. Ces brumes favorisent le développement du botrytis cinerea en pourriture noble. Le grain se confit, sa pulpe se concentre en sucres et l'action de la pourriture noble donne des arômes de fruits confits caractéristiques.

Chateau-Yquem.jpg

Encépagement

Le décret d'appellation précise que quatre cépages peuvent être utilisés sans règle de proportion : la musadelle, le sauvignon, le sauvignon gris et le sémillon. Tous sont sensibles à la pourriture grise. Ce défaut devient qualité lors d'années où le climat local favorise la noblesse de cette pourriture.

La muscadelle apporte une touche de complexité à l'assemblage. Ce cépage originaire du sud-ouest est peu cultivé, mais avec 5 à 10 % de l'assemblage, il apporte déjà sa touche. Sa sensibilité aux maladies, vers de la grappe et à l'oxydation le pénalisent.

 

Le sauvignon blanc est un cépage issu du bordelais ou du centre de la France. Il possède des arômes variétaux typiques en vin sec : agrumes, bourgeon de cassis ou buis. Vinifié en liquoreux, il apporte à l'assemblage une pointe d'acidité, gage de fraîcheur et arômes. Le sauvignon gris G est la version colorée du sauvignon blanc. Les caractéristiques des vins sont très voisines, cependant, le taux de sucre est plus élevé avec le sauvignon gris, un argument de poids pour faire des vins moelleux.

 

Le sémillon est un cépage régional. Guy Lavignac le dit originaire du sauternais. Ce cépage à l'acidité parfois un peu faible se rattrape avec une structure ample, beaucoup de gras et de douceur en bouche. C'est un cépage sensible à la pourriture qui prend donc bien la pourriture noble.

 

Récolte

Pour respecter le caractère particulier des vins de sauternes, la pourriture noble est indispensable. La récolte se fait donc sur des raisins sur mûris porteurs de la noble maladie. Les vendanges se font obligatoirement en tris successifs, de trois à six passages selon les années.

Les vendangeurs récoltent à chaque passage les seules grappes ayant atteint la bonne maturité. Certains châteaux récoltent en partie de grappe voire même grain par grain.

 

Accords mets-vin

Le sauternes a longtemps été le vin des desserts. Son sucre résiduel et ses arômes de fruits confits le désignaient pour le rôle de faire valoir aux fins de repas.

Ensuite, la découverte de son association avec le foie gras lui a confié un autre unique rôle. Mme Lurton, directrice du Château Climens et représentante de l'union des crus classés de Barsac-Sauternes, a initié des expériences entre ce vin et de grands chefs internationaux.

 

Caisse-de-Coutet.jpg

Leur structure et leur douceur font merveille avec les crustacés ou viandes blanches, mais aussi les cuisines exotiques aux épices douces (safran, gingembre) ou la cuisine des légumes.

Selon Pierre Cazamayor « c'est avec les fromages bleus que le sauternes trouve des compagnons d'exception. Peut-être faut-il y voir là, le mariage parfait entre deux moisissures que l'homme anoblit après avoir paré les deux produits des vertus de la fermentation.»

 

Mes dernières expériences

 

Château Coutet - 1er cru Barsac 1998 et tarte aux abricots

Mercredi 1er décembre 2010 (voir le commentaire)

 

Château Sigalas Rabaud - 1er cru Barsac 1959 et tarte aux quetsches

Vin superbe, on lui a trouvé un léger manque de gras pour les plus exigeants.

 

Château Sigalas Rabaud - 1er cru Barsac 1986 et clafoutis aux pêches

(voir le commentaire)

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 06:58

 

RivesaltesEn cette période de fin d'année, le vin doux naturel est une très agréable alternative au traditionnel Sauternes et en association avec un dessert au chocolat, cela peut devir un pur moment de bonheur.

D'ailleurs, je me rappelle d'un Maury 1959 accompagant un Opéra, c'était tout simplement à se rouler par terre (pas vrai Ruddy).

Mariage renouvelé quelques temps plus tard avec un Banyuls Grande Réserve de 1947, avec toujours autant de succès.

 

Histoire

Mystérieux vins doux naturels qui traversent le temps et les âges sans perdre une once de leur jeunesse et de leur vivacité. Mais quel est donc leur secret ?

 

Les vins doux naturels sont des vins sucrés, rouges ou blancs, produits essentiellement dans le Sud de la France. Ils sont élaborés selon un procédé bien spécifique qui fait intervenir l’opération dite du “mutage” : l’arrêt de la fermentation par l’ajout de liqueur (alcool neutre). C’est Arnaud de Villeneuve, recteur de l’université de Montpellier, qui, au 13e siècle, aurait le premier découvert ce principe.

 

Ce mutage permet donc de stopper nette la fermentation, c’est-à-dire la transformation des sucres en alcool, et de conserver des sucres dans le vin.

Le vin doux naturel est donc tout sauf naturellement doux… mais toujours doux, naturellement !

Il existe différentes appellations aussi bien en blanc qu'en rouge.

 

En blanc :

  • Les rivesaltes. A base de macabeu, grenache blanc, malvoisie. Ils peuvent être aussi ambrés, c’est-à-dire élevés en foudres : ils prennent une teinte plus cuivrée et des notes évoluées de noisette, d’agrumes confits.

  • Les muscats (de Frontignan, de Rivesaltes, Saint-Jean-de-Minervois, du Cap Corse). A base de muscat à petits grains ou de muscat d’Alexandrie. Ils ont une teinte or et de beaux arômes floraux et fruités, de miel pour les plus riches.

En rouge :

Ce sont des vins élaborés à partir de grenache noir.

  • le rivesaltes

  • le maury

  • le banyuls

  • le rasteau

Parmi ces rouges, on distingue les oxydatifs, vieillis un an à l’air libre ou dans des fûts à moitié remplis, en milieu oxydatif donc, puis passés en foudres. Ils donnent des notes de fruits secs, de moka voire de rancio.

Il y a aussi les vintages, élevés comme des rouges secs sous atmosphère réductrice, à l’abri de l’air, qui sonnent des arômes fruités, cerise à l’eau-de-vie, cassis, épices.

 

Enfin, il faut également séparer les VDN des VDL (vins de liqueur) : le mutage est différent.

En ce qui concerne les VDN, le mutage est effectué sur un moût en cours de fermentation avec de l’alcool neutre.

 

En ce qui concerne les VDL, le mutage est effectué sur un moût en cours de fermentation avec de l’eau-de-vie de vin (ce sont les porto, xerès ou madère, ce dernier étant encore plus particulier puisque muté puis chauffé à 40° dans des étuves pendant trois mois).

Les mistelles sont une catégorie de VDL : le mutage intervient sur le moût de raisin frais, avant la fermentation, avec une eau-de-vie de vin, se sont les floc de Gascogne, pineau des Charentes, macvin du Jura.

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 14:10

Capsules-a-vis.JPGLes passionnés de vin accepteront-ils de ne plus déboucher les bouteilles d’un geste magistral mais en tournant un bouchon à vis ?

Sur les 17 milliards de bouteilles de vin de 75 cl produites chaque année dans le monde, près de 2 milliards ont été «encapsulées» en 2008, contre 300 millions en 2003 !

 

Plus de 90 % des vins néo-zélandais et 60 % des australiens sont fermés par des capsules à vis. Dans les pays viticoles du nouveau monde la capsule à vis est plus répandue que dans les pays traditionnels où le bouchon demeure la référence. L’enjeu principal de la capsule à vis est parvenir à éliminer le goût de bouchon tout en assurant une bonne conservation du vin et une parfaite régularité des bouteilles.

 

Goûtez le vin pas le bouchon

Le goût de bouchon est un phénomène qui a pu engendrer bien des déceptions, comme une bouteille réservée pour un événement familial ou pour fêter un succès sentait le bouchon et était bonne à jeter. Les producteurs de vin constatent que ce phénomène est récurrent et touche des lots entiers de bouteilles.

Ce phénomène s’est accentué lors de la croissance du bouchon en liège, qui en plus de fournir le marché des vins européens a du également faire face à la demande des vins du nouveau monde. Les fabricants de bouchon ont du traiter les bouchons et privilégier la production à la qualité. Selon les spécialistes 3 à 7 % des bouteilles sont ainsi dépréciées. Dire oui à la capsule à vis, c’est dire non au goût de bouchon.  

Un débouchage facile

Techniquement le bouchage à vis est plus simple, les consommateurs qui l’essayent l’adoptent! Un simple tour de main suffit pour ouvrir la bouteille, sans instrument à chercher, sans effort, sans débris de bouchon tombant dans la bouteille. Un débouchage et un rebouchage faciles même si la bouteille n’est pas terminée. La capsule à vis est certes un pas à franchir mais reste séduisante de par sa praticité!

Quels pourraient donc être les défauts des capsules à vis ?

Des tests effectués lors de l’International Wine Challenge (IWC) de Londres en 2007 ont mis en évidence un problème de sulfuration, qui donnerait au vin des arômes de caoutchouc brûlé, d’allumettes brûlées. Ce phénomène se serait avéré sur plus de 2% des centaines de bouteilles fermées avec la capsule à vis.

La capsule à vis nécessite des bouteilles à pas de vis et des chaînes d’embouteillage adaptées.

Tant que le système ne sera pas généralisé, un surcoût de 15 à 20% subsiste en comparaison des systèmes traditionnels. Ceci disparaîtra pour le vin comme cela a disparu pour les liqueurs, les whiskies, les grands alcools, ce qui n’a rien a voir avec le but essentiel d’un bon bouchage qui est de préserver la qualité du vin.

La capsule est une excellente solution pour les vins blancs, mais son avantage reste à prouver pour les vins rouges de garde, où les polémiques persistent toujours. D’autant que les producteurs de liège tentent de mettre au point de nouvelles techniques pour parvenir à limiter l’oxydation du vin et le goût de bouchon.

(Source www.winefair.com)

Quelques avis intéressants sur la question : www.baumard.fr/webbaumard/sujet_fiche.php?IDC=47

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 11:34

 

Grappes-cabernet-sauvignon.jpgLe cabernet sauvignon est un cépage français. Cépage mondialement connu grâce aux grands crus de Bordeaux, il est devenu l'un des cépages les plus répandus dans le monde. Il pousse dans la plupart des pays viticoles dans un éventail de climats allant du Canada au Libann. Il doit sa reconnaissance internationale au vignoble de Bordeaux où il est souvent assemblé avec du merlot et du cabernet franc.

Ce cépage s'est propagé de la France à l'Europe puis dans toutes les nouvelles régions viticoles telles que la Californie, l'Australie ou le Chili. Durant le XXème siècle, ce fut le cépage le plus planté au monde jusqu'à ce qu'il soit surpassé par le merlot en 1990.

 

 Malgré la mondialisation de sa culture, ce cépage est une variété relativement récente. C'est le produit du métissage entre un cabernet franc et d'un sauvignon blanc réalisé par hasard au XVIIème siècle dans le sud-ouest de la France. Il doit sa popularité à sa facilité de culture (les raisins ont des peaux épaisses et les vignes résistent bien au gel et à la pourriture) mais aussi à un parfum spécifique qui lui donne sa typicité. Sa facilité de prononciation en a fait un produit familier et digne de confiance pour les consommateurs, même quand il provient de régions peu appropriées à la viticulture.

 

Description

La souche est droite et assez vigoureuse, le tronc faible mais droit avec un port érigé. L'écorce possède des lanières minces et régulières. Les sarments sont droits, fermes, très érigés, durs et cassants, de grosseur moyenne ou mince. L'écorce, d'abord marron clair, puis foncée mais tirant sur le rose autour des nœuds, est pointillée et striée.

Les feuilles sont rosées à leur épanouissement, fortement duvetées, minces, généralement plates, parfois en gouttière, aussi larges que longues, orbiculaires Les feuilles ont un aspect glabre avec la face supérieure vert foncé et la face inférieure plus claire avec, en dessous, des nervures saillantes.

Les raisins se présentent en grappes de grosseur moyenne, ramassées, plus longues que larges, cylindres coniques généralement peu ailés. Les grains sont ronds, moyens ou petits et assez serrés. La peau est dure et épaisse, bleu noirâtre à reflets blanchâtres. Ils résistent bien à la pourriture. Leur chair, ferme et croquante, produit un jus épais et visqueux, à la saveur douce, agréable avec un parfum caractéristique bien apparent.

  

L’arôme de « poivron vert »

poivrons.jpgQuelques arômes du cabernet sauvignon sont intimement liés à la viticulture et au climat. L'arôme le plus largement reconnu est l'arôme dit de « poivron vert » ou herbacé. L'arôme de poivron vert n'est pas considéré comme un défaut mais il ne plait pas à tous les consommateurs. Deux autres arômes reconnus du cabernet sauvignon sont la menthe et l'eucalyptus.

Même si le cabernet sauvignon peut pousser dans divers types de climats, sa production, qu'elle soit de type mono cépage ou assemblage, est très influencée par la chaleur. Ce cépage est l'un des derniers à bourgeonner et à mûrir (une ou deux semaines après le merlot et le cabernet franc) et le climat de la saison de croissance affecte la date des vendanges.

 

Le cabernet sauvignon est un cépage qui possède un taux très élevé de polyphénols, parmi lesquels des tannins. Ces derniers ont un effet protecteur du vin contre l'oxydation et nécessitent un apport d'oxygène pour vieillir.

  

Lors de l'élevage du vin, l'oxydation des tannins doit être plus ménagée mais régulière. La porosité des barriques de chêne joue ce rôle de micro oxygénation depuis très longtemps. Au début des années 1990, un vigneron de Madiran, Patrick Ducourneau, a inventé un procédé de micro oxygénation en cuve, par dosage précis de l'oxygène diffusé en micro bulles dans le vin. Ce procédé est appelé microbullage. Ce dernier procédé a conduit à une discussion au sein de la viticulture française concernant leur acceptation en AOC.

De cette nécessité est née une synergie entre le cabernet sauvignon et le chêne de la barrique. Les autres cépages bordelais sont aussi des cépages avides d'oxygène en vinification.

Futs-de-chene.jpg

Cabernet sauvignon et chêne : la passion maîtrisée

L'un des traits les plus remarquables du cabernet sauvignon est son affinité avec le chêne, que ce soit durant la fermentation ou l'élevage en barrique. En plus de réduire les tanins naturellement élevés du cépage, le bois ajoute les arômes de vanille, d'épices et de café grillé aux arômes naturels de cassis, de cuir et de tabac. Le succès de l'assemblage de bordeaux à base de cabernet fut tel que la barrique bordelaise (de 225 litres) est devenue la plus répandue au monde.

Les viticulteurs peuvent contrôler l'influence du chêne en utilisant des bois d'origine différente, une chauffe de la barrique variable ou une taille de contenant adaptée.

  

Vin d’assemblage

A Bordeaux, le vin est issu d'assemblage entre cabernet franc, cabernet sauvignon et merlot additionné de côt, petit verdot ou carménère.

Cet assemblage est l'exemple classique d'assemblage avec le cabernet sauvignon.                                                                                                                                   

Le cabernet sauvignon peut aussi être assemblé à d'autres cépages tels que la syrah, le tempranillo, sangiovesse. Il a lieu après les fins de fermentation, juste avant le début de l'élevage en cuve ou en barrique. Il permet au vinificateur de jouer sur la proportion de chaque cépage pour donner au vin final la meilleure expression aromatique. Ainsi, le merlot peut gommer une maturité un peu juste du cabernet sauvignon.

  

Le Cabernet sauvignon : un cépage bordelais

Le cabernet sauvignon est intimement lié au vignoble de Bordeaux, même si le vin est un assemblage. Autrefois, les producteurs devaient planter des cépages divers pour ne pas prendre le risque de perdre une récolte entière. Puis, on découvrit que les caractéristiques uniques de chaque cépage pouvaient se compléter mutuellement et améliorer la qualité générale du vin.

  

Le cépage était populaire dans le médoc au 18ème siecle. Le cabernet sauvignon fut planté le long de la rive gauche de la Gironde dans le Médoc ainsi que dans la région des Graves où il devint le cépage majeur de l'assemblage. Sur la rive droite de la Gironde, dans les régions viticoles de Saint-Émilion et Pomerol, le cabernet sauvignon est le troisième cépage utilisé, loin derrière le merlot et le cabernet franc.  

Le pourcentage de cabernet sauvignon utilisé dans l'assemblage dépend du terroir, du style du viticulteur et du millésime. Les Château Mouton Rothschild et Château Latour, premiers grands crus classés de 1855, produisent des vins avec un haut pourcentage de cabernet sauvignon (souvent au-dessus de 75 %).

 

Mais pas seulement

En dehors de la Gironde, on trouve le cabernet sauvignon dans le vignoble du sud-ouest. Les AOC du vignoble de Bergerac et de Buzet l'utilisent pour produire des vins rosés.

Dans le Vignoble du Val de Loire, les vins cabernet sauvignon sont plus légers, ont moins de structure et se boivent avant le bordeaux.

Le vignoble du Languedoc-Roussillon a découvert le potentiel qualitatif du cabernet sauvignon avec la restructuration d'un vignoble dédié à la production de vin de cépage. Pour en obtenir le meilleur, ils dépendent de l'irrigation pour compenser le climat sec l'été. Dans le Vignoble de Provence, le cépage a été introduit au milieu du XIXème siècle quand Jules Guyot le recommanda comme partenaire d'assemblage avec le syrah. Il y est classé en rouge dans les AOC.

 

Reste du Monde

On trouve également le cabernet sauvignon en Italie, en Espagne, et beaucoup d’autres pays européens, mais aussi aux Etats-Unis, et pas seulement en Californie, mais en dans l’Etat de Washington, dans l’Orgon ou le Texas, en Australie et en Afrique du Sud, etc.

 

Cépage colonisateur, les critiques apparaissent

Au cours du siècle dernier, le cabernet sauvignon a joui d'un élan de popularité en tant que l'un des cépages nobles du monde vinicole. Il doit son succès au vignoble de Bordeaux et sa tradition ainsi qu'à de nouvelles régions vinicoles telles que la Californie et l'Australie.

Les consommateurs sont familiers avec ce vin du fait de son accessibilité même dans des régions peu connues en viticulture.

Sa popularité mondiale a contribué à des critiques. Jugé colonisateur car il est planté dans les nouvelles régions vinicoles aux dépens des cépages locaux uniques qui tendent ainsi à disparaître.

Repost 0
Published by lescompagnonsdelagrappeausoleil.over-blog.com - dans Connaissance du vin
commenter cet article

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche