750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 12:22

Acheter-des--vins-ages.JPGPas facile de savoir si on va faire une bonne affaire en achetant un vin âgé surtout que parfois, les outrages du temps ont laissé sur le flacon désiré quelques traces inquiétantes ou peu avenantes.

 

Les questions fusent alors de toute part. Le vin est-il aussi fatigué que l’étiquette tachée ou abîmée? Le niveau un peu bas du goulot est-il un indice qui doit me dissuader? Comment a été conservé l’objet de mon désir?

 

Niveau du vin dans la bouteille, état de l’étiquette et de la capsule, voici quelques indices que peuvent-vous aider à déterminer si une bouteille convoitée vaut la peine d’être achetée, sans pour autant vous garantir de déception lors de la dégustation.

 

Difficile, voire périlleux de se lancer dans l’achat de vin âgé quand on ne connait pas les conditions de conservation d’une bouteille. Heureusement, il existe quelques indices pour s'orienter.

 

Deux d’entre eux sont prépondérants :

·         Le niveau du vin dans le flacon

·         L’état de l’étiquette.

 

Le niveau du vin dans la bouteille constitue un indice déterminant.

C’est lui qui vous permettra de déterminer si le flacon en question a été conservé dans une cave digne de ce nom.

L’âge venant, le bouchon de liège devient poreux, et favorise l’évaporation du vin. Un phénomène qui s’accentue si la cave n’est pas à la température adéquate (trop chaude), ou si elle est trop sèche.

 

Donc attention au niveau anormalement bas pour un cru encore relativement jeune car le vin risque d’être bien plus évolué, voire fatigué, que ce qu’il aurait dû être par rapport à son âge.

 

Dans les catalogues de vente ou sur les sites spécialisés, les mots employés pour décrire le niveau change selon que la bouteille est de forme bordelaise ou bourguignonne.

 

Pour les bouteilles de Bordeaux, on va partir du niveau normal dans le goulot et par référence à ce niveau on parle alors selon le niveau du vin concerné de « bas goulot », « légèrement bas », « haute épaule » ou encore « bas épaule », etc.

Pour les vins de Bourgogne, on calcule en nombre de centimètres l’espace qui sépare la capsule du niveau du vin (moins de 2 cm, entre 4 et 6 cm ou plus de 6 cm).

 

Outre les indications classiques de provenance et de millésime, l’étiquette apportera également de précieuses indications sur la cave où a été conservé le vin.

 Acheter-un-vin-age.jpg

En effet, une étiquette piquée, tâchée par l’humidité, témoigne d’un niveau d’hygrométrie satisfaisant dans la cave où il a été conservé et cela pourra plaire à l’amateur qui s’apprête à déguster ce vin.

 

Mais une étiquette impeccable n’est pas forcément mauvais signe.

D’une part la qualité de papier employé par les domaines pour imprimer l’étiquette diffère considérablement d’un producteur à l’autre, d’autre part, de nombreux amateurs, soucieux de les préserver de l’humidité de leur cave, enrobent leurs précieux flacons d’un film plastique alimentaire. Un moyen très efficace.

 

Maintenant que vous avez ces indices en main, à vous de « jouer ».

 

Mais attention, car alors se pose une autre question, qui enflamme parfois les forums, « Faut-il des connaissances spécifiques pour apprécier un vieux millésime ? ».

 

Vaste sujet, qui fera l’objet d’un prochain article. Affaire à suivre….

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 23:51

Chateau Chambert à CahorsLe cahors est un vin rouge français d'appellation d'origine contrôlée du vignoble du Sud-ouest de la France.  

Son vignoble produit exclusivement du vin rouge avec le cépage côt (appelé aussi malbec ou auxerrois).

Il est situé à l'ouest de la ville de Cahors, à cheval sur la vallée du Lot dans le département éponyme et sur les causses du Quercy au sud de cette vallée.

 

Ce vignoble multiséculaire a connu une grande renommée du Moyen Âge jusqu'à la crise du phylloxera.

Son « black wine » est vendu expédié de l'Angleterre jusqu'à la Russie.

 

 La culture de la vigne a été implantée par les Romains.

Ils créent Divona Cadurcorum (ville des Cadurques). Le commerce du vin prend naturellement son essor avec le transport des barriques sur le Lot vers Burdigala. La navigation parfois dangereuse est un facteur de développement.

 

Au Moyen Âge, il est appelé le « vin noir ». Clément Marot chanta les vertus de cette « liqueur de feu ».

Il était sur les tables du mariage d'Aliénor d’Aquitaine avec Henri II, roi d’Angleterre, ce qui lui ouvrit les portes de Londres.

Le pape Jean XXII, né à Cahors en fit son vin de table et de messe, le faisant connaître à ses hôtes.

 

Dès son introduction à la cour d’Angleterre, le vin de Cahors va devenir un concurrent jugé redoutable pour les vins de Bordeaux.

Les viticulteurs bordelais obtiennent du roi Henri III d'Angleterre le privilège bordelais en 1241: les vins du haut-pays ne peuvent entrer dans le port de Bordeaux avant la Noël.

À cette date, la navigation est plus difficile et de nombreux bateaux sont déjà repartis chargés. Ce privilège permet aux vignerons bordelais d'écouler leur production.

 

Le roi de France devient suzerain de Bordeaux après la bataille de Castillon. Pour s'attacher le respect de ses nouveaux sujets, il renouvelle le privilège.

C'est finalement Louis XVI qui réglera le conflit plus de cinq siècles plus tard en 1773, en mettant en place une médiation entre les viticulteurs.

 Cahors.jpg

François Ier l'apprécie au point de confier à des vignerons cadurciens le soin de créer le vignoble de Fontainebleau, tandis que Colbert n’hésitait pas à le proclamer supérieur au bordeaux.

 

À partir de la Renaissance, le petit âge glaciaire nuit à la maturité des cépages bordelais. Le vin de Bordeaux devient un « clairet » et certains négociants remontent en couleur leurs vins avec ceux du haut-pays dont le cahors et le Gaillac.

Hélas, cette pratique rémunératrice fait disparaître le nom de la région de production. La réputation des vins de Bordeaux s'améliore au détriment de celle de Cahors.

 

Le tsar Pierre le Grand se soignait au Kaorskoie vino, le vin de Cahors, et l'Église orthodoxe l'adopta comme vin de messe.

Dans la marine, les officiers buvaient du cahors alors que les matelots buvaient du borde[]aux.

 

Au XVIIIe siècle, près de 10 000 tonneaux de vins transitent par Bordeaux pour partir ensuite ers le nord de l'Europe, les Antilles ou les Amériques.

 

Le cahors tombe peu à peu dans l'oubli. Avant la fin du XIXe siècle, le phylloxéra de 1876 anéantit le vignoble. Après des années de tâtonnement, les spécialistes de la bestiole découvrent l'intérêt du greffage.

Hélas, le premier porte-greffe utilisé ne supporte pas le calcaire. Cahors ou Cognac sont désarmés. Une solution vient avec l'utilisation d'hybrides. Ce virage vers la production de masse de vins de qualité secondaire sauve néanmoins la viticulture locale de l'anéantissement. Les viticulteurs qui choisissent cette voie sont les aïeux de ceux qui remonteront un vignoble de qualité au 20ème siècle.

 

En 1947, des viticulteurs décident de relancer la culture du côt.

Ils créent la cave coopérative de Parnac et trouvent chez des viticulteurs bordelais des greffons de côt.

 

Le vignoble cadurcien est installé sur deux terroirs distincts : les coteaux de la vallée du Lot et les Causses.

Trois terrasses alluviales du Lot offrent des terroirs différents.

La première, plus riche en eau, donne des vins fruités ; sur la deuxième, ils ont plus de rondeur et sur la troisième, le drainage plus poussé donne les vins les plus structurés, aptes à la garde. Sur cette zone, outre les alluvions anciennes du Lot, des éboulis calcaires du causse constituent aussi le sous-sol drainant.

 Cahors-1.jpg

Le vignoble du causse est situé au dessus de 300 mètres d'altitude, sur la rive gauche ; la terre y est moins fertile que celle de la vallée.

Les sols sont très drainants, les racines doivent plonger profondément pour trouver l’eau.

 

La vigne est habituée aux conditions extrêmes et résiste mieux aux périodes climatiques difficiles. Sur le plateau, à part quelques céréales, seule la vigne pousse. Les plateaux sont plus aérés, pendant les fortes chaleurs, il n'y a pas d'effet cuvette où l'air devient irrespirable.

 

En été les journées sont chaudes et les nuits plus fraîches, les raisins arrivent à maturité avec une semaine de retard par rapport à la vallée.

 

Ils produisent des vins moins charnus mais très fins.

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 17:25

Le-Malbec.jpgLe côt également connu sous le nom de malbec est un cépage rouge français. C'est le cépage essentiel de l'AOC Cahors, et il est désormais largement cultivé en Argentine.

 

Le côt a donné son nom à la famille des Cotoïdes, groupe de cépages originaires du vignoble du sud-ouest de la France. Il est ainsi cousin du tannat ou de la négrette.

 

Il semble issu du Quercy. Il aurait été transplanté en vallée de la Loire au moment de la Renaissance. À Bordeaux, il a représenté jusqu'à 80 % des vignobles de Blaye et Bourg avant le phylloxera.

 

Aujourd'hui, c'est le cépage indispensable du vignoble de Cahors. Il est classé recommandé dans de nombreux départements du Sud-Ouest et du Languedoc. Il est actuellement peu répandu dans la vallée de la Loire. (AOC Touraine et Rosé d'Anjou).

 

En régression en France, sa surface plantée est de 5300 hectares. Elle a été divisée par 2 depuis 1958.

Le malbec a été introduit en Argentine par l'agronome français Michel Pouget en 1868. Il s'est particulièrement bien exprimé sur ce terroir, et donne des vins aussi fins que dans le sud-ouest de la France.

 

Après avoir atteint 50000 hectares, le vignoble argentin de malbec couvre aujourd'hui 25000 hectares.

On en trouve aussi 6000 ha au Chili ainsi que des vignobles en Californie, en Australie et en Italie.

Sur le plan gustatif, les vins sud-américains issus de cépage malbec partagent certaines des caractéristiques des vins de Cahors.

 

Avec une production bien maîtrisée, il donne des vins colorés, parfumés et riches en tanin qui sont aptes au vieillissement en cuve ou en barrique.

Il est nécessaire d'obtenir une maturité suffisante pour éviter les arômes trop herbacés et végétaux, qui lui confèrent parfois de l'amertume, moins aromatiques que ceux des Cabernets.
En assemblage, le côt apporte de la couleur, du moelleux.

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 12:44

Crozes-Hermitage-carte.jpgLe Crozes-Hermitage ou crozes-ermitage, est un vin d'appellation d'origine contrôlée produit sur dix communes autour de Crozes-Hermitage et de Tain-l'Hermitage, dans la Drôme.

 

Il s'agit d'une appellation du vignoble de la vallée du Rhône septentrionale, sur la rive gauche du Rhône, entourant l'appellation Hermitage, en face de la ville de Tournon-sur-Rhône et de l'appellation Saint-Joseph.

 

Moins cotée que sa voisine Hermitage, l’appellation Crozes-Hermitage en est toute proche ne serait-ce que par son encépagement, quasi identique en blanc (marsanne, roussanne) et en rouge (syrah pure – les Hermitage rouges peuvent contenir une petite proportion de cépages blancs).

 

Un peu moins de complexité et de potentiel de vieillissement sont les deux traits majeurs qui la séparent de son aînée.

Mais Crozes l’emporte largement en terme de prix (une quinzaine d’euros en moyenne, jusqu’à trente pour les grandes cuvées).

 

Ceux qui recherchent de très bons vins sans optique de vieillissement au-delà d’une dizaine d’années pour les vins rouges et cinq ans en blanc seront donc comblés.

D’autant que sur la cinquantaine de producteurs, nombreux sont les domaines qui sortent du lot.

 

Crozes-Hermitage compte près de 1500 hectares.

C’est la plus vaste appellation des côtes du Rhône septentrionales, sachant qu’un millier d’hectares pourrait encore être planté sur de très bons terroirs.

Le vignoble s’étend sur dix communes, sur la rive gauche du Rhône.

 

Au nord de Tain l’Hermitage (Erôme, Serves, Gervans, Crozes et Larnage), le climat est un peu plus frais et humide, en raison de l’altitude d’une part, des sols granitiques qui conservent mieux l’humidité d’autre part.

 

A l’est et au sud (Mercurol, Chanos-Curson, Beaumont-Monteux, Pont de l’Isère et La Roche de Glun), le relief est moindre, le mistral plus influent.

Le sud du territoire représente les trois-quarts de l’AOC.

 

Les sols sont extrêmement variés, comme partout il n’existe pas de terroir homogène. On trouve du granit, des cailloutis roulés, des argiles rouges, de gros galets charriés par le fleuve, du mica noir et blanc, du kaolin (une décomposition de granit), des sables blancs.

Crozes-Hermitage--Maison-bioclimatique.jpg 

La nouvelle carte des terroirs de l’appellation permet de mieux comprendre ces spécificités.

Ensuite, les nuances entre chaque vin tiennent autant des sols et sous-sols qu’à la patte du vigneron.

 

La maison Paul Jaboulet Ainé fait partie, avec Guigal et Chapoutier, du trio de tête des grands négociants du Rhône.

Il fut certainement le premier à populariser véritablement des cuvées de prestige auprès d'un public d'amateurs, il s’est gardé d’en faire des mythes introuvables mais plutôt des vins que le plus grand nombre peut découvrir et apprécier.

 

Au premier rang de ces porte-drapeaux de toute une région, l'Hermitage La Chapelle, l'un des plus grands vins de la vallée du Rhône et assurément le plus facilement disponible parmi cette élite.

 

D'autres cuvées, comme le Crozes-Hermitage Domaine de Thalabert, sont également fameuses.

 

  • Crozes-Hermitage Domaine de Thalabert 1996

Un vin encore agréable qui est marqué par les années et qui doit être bu car a atteint son apogée et restera à ce niveau sur les 2 prochaines années

 

  • Crozes-Hermitage Domaine de Thalabert 2003

On retrouve dans ce millésime chaud les caractéristiques de son aîné avec bien sûr plus de puissance et de chaleur (alcool) en bouche mais sur un ensemble bien équilibré. A attendre.

 Crozes-Hermitage-dme-de-Thalabert.jpg

  • Crozes-Hermitage Domaine de Thalabert 2005

Le 2003 avec un supplément d’équilibre et de finesse (moins d’alcool, plus de fruits). A attendre.

 

Succédant à son père Etienne, qui avait fondé cette maison de négoce d’Ampuis, Marcel Guigal est devenu l’un des plus célèbres producteurs mondiaux.

 

La maison produit des vins de haut niveau dans la plupart des crus de la vallée du Rhône septentrionale (Côte Rôtie, Brune et Blonde, Condrieu, Hermitage, etc.) comme dans plusieurs appellations méridionales (Côtes du Rhône, Tavel, etc.), dans toutes les gammes de prix.

 

Les points forts de cette gamme sont, hormis les cuvées de prestige de Côte Rôtie et Condrieu, le côte rôtie Brune et Blonde, à la fois puissant et velouté, toujours très représentatif du style des vins de cette appellation, le Condrieu qui vaut bien des cuvées "de prestige" d'autres producteurs; l'Hermitage en rouge, pas totalement au niveau des plus grands mais toujours de bonne tenue, le côtes du Rhône générique dont la large diffusion n'a jamais nui à la régularité ni à la qualité.

 

  • Crozes-Hermitage Blanc Guigal 2005

Un vin expressif (fleurs blanches) avec de la minéralité et du gras, de la fraîcheur pour un bon rapport qualité/prix.

 

Quelques autres références :

 

  • Maison DELAS
  • Domaine CHAPOUTIER
  • Yann CHAVE
  • Domaine COMBIER
  • Domaine Alain GRAILLOT
Partager cet article
Repost0
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 08:14

De-vignes-en-vins.jpgCe site présente les vins d'appellation d'origine contrôlée (AOC), selon la réglementation en vigueur en France, et les cépages autorisés. Il répond à trois questions :

 

  • pour ce cépage, quels sont les vins qui peuvent l'utiliser ?
  • pour ce vin, de quels cépages peut-il être composé?
  • dans cette région viticole, quels sont les cépages autorisés en AOC ?

 

L'objectif est d'avoir un site entièrement relationnel : chaque nom de cépage, tel que Chardonnay, chaque nom d'appellation tel que Cadillac, chaque nom de région ou sous-région est un lien qui renvoie à la page correspondante.

 

Pour chaque appellation, ou chaque région ou chaque sous-région, vous aurez ses cépages, pour chaque cépage vous aurez ses appellations, et leurs régions et sous régions.

 

Vous saurez dans quelles appellations le cépage est utilisé en mono-cépage, en assemblage, ou seulement en accessoire.

 

Pour chaque cépage, on trouvera aussi des commentaires de dégustation qui peuvent être très utiles pour une première approche des caractéristiques d’un vin et aider lors de dégustations.

 

Très précis, le site « de vignes en vins » comporte la liste complète des 353 appellations AOC ou VDQS françaises conformes aux textes officiels et la liste complète des 171 cépages autorisés dans ces AOC.

 

Bonne lecture : http://www.vignes-vins.fr/

 

Partager cet article
Repost0
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 10:42

Alors que les vendanges commencent ou ne vont pas tarder à commencer dans les vignobles français, il faut savoir qu’avant que toutes ces « petites mains » ne se mettent au travail,  des satellites avaient tourné au-dessus des vignobles français pour les photographier.

Espionnage viticole de puissances étrangères?

Non, un nombre croissant d'exploitants ont recours à cette technologie spatiale pour faire de meilleurs crus.
Epernay
A la véraison (moment où le raisin change de couleur), trois à quatre semaines avant la date des vendanges, les satellites Spot-5 ou Formosat-2 prennent un cliché infra-rouge des parcelles de vigne.

 
Le but est d’obtenir une cartographie de précision de la "couverture foliaire", la quantité de "végétation verte" portée par les pieds de vigne. Un élément clef pour calculer sa vigueur et le poids des grappes et des grains.

Le système, baptisé Oenoview, a été mis au point voici quatre ans par le groupe EADS Astrium, fort de l'expérience d'un système similaire destiné aux céréales en service depuis 1996, et l'Institut coopératif du vin (ICV).

"Un des points importants en viticulture, c'est d'évaluer la qualité du raisin en fonction du type de vin qu'on veut faire, car on n'utilise pas le même raisin pour faire un vin de table et un grand cru", explique Jacques Rousseau, responsable des services viticoles à l'ICV.
"Le second objectif, c'est de fixer les dates de maturité le plus exactement possible pour les vendanges", exercice d'autant plus périlleux que les parcelles sont en général hétérogènes avec des écarts de maturité importants, souligne-t-il.
"Traditionnellement, on procède par des visites de terrain, des échantillonnages qui ne donnent qu'une vision très fragmentaire de la parcelle", dit M. Rousseau.

L'ICV s'est donc tourné vers le savoir-faire d'Astrium pour que les viticulteurs disposent d'une "vision d'ensemble" de leurs vignes, à plus de 800 km d'altitude mais avec une précision de 4m2.

"1.000 parcelles en huit secondes"

Une fois que le viticulteur a identifié sa parcelle et fourni quelques éléments sur ses spécificités (pieds de vigne, cépage, etc.), il n'y a plus qu'à programmer le satellite pour qu'il prenne l'image au bon moment, celui de la véraison, explique Henri Douche, responsable du département agriculture chez Geo-information Services, filiale d'Astrium.

Le cliché - un seul suffit - est alors traité par ordinateur pour en extraire la quantité de végétation portée par de la vigne. Un processus qui permet de produire des données directement utilisables par les agronomes au sol, sous forme de carte légendée avec zones colorées.

"Le satellite ne remplacera jamais l'homme, c'est un outil supplémentaire", précise Henri Douche.
C'est là que les techniciens de l'ICV interviennent pour donner des conseils sur le terrain.
La véraison

 

"Dans le cas d'une coopérative, 1.000 parcelles peuvent être photographiées en huit secondes avec Oenoview et on est sûr que les choses seront bien comparables, objectives. Alors qu'il faudrait trois à quatre semaines à plusieurs équipes de techniciens au sol", selon Jacques Rousseau.


Un atout important puisqu'il suffit de 20% de raisin insuffisamment mature dans une cuve pour nuire à la qualité du vin qui en sortira, précise-t-il.

L'an dernier, Oenoview a traité quelque 6.000 hectares de vignes dans toute la France, pour 50 à 70 euros par hectare. "Un coût extrêmement raisonnable pour la vigne" quand on sait que le bordelais produit au moins 5.000 bouteilles par hectare, estime M. Douche.

Après le Maroc, une campagne expérimentale est en cours en Grèce et un projet est également envisagé au Japon.

 

Source Dépêche AFP



Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche