Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 08:36

"Exceptionnellement mauvaise pour les vignes françaises", dix-sept appellations viticoles ont demandé de déroger temporairement au strict cahier des charges qu'elles doivent respecter, a indiqué l'INAO.

 

L'Institut national de l'origine de la qualité (INAO), gardien du temple des appellations d'origine géographique (AOP pour protégé ou AOC pour contrôlé) en France a reçu "des demandes de dérogation temporaire au cahier des charges pour 17 appellations, ce qui est très rare", a indiqué Eric Rosaz, responsable du secteur des alcools à l'INAO à la presse.

 

Les demandes sont de trois ordres : sur le calendrier de commercialisation, sur les règles de taille des cépage et les règles d'assemblage des vins, a-t-il précisé. Ainsi, plusieurs crus du Beaujolais ont demandé à pouvoir avancer d'un mois la date de mise en consommation des vins de la vendange 2016, afin de libérer un peu de trésorerie.

 

Les vignobles de Chablis qui ont été très sévèrement touchés par la grêle et le gel ont, eux, demandé une dérogation pour la taille des cépages.

Notamment parce que les dégâts sont tels que la taille prévue en 2016 (pour la récolte 2017) ne pourra tout simplement pas être faite selon les règles prévues dans le cahier des charges.

 

Enfin, "trois ou quatre" demandes de dérogations aux règles d'assemblage des cépages de certains crûs ont été déposées aussi, a-t-il dit. Le cahier des charges impose en effet un pourcentage précis pour chaque cépage (pinot, cabernet, chardonnay, etc.).

"A ce stade de l'examen des dossiers, nous n'avons pas d'opposition formelle" aux demandes, a indiqué M. Rosaz, laissant entendre que des arrêtés interministériels devraient paraître d'ici novembre pour donner le feu vert à ces aménagements.

« Intempéries en 2016, 17 vins AOP/AOC voudraient déroger à leurs obligations »

De mémoire d'INAO, cela fait très longtemps que le vignoble français n'avait pas demandé de dérogations aussi nombreuses.

A peine son directeur Jean-Luc Dairien se souvient-il d'une dérogation accordée "il y a une quinzaine d'années" au Muscadet, dont une grande surface du vignoble avait gelé. "Mais seul le Muscadet était concerné. Il y a rarement eu autant de dégâts sur autant de vignobles français différents que cette année" a-t-il dit.

 

Les appelations d'origine controlée ou protégée concernent 364 vins et eaux de vie, selon l'INAO. M. Dairien a néanmoins rassuré le consommateur en prévenant que malgré ces dérogations, la "typicité" d'aucun vin ne sera affectée.

"Il ne s'agit pas de remplacer un cépage par un autre, mais de mettre parfois un tout petit peu plus d'un certain cépage et un peu moins d'un autre. Et nous jugeons au cas par cas de la compatibilité des demandes avec le cahier des charges", a-t-il dit en rappelant que toutes les données sont contrôlées et publiques.

 

(Source AFP)

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
29 août 2016 1 29 /08 /août /2016 14:18

L'établissement public FranceAgriMer a annoncé jeudi 25 août avoir autorisé la plantation d'environ 3.500 hectares de nouvelles vignes en France, soit bien moins que la limite maximale fixée par le nouveau dispositif européen entré en vigueur en janvier.

 

Les demandes considérées comme éligibles qui avaient été déposées par des vignerons représentaient 6.600 hectares. FranceAgriMer a donné le feu vert pour 3.500 hectares au niveau national, a expliqué Anne Haller, déléguée pour la filière viticole, lors d'une conférence de presse. Ce chiffre est inférieur de plus de moitié à l'accroissement autorisé par le nouveau dispositif européen d'autorisation de plantation de vignes.

 

Depuis le 1er janvier, cette réglementation autorise les États-membres à accroître leur vignoble dans la limite de 1% de la superficie nationale totale déjà plantée, soit pour la France environ 8.000 hectares.

"Le détail de la répartition régionale de ces futures vignes n'est pas encore disponible", a précisé Mme Haller.

« 3.500 hectares de nouvelles plantations de vignes autorisées »

La délivrance d'autorisations a été restreinte dans 40 zones produisant notamment des appellations d'origine contrôlée (AOC), où des contingents limitent la superficie pouvant accueillir de nouvelles vignes, par exemple en Champagne.

 

En théorie, le dispositif européen ouvre la voie au retour des vignes dans des zones qui en sont dépourvues depuis longtemps, comme l'Ouest ou le Nord. Mais FranceAgriMer avait indiqué en mai que seulement 23 demandes de plantations de vignes hors des bassins actuels de production de vin avaient été déposées, soit environ 15 hectares.

 

(Source AFP)

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 09:19

La vendange 2016 s'annonce moins abondante qu'en 2015 en raison des mauvaises conditions météorologiques au printemps, ont affirmé mercredi les vignerons et les maisons de champagne, qui se sont toutefois accordés sur de futurs rendements en hausse dans une situation économique favorable.

 

"Le début de l'année 2016 s'est montré particulièrement exigeant dans le vignoble champenois", a expliqué dans un communiqué le Comité Champagne, l'organe interprofessionnel de l'appellation. "Fin avril, des épisodes de gel touchent près d'un quart de l'aire d'appellation Champagne; les bourgeons sont entièrement détruits sur 14% du vignoble", a-t-il poursuivi, ajoutant qu'à cause des pluies, de la grêle et des orages, "la pluviométrie s'élève à deux à trois fois la moyenne observée depuis 20 ans".

 

L'autre conséquence de ces phénomènes météorologiques est la prolifération du mildiou, un champignon qui attaque la vigne. Ces éléments devraient "affecter le volume disponible à la vendange, mais les conditions météorologiques des prochaines semaines seront déterminantes pour sa qualité", selon les prévisions du Comité Champagne, qui table sur un démarrage de la cueillette autour du 15 septembre.

 

"Ce sera sûrement l'une des vendanges les plus faibles que je connaîtrai, mais ça ne veut rien dire sur la qualité du champagne", a réagi Jean-Marie Barillère, président de l'Union des Maisons de Champagne.

Vignes en Champagne

Vignes en Champagne

Par ailleurs, les récents indicateurs économiques rassurent l'interprofession puisque "les expéditions de champagne du premier semestre sont en croissance de plus 1% par rapport au premier semestre de l'année dernière, et de plus de 2% sur les 12 derniers mois", a indiqué le Comité Champagne.

 

Dans ce contexte, vignerons et négoce se son mis d'accord sur "un rendement commercialisable à la vendange 2016 de 10.800 kilos/hectare, dont 9.700 kilos/hectare à récolter, et 1.100 kilos/hectares qui seront sortis de la réserve Champagne le 1er février 2017".

 

Les exploitants qui ne parviendraient pas à atteindre ces quotas pourront compenser "leur déficit de récolte par le déblocage de leur réserve, constituée de vins issus de récoltes précédentes".

"La possibilité d'utiliser les vins de réserve donne beaucoup de sérénité à notre décision", a confié M. Barillère, qui dit rester "confiant" et "optimiste".

 

(Source AFP)

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 14:41

La Champagne mène des recherches pour trouver des cépages résistants aux maladies de la vigne comme l'oïdium et le mildiou et réduire l'utilisation de pesticides.

 

"Nous travaillons sur du très long terme et cela pourrait changer les fondamentaux des cépages de l'appellation", déclare Thibaut Le Mailloux, directeur de la communication du Comité Champagne, l'organisme interprofessionnel qui regroupe vignerons et négociants.

 

En partenariat avec l'Institut national de la recherche agronomique (INRA) de Colmar et l'Institut français de la vigne et du vin de Montpellier, le programme, qui s'étale sur 15 ans, vise à créer quatre à cinq nouvelles variétés de raisin pour anticiper les défis environnementaux à venir.

 

"Il s'agit de croiser les cépages autorisés en Champagne avec des variétés naturellement résistantes à certaines maladies ou présentant des particularités intéressantes, comme une maturation tardive par exemple, afin d'obtenir une résistance naturelle ou une aptitude culturale mieux adaptée à de nouvelles conditions climatiques", précise le Comité Champagne dans un communiqué.

 

L'évolution des conditions climatiques a déjà un impact sur le cycle de la vigne en Champagne. Selon l'interprofession, depuis les années 90, la floraison commence environ deux semaines plus tôt. Les grappes sont plus grosses et présentent des taux d'alcool en progression de près d'un degré. Des teneurs en CO2 plus élevées optimisent également la photosynthèse.

Les vignes à Epernay

Les vignes à Epernay

Ces paramètres profitent pour le moment au champagne mais pourraient finalement le pénaliser si, comme les experts du climat le prédisent, la température moyenne globale augmente de près de 1°C à 5°C d'ici 2100. "Il faut lancer la recherche absolument maintenant, car dans 25 ans il sera trop tard", estime M. Le Mailloux.

 

Sept cépages sont actuellement autorisés dans l'appellation. Le pinot noir, le pinot meunier et le chardonnay sont les plus répandus devant l'arbane, le petit meslier et les pinots gris et blanc. Ces espèces sont elles-mêmes le fruit de recherches propres au savoir-faire champenois. Des croisements ont eu lieu tout au long de l'histoire de la Champagne, notamment entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, à l'époque de la crise du phylloxéra.

 

L'enjeu est désormais de fabriquer des variétés résistantes aux maladies de la vigne comme l'oïdium et le mildiou, qui sont favorisées par le réchauffement climatique, et par la même occasion de réduire l'utilisation de pesticides.

La Côte des Blancs et son moulin

La Côte des Blancs et son moulin

Le processus d'hybridation devrait donner 4.000 pépins, qui seront plantés dans les parcelles expérimentales de la Champagne dans six ans.

A l'horizon 2030, après des tests, analyses et dégustations, quatre à cinq variétés pourraient être inscrites au catalogue français des variétés de vigne puis au cahier des charges de l'AOC.

 

"Il ne s'agira en aucun cas d'OGM, mais d'espèces hybrides obtenues grâce à la technologie", précise Arnaud Descotes. Durant ces travaux, les scientifiques veilleront à ce que la typicité des vins soit conservée. "Garder le style champagne est vraiment un objectif central, confirme Thibaut Le Mailloux. Nous poursuivons notre tradition d'innovation, mais le champagne restera le champagne".

 

(Source AFP)

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
17 juin 2016 5 17 /06 /juin /2016 09:48

Des critères environnementaux seront bientôt inclus dans les cahiers des charges de fabrication de certains produits bénéficiant d'appellations d'origine, notamment le raisin destiné au vin, basés jusqu'ici principalement sur le lien avec le terroir.

 

La réduction des pesticides et des engrais, la gestion de l'eau, les techniques de sélection de variétés de plantes ou d'espèces, font partie des mesures à l'étude, a expliqué Jean-Luc Dairien, directeur de l'Institut national de l'origine et de la qualité (INAO) lors d'une conférence de presse jeudi 9 juin.

L'interdiction du désherbage chimique pour certaines appellations viticoles, ainsi que des objectifs d'entretien du paysage (vignobles notamment) sont également à l'étude.

 

Il ne s'agit toutefois pas d'imposer une norme une fois pour toutes aux producteurs, mais de proposer à chaque filière un corpus de mesures qu'elle pourra choisir d'intégrer ou non dans son cahier de charges.

 « Vers des critères environnementaux pour les AOC et AOP »

"D'ici à l'automne, nous informerons les producteurs du corpus. Ils pourront prendre les mesures qui leur conviennent", a souligné M. Dairien.

 

Cette intégration de critères environnementaux dans les appellations d'origine contrôlée (AOC) et protégée (AOP) correspond à une demande du ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, dans le cadre de sa politique d'agro-écologie.

Les premiers à mettre ces mesures en application devraient être les vignerons de l'AOC Costières de Nîmes, d'ici fin 2016, selon M. Dairien.

 

(Source AFP)

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
1 juin 2016 3 01 /06 /juin /2016 13:16

Une petite révision avant la dégustation de ce soir, cela ne fait jamais de mal!!

Cet article a été publié en juillet 2011.

 

Le chenin, aussi appelé chenin blanc, est un cépage blanc originaire de l'Anjou où il est attesté dès le 9ème siècle.

Il aurait été obtenu, par sélection, à partir du chenin noir.

Dans les siècles suivants, il s’étend à la Touraine où il obtiendra son nom actuel, probablement du Mont Chenin.

 

Au 14ème siècle, Rabelais, en bon tourangeau, parle abondamment des vins blancs d'Anjou et cite une fois le chenin dans Gargantua.

Après la révocation de l'Édit de Nantes, certains Huguenots trouvèrent refuge en Afrique du Sud. Ils emportèrent ce cépage dans leurs bagages et le plantèrent dans cette région du monde.

Aujourd’hui, la surface de chenin cultivée en Afrique du Sud est le double de celle de la vallée de la Loire.

Le chenin fut également importé en Australie dès le 19ème siècle.

 

Le-Chenin-blanc.jpgDe nos jours, il est bien représenté dans les nouveaux pays viticoles que sont l'Argentine, le Chili, la Californie la Nouvelle-Zélande, l'Australie et l'Afrique du Sud. Par exemple, en Afrique du Sud, avec 30 % du vignoble, c'est l’un des cépages le plus cultivé, sous le nom de steen.

 

En France, il est surtout présent dans sa région d'origine, la Vallée de la Loire dont c'est l'un des cépages blancs les plus caractéristiques.

Il est planté dans cette région, des limites ouest du Maine et Loire jusqu'à la Touraine, et couvre un bon nombre d'appellations.

Il est également appelé pineau blanc de la Loire en Touraine.

 

On le trouve aussi dans le sud-ouest et dans le Languedoc où il est classé « cépage recommandé ».

Il rentre dans l'assemblage de plusieurs AOC de l'appellation Limoux, dans La blanquette de Limoux jusqu'à 10% et dans le crémant de Limoux jusqu'à 40%. Depuis 2009 ce cépage peut aussi constituer 100% de l'AOC Limoux Blanc ou être assemblé avec le chardonnay et le Mauzac.

 

Il donne des vins blancs qui peuvent être secs (Jasnières, Savennières, Vouvray, Anjou,...) ou moelleux voire liquoreux sur certains millésimes ou selon les tris des vignerons (Bonnezeaux, Coteaux du Layon,...).

Il est aussi utilisé pour la production de vins effervescents (Crémant de Loire,…).

 

Le chenin est le seul cépage autorisé pour la production de Savennières.

 

Sa réputation n'est pas aussi noble que d'autres cépages blancs.

Et pourtant, beaucoup de professionnels estiment qu'il peut, s'il est bien travaillé, produire de grands vins.

Cela provient peut être d'une période où beaucoup de vignerons vendangeaient des raisins peu mûrs, donc acides, verts. Ils compensaient ce déficit en chaptalisant, puis en soufrant pour éviter un second départ de fermentation en bouteille.

 

 

 

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche