Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 11:57
« Enquête quinquennale sur la consommation de vin en France »

FranceAgriMer a présenté le 13 octobre 2015 les résultats de sa dernière enquête menée tous les cinq ans depuis 1980.

 

De plus en plus de Français consomment du vin occasionnellement

Cette édition de l’étude voit pour la première fois depuis vingt ans la part des non consommateurs de vin reculer au profit des consommateurs occasionnels qui passent ainsi de 45% en 2010 à 51% en 2015, soit le chiffre le plus haut depuis le début de ces enquêtes en 1980.

 

Les personnes ne déclarant pas consommer de vin ne représentent plus qu’un tiers de la population (33% en 2015 contre 38% en 2010). Le pourcentage des consommateurs réguliers, lui, se stabilisent après une baisse régulière depuis 1980 (51% des personnes consommaient du vin tous les jours ou presque en 1980, contre 16% aujourd’hui).

 

Ainsi, depuis 1980, la consommation occasionnelle de vin a largement pris le pas sur la consommation régulière (et la non consommation).

Tableau de la consommation de vin

Tableau de la consommation de vin

Deux fois moins de femmes que d’hommes consomment régulièrement du vin

Cette tendance n’est pas une nouveauté, les femmes consomment moins de vins que les hommes et surtout moins régulièrement.

La consommation occasionnelle de vin est quant à elle presque équivalente selon le sexe : elle concerne 52% des hommes et 50% des femmes en 2015. C’est donc la part des non consommateurs qui est assez largement plus élevée chez les femmes que chez les hommes (39% contre 25% en 2015).

 

La consommation régulière de vin augmente avec l’âge

C’est une autre tendance de consommation connue depuis longtemps : les personnes âgées et notamment les plus de 60 ans consomment plus de vin que les jeunes. Par exemple, la proportion des consommateurs qui boivent du vin tous les jours passe de 1% chez les 15-24 ans à 38% chez les plus de 65 ans.

Tableau des âges des consommateurs

Tableau des âges des consommateurs

Une meilleure perception du vin

Par rapport à la dernière enquête d’il y a cinq ans, on note un regain d’intérêt pour le vin. Les personnes interrogées sont par exemple plus nombreuses à aimer son goût, à déclarer s’intéresser au vin et sont au contraire moins nombreuses à concevoir le vin uniquement comme une boisson réservée aux grandes occasions.

Cette tendance s’inscrit dans un mouvement global d’un plus grand intérêt des Français pour la gastronomie, le fait maison, la nourriture saine et les accords mets et vins.

 

Une consommation plutôt festive

Les vins les plus consommés au moment de l’apéritif, sont les vins blancs, suivis par les rosés et les vins doux naturels. Le vin rouge reste donc encore largement associé au repas. Il apparait également que les vins sont plus consommés le weekend qu’en semaine, le vin est donc encore associé un moment un peu festif.

Mi-cuit de Thon

Mi-cuit de Thon

L’enquête a été effectuée en face à face à domicile auprès de 4030 personnes représentatives de la population française âgée de 15 ans et plus (l’échantillon de l’enquête est construit selon la méthode des quotas).

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 09:35

Selon un sondage Ipsos réalisé pour Eurocave, leader des caves à vin, 63 % des Français qui achètent du vin stockent des bouteilles à leur domicile.

Ils manquent cependant d’informations pour leur assurer une bonne conservation.

 

Alors que la vie de plus en plus citadine des Français les conduit à vivre dans des espaces plus réduits, leur comportement en matière de stockage de vin reste finalement assez traditionnel. Selon une enquête Ipsos pour Eurocave, réalisée entre le 2 et le 10 juillet 2015 auprès d’un échantillon de 1 000 personnes, 63 % d’entre eux stockent du vin.

 

42 % des bouteilles sont achetées pour être bues dans la foulée. Mais 43 % sont achetées pour une consommation qui peut être immédiate ou ultérieure. Une part non négligeable, 15 %, des bouteilles achetées l’est dans un but de vieillissement. L’image d’un consommateur qui n’a soif que de vin prêt à boire n’est donc pas le reflet de l’entière réalité du marché.

 

Conserver un vin est d’ailleurs une source de fierté pour 59 % des sondés qui le font par souci de praticité mais aussi par plaisir.

 « Les Français ont besoin de conseils!! »

Et cet intérêt des Français pour le stockage pose une vraie problématique : très peu d’entre eux sont réellement conscients de l’importance de quelques facteurs de base pour une conservation optimale (température, hygrométrie, absence de lumière).

 

Du vin sous le lit!!

Si 71 % disposent d’une cave, les autres les rangent dans leur cuisine (7,8 %) ou leur salle de séjour, voire dans des lieux beaucoup plus insolites comme les toilettes ou sous leur lit.

Ce stockage au sein du lieu de vie est beaucoup plus fréquent chez les jeunes : 15,1 % de ces derniers entreposent leur vin dans leur cuisine.

 

Il ne faut donc pas hésiter à donner aux consommateurs les clés d’une conservation optimale pour leur éviter les surprises à la dégustation!!

 « Les Français ont besoin de conseils!! »

En moyenne, les Français stockent chez eux 67,7 bouteilles pour une valeur de 1 020 euros. La valeur moyenne d’une bouteille stockée est de 15 euros.

Ces valeurs assez hautes sont dues à des amateurs possédant de nombreuses bouteilles d’une valeur plutôt élevée.

 

(Source La Vigne)

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
10 août 2015 1 10 /08 /août /2015 08:15

S'il fallait se convaincre du formidable potentiel des productions agricoles françaises à l'exportation de par leurs qualités intrinsèques, le classement publié par le site néo-zélandais Wine-Searcher en apporte une éclatante démonstration.

 

Pas moins de 45 vins français apparaissent dans le classement des 50 vins les plus chers du monde, établi par la plate-forme de recherche et de comparaison spécialisée dans les vins et spiritueux à partir d'une base de données de près de 55.000 cavistes, négociants et producteurs dans le monde, répertoriant plus de 7 millions de bouteilles de vin, tous millésimes confondus, et avec un prix moyen par bouteille.

« 45 des 50 vins les plus chers du monde sont français!! »

Et si surprise il y a, elle ne vient pas de l'écrasante domination des vins de Bourgogne - qui trustent le tiercé gagnant, placent 7 de leurs bouteilles parmi les 10 premières et au total pas moins de 40 vins sur 50 -, mais de la consécration du vigneron Henri Jayer, dont un flacon surpasse celui de la célébrissime romanée-conti.

 

C'est en effet le Richebourg Grand Cru, en côte-de-nuits, qui atteint la somme moyenne astronomique de 15.195 dollars (14.254 euros) la bouteille de 75 centilitres. Une sorte d'hommage posthume à ce vigneron visionnaire, décédé en 2006 à quatre-vingt-quatre ans, qui, opposé au recours aux substances chimiques et à la filtration, était partisan du labour des vignes et de faibles rendements.

 

Un autre de ses vins, son Cros-Parantoux, en vosne-romanée premier cru, sur une minuscule parcelle de 1,01 hectare, figure d'ailleurs sur la3e marche du podium.

Le Domaine de la Romanée-Conti parvient quand même à justifier sa réputation mondiale en plaçant La Romanée-Conti Grand Cru la 2e bouteille la plus chère au monde (13.314 dollars, soit 12.169 euros). Le plus renommé des vins bourguignons est mentionné au total pour 6 flacons.

« 45 des 50 vins les plus chers du monde sont français!! »

Le carton plein de la Bourgogne est complété par la 5e place du Domaine Leflaive qui avec un Montrachet Grand Cru (5.726 dollars, 5.234 euros) propose la bouteille de vin blanc français la plus chère du monde.

 

Au milieu de cet tir groupé, c'est un vin blanc allemand demi-sec qui s'arroge le titre de vin blanc le plus cher du monde, le Scharzhofberger Riesling Trockenbeerenauslese d'Egon Müller à la 4e place.

Ce vigneron allemand place 2 bouteilles dans ce classement, comme son homologue Joh. Jos. Prüm. Seul autre vin étranger classé, c'est un vin de la Napa Valley (Californie), le Screaming Eagle Cabernet Sauvignon, de Stanley Kroenke, classé 14e à 2.884 dollars (2.636 euros).

 

Quant aux prestigieux vins de Bordeaux, ils ne sont cités qu'à deux reprises, pour des pomerols : Petrus, de Jean-Pierre Moueix, 18e, à 2.701 dollars, et Le Pin, de Jacques Thienpont, 23e, à 2.359 dollars.

 

(Source AFP)

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 14:46

Partout les vignes continuent leur développement, plus ou moins ralenti selon les cas par le manque d’eau. Mais le mois de juillet aura rimé, pour quasiment tous les vignobles, avec la véraison.

 

La véraison est le moment de l'année où le grain de raisin gonfle et passe du vert, au rouge vif pour les raisins noirs, ou au jaune translucide pour les raisins blancs, et au rosé pour les raisins gris. Il commence à prendre la couleur qu'il aura à maturité. Les baies jusqu'alors dures, se ramollissent.

 

Le processus dure une quinzaine de jours pour que toutes les baies soient vérées. La véraison de chaque baie est rapide, de l'ordre de quelques jours, mais toutes les baies ne vèrent pas en même temps.

Ce changement d'aspect correspond à une brusque accumulation de sucre dans les baies.

 

© Véronique Pagnier

© Véronique Pagnier

Le Languedoc-Roussillon, la Provence et la vallée du Rhône sont les vignobles les plus précoces : certaines parcelles ont montré des signes de véraison dès le début du mois de juillet. En Provence, les vendanges pourraient donc démarrer fin août dans les zones précoces et courant septembre dans les zones les plus tardives.

 

L’Alsace et la Bourgogne sont également en avance. En Alsace, la véraison s’est enclenchée à la mi-juillet. Mais le BSV du 28 juillet indique que celle-ci est « très lente, largement freinée par la canicule ». En Bourgogne, la véraison a démarré aux alentours du 15 juillet, avec dix à quinze jours d’avance par rapport à la normale.

 

À Bordeaux, les premières baies vérées ont été observées mi-juillet sur les zones et les cépages précoces. Mais au 28 juillet, le stade moyen était toujours fermeture de la grappe.

« La véraison peine à s’enclencher véritablement. Les quelques pluies tombées au cours de la semaine et les températures plus fraîches annoncées jusqu’en fin de semaine devraient permettre un meilleur fonctionnement de la vigne, limitant l’extension des symptômes de sécheresse et réactivant le processus de véraison », indique le BSV du 28 juillet.

© Dominique Hessel

© Dominique Hessel

Véraison ralentie également en Touraine.

« Nous observons depuis le début de la semaine les premières baies vérées sur gamay et pinot noir sur le vignoble de la Touraine et du Cheverny, témoigne Michel Badier, conseiller à la chambre d’agriculture du Loir-et-Cher. Mais la sécheresse bloque actuellement la vitesse de l’évolution de la véraison ».

 

Dans l’Anjou et le Nantais, il faudra encore attendre quelques jours pour observer la véraison, la vigne étant actuellement au stade fermeture de grappe. Elle devrait avoir lieu début août pour les parcelles précoces.

 

(Source La Vigne)

 

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 09:38

Six hectares de vignes, dont deux provenant d'une vigne ayant échappé au phylloxéra au XIXe siècle, ont été plantés dans le domaine de Chambord, où 60.000 bouteilles devraient être produites dans cinq ans.

 

"Cette plantation est historique. C'est le retour d'une œuvre d'art en France. Il n'y avait plus de vigne au château de Chambord depuis deux siècles", s'est émerveillé vendredi Jean d'Haussonville, le directeur général du domaine.

 

Pour s'ouvrir à l'œnotourisme et renflouer les coffres du château de Chambord, Jean d’Haussonville a une idée: produire un vin estampillé Chambord, qui se vendrait aux quatre coins du monde. "François Ier avait importé des vignes de Bourgogne en 1519. Mais les pieds plantés à l'époque ont été ravagés par les maladies".

"Le fruit de la récolte du vin permettra de participer à la préservation de patrimoine. De plus, les vignes étant visibles des terrasses, on restitue la beauté du paysage", a-t-il ajouté.

« Les vignes de François 1er de retour au château de Chambord »

"Au XIXème siècle, le phylloxéra a aussi détruit toutes les vignes de France à l'exception de celles appartenant à Henry Marionnet", explique Jean d'Haussionville. C'est dans sa propriété située à 35 km du château, à Soings-en-Sologne qu'il est allé chercher ses pieds de vigne, du romorantin non greffé.

 

"C'est le plus vieux cépage au monde. Les plants de François 1er ont retrouvé leur berceau", commente le vigneron Henry Marionnet. Pour lui, les vins issus de vignes pré-phylloxériques, c'est-à-dire plantées avant le début de l'épidémie de phylloxéra en 1870, ont "plus de race, plus d'élégance et plus de complexité".

®Ludovic Letot

®Ludovic Letot

"Chambord va devenir le conservatoire d'une espèce unique au monde", déclare Jean d'Haussonville, soulignant que "nous prenons au passage un risque, celui d'être victime du phylloxéra".

 

Henri Marionnet n'explique pas pourquoi ses vignes échappent toujours au phylloxéra.

"Même l'INRA ne trouve pas d'explication. Elles sont peut-être génétiquement un peu différentes des autres, ou bénies", avance-t-il.

 

Dans cinq ans, 60.000 bouteilles devraient être produites à Chambord. Un chef de vigne, spécialiste en biologie, va être recruté. L'an prochain, six autres hectares seront plantés.

 

(Souce AFP)

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 10:22

Issu d’un croisement entre du cabernet sauvignon et du mourvèdre, le cabestrel vient d’être inscrit au catalogue. Il s’agit d’un cépage tardif avec un potentiel de production moyen et des vins aromatiques. Seul point noir, des acidités plutôt basses.

Le cabestrel

Le cabestrel

C’est une des nouveautés de l’année 2014. Le cabestrel, variété issue d’un croisement entre le cabernet sauvignon et le mourvèdre, a été inscrit au catalogue et peut donc être planté en France. « Cette variétale a été conçue pour répondre au changement climatique, qui se traduit dans nos régions par un avancement des dates de récolte », a rappelé Bernard Genevet, conseiller à la chambre d’agriculture du Gard, lors des VIe Entretiens Vigne Vin organisés par l’IFV, le 3 février, à Narbonne.

 

Comme le marselan, il est très coloré. À la dégustation, les deux cépages sont proches : très colorés, ronds, gras et gouleyants avec un côté soyeux en bouche.

 

Bernard Genevet a rendu compte des résultats du suivi de ce cépage pendant cinq ans sur une parcelle fertile, sans contrainte hydrique, du Gard. Là, le cabestrel s’est révélé moins productif que le marselan mais équivalant au cabernet sauvignon, donnant aux alentours de 10 t/ha. Par ailleurs, il présente des grappes allongées et peu compactes et n’est donc pas particulièrement sensible à la pourriture grise.

 

Compte tenu des délais de multiplication par les pépiniéristes, les premiers plants ne seront pas disponibles avant 2016.

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche