Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 10:26

La maison Veuve-Cliquot vient de plonger 350 bouteilles à quarante-trois mètres de profondeur dans la mer Baltique. Une expérience qui durera trente ans. 

 

Direction Silverskär. Une petite île située dans l’archipel Åland, entre la Suède et la Finlande. C’est là, et particulièrement dans les fonds marins de la mer Baltique, que la maison Veuve-Clicquot a décidé de dévoiler son expérience « Cellar in the sea ».

 

Cette expérience est bien évidemment liée à la découverte en 2010 de 168 bouteilles, dont 47 appartenant à la maison Clicquot, dans l’épave d’un navire ayant coulé il y a deux siècles dans ces mêmes eaux.

Quatre ans plus tard, l’équipe œnologique, composée de Cyril Brun, Guillaume Desport et Philippe Thieffry, sous la direction du chef de caves, Dominique Demarville, a décidé d’aller plus loin. «  Notre objectif est de comprendre et comparer les vieillissements de nos vins entre ceux qui seront dans la mer et ceux qui sont entreposés dans nos caves  », explique Dominique Demarville.

Veuve-Clicquot.jpg

Pour l’occasion, des bouchons spéciaux ont été utilisés : « Nous avons travaillé avec l’entreprise Amorim pour en créer de plus larges, d’environ un millimètre, que ceux que l’on trouve traditionnellement en champagne avec du liège haut de gamme ».

 

Une cage en inox aux armes de la maison a été construite pour y placer les 350 bouteilles. «  Ce sont des cuvées de qualité différentes  », précise Dominique Demarville. Elle contient une sélection de Carte Jaune non millésimées (en 75 cl et magnum), de Vintage Rosé 2004 et de vins demi-secs.

 

Afin de recréer les mêmes conditions de vieillissement, la « Åland Vault » a été immergée près du site où l’épave fut découverte. L’expérience devrait durer trente ans. La maison repêchera certains vins à intervalles réguliers. Des échantillons des vins conservés en mer seront envoyés aux universités d’œnologie de Reims et de Bordeaux.

 

Les premières bouteilles destinées au programme « Cellar in the Sea » ont été immergées le 18 juin. Pour fêter le solstice d’été, seul jour de l’année où le soleil ne se couche pas sur Åland.

 

Rendez-vous dans trente ans!!

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 11:27

Chateau-La-Lagune.jpg50% cabernet-sauvignon 50% Syrah, « L’Evidence » c'est le vin "atypique" signé Château La Lagune (Voir ici), qui mêlent les propriétés respectives du cabernet-sauvignon bordelais et de la syrah rhodanienne.

 

A Bordeaux, le réputé Château La Lagune, 3e cru classé, a récemment mis sur le marché quelques 10 000 bouteilles d’un vin composé à 50% de cabernet-sauvignon bordelais et à 50% de syrah.

 

Cette dernière provient du Domaine de Thalabert dans les Côtes-du-Rhône (à Crozes-Hermitage), qui appartient à la Maison Jaboulet, qui, comme le Château La Lagune est la propriété de la famille Frey, d’origine franco-suisse, et à qui appartient également la maison Billecart-Salmon en Champagne. Caroline Frey, chargée de l’élaboration des vins, officie aussi bien dans sa propriété bordelaise que dans ses vignobles du Rhône.

 

Issu du millésime 2010 et classé comme un Vin de France, il est vendu dans le commerce à environ 30 €!!

 

A noter que le cabernet-sauvignon utilisé pour produire ce rouge est normalement employé pour le second vin du Château, "le Moulin de La Lagune".

 

De par cet assemblage, le cabernet-sauvignon bénéficie des propriétés de la syrah, qui confère à celui-ci davantage de corps et de couleur. Les raisins des deux cépages utilisés pour ce vin sont fermentés et élevés séparément dans leur région d’origine pendant 12 mois.

Une fois cette période achevée, les deux vins obtenus sont assemblés pour n’en former plus qu’un seul. Ce dernier est à nouveau placé en fût de chêne pour un élevage additionnel de 18 mois.

 

La propriétaire du Château la Lagune, Caroline Frey, renoue avec cette tradition. Le Château La Lagune n’est pas l’unique producteur bordelais mêlant cabernet-sauvignon et syrah. Le Château Palmer, pour ne citer que lui, avait élaboré de tels vins en 2004, 2006, 2007 et 2010, rendant ainsi hommage à son célèbre assemblage en vogue au XIXème siècle.

Penfolds.jpg

Par ailleurs, le célèbre domaine de Trévallon (Voir ici), près des Baux-de-Provence, produit un vin avec un assemblage de 50% de cabernet-sauvignon et de 50% de syrah. Mais, différence importante, avec des raisins provenant d’un même terroir.

Et bien plus loin, en Australie, le Domaine Penfolds a aussi une cuvée associant cabernet-sauvignon et shyraz que nous avons déjà goûté (Voir ici).

 

Il ne nous reste plus qu'à trouver une bouteille mais cela n'est pas une "évidence" ici en Martinique!!

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 11:27

    Plantation-de-the.jpgLe vin et le thé empruntent des trajectoires semblables, du terroir aux rites de dégustation, en passant par leur savante élaboration; cela leur vaut d'être réunis à Pékin dans une exposition qui voyagera à Paris à la fin de l'année.

Symboles phares de l'art de vivre et de la convivialité, le vin et le thé, deux boissons millénaires, ont notamment en commun de provenir d'"arbres de vie" -le théier et la vigne- objets de culte religieux et de légendes depuis la mythologie.

"Le thé a d'abord été une médication et c'est le bouddhisme qui l'a sauvé. Et le vin antique aurait disparu s'il n'y avait pas eu le christianisme", souligne Jean-Paul Desroches, commissaire de l'exposition "Le thé et le vin: une passion partagée", ouverte dans la maison des Arts Yishu 8, l'ancienne université franco-chinoise de Pékin.

Cet ancien conservateur général du musée des arts asiatiques Guimet, à Paris, a revisité un texte oublié, le "Chajiulun", "dialogue du thé et du vin" datant de la dynastie des Tang.

Ecrit au pinceau il y a plus de mille ans par un certain Wang Fu, il faisait partie des manuscrits découverts au début du XXe siècle dans les grottes de Dunhuang, célèbre étape de l'antique Route de la Soie.

Quatre exemplaires sont conservés à la Bibliothèque nationale de France et deux à Londres, à la British Library.

Dans son texte non dénué d'humour, Wang Fu imagine une conversation entre le thé et le vin, chacun vantant ses mérites et raillant l'autre. Jusqu'au moment où surgit un troisième larron, l'eau, qui se moque de leur vanité et clôt la querelle.

Il s'agit d'une "vieille lutte chinoise", explique M. Desroches, opposant "le vin, soutenu par les lettrés et symbole d'ivresse, y compris d'ivresse poétique, et le thé, soutenu par les Bouddhistes et symbole de sérénité".

"Vous avez dans le thé et dans le vin une histoire totalement parallèle", insiste-t-il, en citant notamment les "contenants", conçus pour mettre en valeur la robe de la boisson.

"Les outils principaux du thé sont les bols à thé et cela n'existe que par une forme d'art du feu qu'est la céramique. Le vin a besoin d'outils pour être dégusté et cela n'existe que par une seule forme d'art du feu qu'est le verre ou le cristal".
Cornas-les-Ruchets.jpg   
A l'infinie diversité des thés (vert, rouge, jaune, noir, blanc et thé "wulong"...) répond la palette des cépages des vins, avec d'autres couleurs (blanc, rouge, rosé, gris).

Au terroir des vins -la parcelle de vigne- correspond le jardin des thés. Il existe des routes des thés comme des routes des vins. Et pour déguster les deux boissons on évoque les mêmes saveurs de fruits ou de légumes, l'aspect tanique, la longueur en bouche...

Enfin, tout comme le vin blanc se boit généralement plus jeune que le vin rouge, le thé vert se boit plus jeune que le thé fermenté.

Si le vin est né dans l'Orient méditerranéen, la Chine du Sud est le berceau du thé.

C'est là, dans la province du Yunnan, que Mme Li Minguo cultive du pu'er, l'un des "grands crus" de thé.

Dans les montagnes jouxtant le bassin du Grand Mékong s'est formée une culture dont la richesse rivalise avec celle du vin en Europe, assure-t-elle.

"Le bon vin et le bon pu'er ont besoin d'un environnement spécial, riche en biodiversité", affirme la spécialiste.

"Et lorsque la qualité est au rendez-vous, ils peuvent être conservés, vieillis et classés selon le nombre d'années. En cela ils se ressemblent beaucoup".

"Le pu'er peut aussi être comparé au vin car il pousse sur de grands arbres, dans la région du Xishuangbanna. Leurs racines sont très profondes et leurs branches très anciennes", décrit Mme Li.

Tout comme les grands bordeaux de cuvées exceptionnelles, les prix des vieux pu'er bonifiés avec le temps s'envolent aujourd'hui aux enchères en Chine. Les deux marchés sont porteurs.

Vin en France ou thé en Chine, "il y a des deux côtés 2.000 ans d'histoire", constate Sophie Kessler, responsable du domaine Château Calissanne, des coteaux d'Aix-en-Provence qu'elle est venue présenter à Pékin.

L'exposition "Une passion partagée" s'installera à partir du 3 décembre aux Galeries Lafayette à Paris, qui en assurent le mécénat.

Parmi les pièces maîtresses figure un oreiller en céramique remontant à la dynastie des Song du Nord, qui porte l'inscription suivante: "Pour chasser la mélancolie, rien de meilleur que le vin. Pour détruire les illusions, rien n'égale le thé".


(Source  AFP)

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
18 mai 2014 7 18 /05 /mai /2014 21:58

Faut-il décerner à certaines parcelles de premiers crus à Pommard et Nuits-Saint-Georges l’appellation “grand cru” ? C’est la question à laquelle doit répondre prochainement l’INAO.

A Pommard, ce projet concerne les climats Les Rugiens, Les Epenots et Le clos des Epeneaux (monopole du Comte Armand).

A Nuits-Saint-Georges, le premier cru Les Saint-Georges a également déposé une requête similaire.

 

Pour Laurent Gotti (de la revue Bourgogne Aujourd’hui), il s’agit de réparer un « oubli de l’histoire ». Selon lui, Henri Gouges, qui fut en 1936 à l’initiative des appellations d’origine contrôlée tout en étant propriétaire sur ce climat, aurait élégamment choisi d’omettre de promouvoir Les Saint-Georges. De même, le marquis d’Angerville n’aurait demandé aucune reconnaissance de grand cru à Pommard.

Bourgogne.JPG

« Les recherches ont mis en évidence que ces parcelles ont toujours été identifiées comme les meilleures de l’AOC dans les différents classements établis ces 250 dernières années », note Aubert Lefas, vigneron à la tête de la commission qui mène le projet. De plus, sur les cinquante dernières années, les différences de prix sont nettes : les Rugiens coûtent 50 à 60% plus cher que les autres premiers crus de Pommard, les prix des Epenots sont 40% supérieurs.

 

Il faut aussi rappeler que certains souhaitent voir le climat premier cru "Les Perrières" à Meursault être classée en grand cru.

 

Cependant, cette démarche provoque des remous dans le monde bourguignon car certains acteurs de la filière craignent que l’entrée de nouveaux membres diminue la notion d’excellence liée au terme de grand cru.

 

Affaire à suivre....

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 14:51

Laurence FALLERAvec sa mère et sa soeur, Laurence Faller a hissé à son meilleur niveau le domaine Weinbach, en Alsace. La vigneronne est décédée brutalement lundi 12 mai 2014.

 

Fille de Colette Faller et sœur cadette de Catherine, Laurence formait avec elles, le plus célèbre trio féminin du vignoble français. Après la mort de Théo Faller en 1979, Colette et ses deux filles ont construit avec passion, dans le milieu masculin du vin, l’une des plus prestigieuses propriétés d’Alsace, le domaine Weinbach.


Brillante vinificatrice de ce formidable vignoble situé pratiquement d'un seul tenant sur la côte de Kaysersberg dans le Haut-Rhin, Laurence Faller a contribué à donner à la propriété une nouvelle impulsion dans les années 2000. Elle a défini un style épuré et révélateur de ses terroirs qui place ses vins au sommet de la production alsacienne.

La notoriété de ses vins blancs a fait le tour de la planète, notamment son rarissime gewurztraminer grand cru Furstentum en sélection de grains nobles, ou encore son riesling Schlossberg qui est l’un des plus beaux vins blancs qui soient.

 

Les Compagnons de la Grappe au Soleil gardent encore en mémoire la finese des vins du Domaine Weinbach que nous avons eu la chance de déguster, il y a un peu plus d'un an (Voir ici).

Ingénieur chimiste de formation, mère de deux jeunes enfants, Laurence Faller est décédée à son domicile lundi 12 mai 2014 à 47 ans, victime d’une crise cardiaque.

 

2014 se révèle comme un bien triste millèsime pour la famille vini-viticole, puisqu'après la disparition de Christine Valette du Château Troplong-Mondot, c'est Laurence Faller qui quitte ses pairs

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 23:26

Le Château Palmer produit aujourd’hui du vin en biodynamie après un processus de reconversion qui a nécessité plusieurs années.

 

Situé sur le plateau des Brauzes, le Château Palmer a entamé depuis 2008 un processus de reconversion de son vignoble en biodynamie.

Pour rappel la biodynamie est un mode de culture qui consiste d’une part à cultiver la vigne en se passant d’engrais chimiques, et d’autre part à créer une harmonie entre la culture et son environnement.

Le but est de renforcer la vitalité des vignes en utilisant les seules ressources de la nature.

 

Château Palmer

 

Dans le cas précis du Château Palmer, fini les désherbants, ce sont désormais des moutons qui se chargeront de l’herbe poussant aux milieux des vignes. De plus, le célèbre château bordelais a recours à des poules pour évincer les escargots, ces derniers raffolant des feuilles de vigne. En outre, trois vaches devraient bientôt être acquises, afin de produire du fumier.

 

La propriété a déjà annoncé que le prix de revient de sa production ne changera pas. En effet, quand bien même le passage à une culture bio nécessite d’engager davantage de main-d’œuvre, le fait de ne pas employer de produits phytosanitaires permettra de réaliser d’importantes économies.

 

La production annuelle de la propriété avoisine les 200 000 bouteilles et son encépagement se compose de cabernet sauvignon (47%), de merlot (47%) et de petit verdot (6%).

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche