Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 12:55

Situé en appellation Haut Médoc, sur les graves fines et profondes des communes de Macau et Ludon, le vignoble de Cantemerle, 5ème Grand Cru Classé,

subit des influences multiples, produisant des vins complexes, équilibrés et raffinés, à l'image de son terroir de qualité.

 

Superficie du vignoble : 90 ha plantés et 87 ha en production

Encépagement :

50 % Cabernet Sauvignon

40 % Merlot

5 % Cabernet Franc

5 % Petit Verdot

Age Moyen du Vignoble : 30 ans

 Verticale de Château Cantemerle

La production de chaque parcelle est vinifiée séparément dans de larges cuves en bois de chêne favorisant une lente et douce extraction des tanins. Les vins sont ensuite élevés en fûts pendant douze mois, puis légèrement clarifiés avant leur mise en bouteilles au château.

 

En savoir plus : www.cantemerle.com

 

Les vins dégustés

 

Les Allées de Cantemerle 2003

Robe rouge pourpre foncée et dense

Nez expressif de sous bois, champignons puis fruits noirs mûrs, cassis.

Bouche souple et équilibrée, de la chaleur et alcool, tanins fondus, trop monolithique, manque de corps, finale fruité, acidulée.

Note : 12,5/20

 

Château Cantemerle 2003

Robe rouge noir violacé, dense, foncé

Nez plus fin de fruits noirs, sous bois, champignons, terre humide, minéral, café, caramel puis épices (poivron)

Bouche avec beaucoup de tannins, de la matière et du corps, du boisé toasté, un bonne longueur et finale sur le tabac blond, à attendre.

Note : 14,5/20

 

Château Cantemerle 2001

Robe rouge grenat, tuilée, évolution en bordures.

Nez avec des arômes tertiaires de champignons, sous bois, humus, légèrement animal

Bouche un peu légère, manque des corps mais un bel équilibre d’ensemble, finale sur l’acidulé, à boire.

Note : 13,5/20

 

Château Cantemerle 1999

Robe rouge grenat, bordures tuilées

Nez très expressif, cacao, chocolat noir, végétal, poivron, grillé, très bien.

Bouche avec beaucoup d’élégance et classe, tannins fondus mais présents, bonne  longueur, finale sur le boisé.

Note 15/20

   

Château Cantemerle 1998

Robe rouge grenat, bordures tuilées

Nez très expressif, cacao, chocolat noir, végétal, poivron, grillé, très proche du 99.

Bouche avec beaucoup plus de puissance, tannins et matière plus présents, difficile à l’ouverture mais plus agréable avec l’aération, bonne longueur, finale sur la cerise à l’eau de vie avec du boisé. Légèrement en dessous du 99.

Note 14,5/20

 

   

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Dégustations 2011
commenter cet article
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 15:18

Domaine-Drouhin.jpgAvec environ 90 appellations, la maison Drouhin propose une passionnante découverte du terroir Bourguignon, dans les moindres nuances de son authenticité. Depuis bientôt 130 ans, la Maison est entre les mains de la famille. Aujourd'hui la quatrième génération tient les rênes, la passion s'est transmise.

 

La maison a fait le choix de l'approche biologique et biodynamique. Le soin du sol se fait exclusivement avec des produits naturels, tout est mis en oeuvre pour le respect de la terre, de la vigne et de l'environnement. Le style Joseph Drouhin allie équilibre, harmonie et caractère. Les vins jeunes ont une fraîcheur subtile ; les vins de garde acquièrent une somptueuse complexité.

 

2004 : Pureté et Précision

« Septembre fait le vin », dit un vieil adage vigneron. En effet, la météo a fait passer les bourguignons par toutes les couleurs, avec notamment un magnifique printemps et un été placé sous le signe de l'instabilité climatique : orages de grêle localisés, soleil timide, relative fraîcheur en août. Heureusement, le beau temps de septembre a apporté plus qu'un rayon de soleil. Un temps estival accompagné de vent chaud et sec a en effet permis d'accélérer le processus de maturation de manière significative et de maintenir les vignes dans un état sanitaire satisfaisant ».

 

« Les vendanges ont finalement commencé à une date assez précoce : le 13 septembre dans le Mâconnais et la Côte Chalonnaise, le 20 septembre en Côte d'Or et enfin le 29 septembre à Chablis. En raison de l'état hétérogène de la vendange, l'une des données essentielles du millésime fut le tri des raisins. Au domaine Joseph Drouhin nous avons dû, comme tous les autres domaines sérieux, trier une partie de nos raisins. Les vinifications ont été assez lentes ».

 

« Couleurs caractéristiques du pinot noir. Les bouquets sont évocateurs de petits fruits rouges acidulés. En bouche, les vins sont plutôt élégants et racés avec une structure tannique fine. Vins de plaisir qui expriment toutes les qualités du pinot noir et des terroirs bourguignons, ils pourront être appréciés dès à présent et certainement avant les 2002. Les grands crus sont encore un peu fermés ».

Pour plus d’informations : http://www.drouhin.com

 

Les vins dégustés

 

Chambolle-Musigny 1er cru

Au coeur du célèbre vignoble de Chambolle-Musigny, la Maison est propriétaire de plusieurs parcelles de Premiers Crus exposées en pente douce à l'est.                                                               

Surface du Domaine : 1,3 ha. - Age moyen des vignes : 32 ans.

            Robe rouge rubis pourpre, foncée, très légèrement tuilée en bordures

Nez grillé, torréfaction, café, puissant, puis herbacé, finesse, rose fanée.

Bouche avec beaucoup d’équilibre, acidité et minéralité bien intégrées avec le boisé, belle longueur, de la fraîcheur, du potentiel. Un très joli vin.

Note : 15/20

 

Charmes-Chambertin Grand cru 

Situé en dessous du Chambertin, les Charmes sont en prolongement du Griotte-Chambertin.

Est-ce qu'il y avait des charmes ici ou parlait-on déjà des caractéristiques du vin ? Seule certitude, il est question de "la friche des charmes" dans un procès-verbal du XIXème siècle.

Le sol : affleurements calcaires recouverts de sols peu épais, même très minces par endroits. On y retrouve beaucoup de cailloux et de marnes.

            Robe rouge pourpre foncée profond

            Nez expressif sur les arômes de bois précieux, havane, grillé et épices, superbe.

Bouche identique, la grande classe, du soyeux et de l’équilibre, tous les éléments sont bien intégrés – acidité, minéralité, bois et matière- forment un ensemble de grande classe avec une bonne longueur et une finale fruité et fumé. A boire et à attendre.

Note 17/20 (Le préféré des dégustateurs)

Domaine J. DrouhinClos de la Roche – Grand cru

Dans le territoire de Morey-Saint-Denis, au nord, à quelques mètres du vignoble de Gevrey-Chambertin et situé dans le prolongement des Latricières-Chambertin et des Combottes.

La structure géologique stratifiée de la Bourgogne fait que parfois, la roche mère affleure au niveau du sol. Ces "enrochements" provoquent parfois des "bosses", des taches blanches facilement repérables. D'où le nom de ce vignoble caractéristique de ce phénomène.

            Robe rouge pourpre foncée profond

Nez sur des arômes primaires de lacté puis du fruité, cassis, griottes, un légère pointe de havane.

Bouche avec une attaque plutôt ronde par rapport au nez, sur des fruits mûrs, de la fraîcheur, de la minéralité et de la puissance. Un ensemble de grande qualité qui demande à être attendu pour dévoiler tout son potentiel. Un grand vin en devenir.

Note : 17,5/20

  

Clos de Vougeot – Grand cru

Un vaste vignoble de 50 hectares, niché entre Vosne-Romanée et Chambolle-Musigny. Joseph Drouhin est propriétaire de deux parcelles dans ce vignoble mythique, en pente douce, orientées vers l'est.

La renommée la plus flamboyante de la Bourgogne. Le Clos a été défriché et muré par les moines de Cîteaux à la fin du XIIe siècle. Ils y ont construit le château qui abrite aujourd'hui la Confrérie des Chevaliers du Tastevin.

Le sol est très diversifié, une véritable mosaïque. Un mélange de calcaire et d'argile dans différentes proportions.

Surface du Domaine : 0,90 ha. - Age moyen des vignes : 31 ans.

            Robe rouge pourpre orangé, bordures tuilées

Nez sur des arômes primaires de lacté puis végétal, boisé, grillé, havane, complexe et expressif.

Bouche superbe des très grands Bourgognes rouges, de la puissance, de la minéralité, de l’acidité qui apporte une belle fraîcheur, de la longueur, de la matière qui lui promet un grand avenir, une finale racée et soyeuse. Un très grand vin, à attendre.

Note : 18/20

 

 

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Dégustations 2011
commenter cet article
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 18:33

L’appellation   Madiran   est   à   cheval  sur   départements   :   Pyrénées  (65),   Gers  (32),    Pyrénées-Atlantiques (64) et deux régions administratives (Aquitaine et Midi-Pyrénées).
D’une superficie de 1. 300 ha,  elle produit  70 000 hl.
3 coopératives représentent 50% de  la  production et 55  producteurs  indépendants produisent les 50% restants.
L’encépagement  est composé  de  tannat  à  60 %,  de  cabernet  franc  à  31 %,  de cabernet sauvignon à 8 % et de fer servadou (dit pinenc) à - de 1 %.
Château Montus
Caractéristiques

Corsés et charpentés, les vins rouges ont des arômes de fruits mûrs. Les tanins bien présents et la richesse en alcool emplissent la bouche et lui donnent un relief exceptionnel.

Après 2 ou 3 ans passés en bouteilles, les tanins se glissent dans le velours de la structure et ses arômes deviennent plus épicés avec des notes de torréfaction et de fruits noirs (prunes et mûre de roncier).                                                

Enfin, des notes de réglisse et de menthol léger s’y mêlent élégamment. Grâce à leur structure riche, ces vins ont une grande capacité de garde.

En vieillissant, les tanins vont s’arrondir et les arômes vont évoluer sans se dénaturer. Ces vins accompagnent parfaitement les plats du Sud-Ouest tels que garbure, confit, fromage de brebis des Pyrénées.

Ils s’adaptent également à l’agneau, le boeuf, le canard ou le porc en fonction de la complexité de la recette et du millésime du vin.

 

Alain Brumont  (http://www.brumont.fr/)

En 1980, Alain Brumont acquiert Château Montus. Sur ce terroir de gros galets roulés, situé dans les meilleurs crus de Madiran, il replante du tannat, vénéré au 18ème siècle, quand plus personne ne croit à ce cépage jugé trop rustique dû à des rendements trop élevés où le cépage, dilué, ne donne qu'astringence et amertume.

20 ans plus tard, il est devenu propriétaire de la quasi-totalité des grands terroirs de l'appellation. Par un travail acharné et une forte conviction, il est parvenu à prouver au monde que l'on pouvait produire de grands vins à Madiran pouvant égaler les plus grands Bordeaux.
Château Montus, un assemblage de 80 % de tannat et de 20 % de Cabernet sauvignon.

 

Château Bouscassé

Situé sur la commune de Maumusson, Château Bouscassé est le domaine familial. En 1978, Alain Brumont reprend la succession de son père. Le vignoble compte alors 17  hectares.

Le terroir assis sur des sols argilo-calcaires sur veine de grebb, donne des vins puissants, amples, équilibrés et riches. Composé à 65 % de tannat complété par des cabernets, c’est un madiran remarquablement fruité aux arômes intenses de fruits rouges mûrs.

 

La Tyre

Toujours à la recherche des meilleurs terroirs, Alain Brumont remarque, en 1990, une grande pente de 12 ha, totalement en friche, située à 260 mètres d'altitude sur le plus haut coteau de l'appellation Madiran.

« J'ai tout de suite pressenti que sur ce terroir, dont la vigne avait disparu depuis près d'un siècle, on pouvait faire un grand vin », explique Alain Brumont qui acquiert aussitôt la parcelle et la plante en 100 % tannat à une densité de 5700 pieds par hectare. Cette parcelle s'appelle La Tyre, du nom d'un lieu dit de la commune.

Il attendra ensuite que les vignes atteignent 10 ans d'âge avant de les récolter. La première cuvée a vu le jour en 2000 et sort uniquement lors des grandes années.

 

Les vins dégustés :

 

Château Montus 2001

Robe rouge pourpre violacée dense, foncé, pas marquée par l’âge

Nez puissant de fruits noirs très mûrs, sous bois, champignons, groseille, fumé.

Bouche sur la torréfaction et l‘empyreumatique, café grillé, puissance, longueur moyenne mais belle persistance sur les fruits noirs, cassis, et l‘acidulé, de l‘alcool et de la chaleur mais le tout est bien intégré.

Note : 14/20

 

Château Montus 2000

Robe rouge grenat, tuilée, évolution en bordures.

Nez bouchon, poussière (odeurs pas constatée à l’ouverture en sentant le bouchon).

Bouche idem, dommage, car on présageait une belle bouteille.

Note : 0/20

   

Château Montus 1999

Robe rouge grenat, tuilée, évolution en bordures.

Nez superbe, torréfaction, café et pain grillés, cacao, poivre, complexe et puissant

Bouche équilibrée, tannins et matière présents, belle concentration et longueur, finale sur les fruits murs et le sous bois, déjà très bien à boire mais pouvant encore évoluer.

Note : 15,5/20

 

La Tyre 2001
Robe rouge pourpre violacée, dense et profonde, pas de marques d’évolution
Nez très expressif, finesse, havane, bois précieux, chocolat, épices, fumé, superbe.
Bouche avec beaucoup d’élégance et classe, à l‘identique du nez, sur des arômes torréfiés (café et chocolat) et un joli boisé, bonne longueur, finale sur le boisé et le cassis. Un grand vin.
Note 18,5/20

 

Château Montus  2003
Robe rouge pourpre violacée dense, foncé, pas marquée par l’âge
Nez  puissant de fruits noirs très mûrs, très légèrement boisé
Bouche sur la puissance et les fruits noirs (cassis), bonne longueur  et belle persistance sur les fruits, de l‘alcool et de la chaleur mais le tout est bien intégré. Un vin à attendre car dans la même ligne que le 99.
Cette bouteille a été dégustée avec le repas (Confit de canard et pommes sautées).
Note : 15/20

 

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Dégustations 2011
commenter cet article
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 16:02

Le vignoble de Chablis occupe les coteaux qui bordent la vallée du Serein.

La notoriété de ce vignoble est très importante et Chablis est depuis de nombreuses années    le synonyme de grand vin blanc sec, partout dans le monde (voir la dégustation du 2 septembre 2009).

 Chablis Grand Cru

Chablis Grand Cru

Petit Chablis, Chablis, Chablis Premier Cru, Chablis Grand Cru, les vins du Chablisien forment une pyramide dont le sommet est le grand cru reconnu le 13 janvier 1938. Il se trouve sur la commune de Chablis et sur la rive droite du Serein (petite rivière qui arrose et traverse le paysage), au nord-est de la cité, entre 100 et 250 mètres d'altitude et bénéficie d‘une excellente exposition au soleil.

 

Ces grands crus se déclinent successivement sur la partie haute de la vallée du Serein : Bougros au nord-ouest, Preuses, Vaudésir, Grenouille, Valmur, Les Clos et Blanchot au sud-est.


L'appellation Chablis Grand Cru se répartit en 7 climats, inscrits sur l'étiquette, à la personnalité affirmée, mais nuancée, où le Chardonnay réussit de merveilleuses variations sur un même thème.

 

Superficie en production : Blanchot : 12,68 ha - Bougros : 15,07 ha - Les Clos : 25,87 ha - Grenouilles : 9,38 ha - Les Preuses : 10,81 ha - Valmur : 10,55 ha - Vaudésir : 15,43 ha - (Moutonne : 2,35 ha).

 

Les vins dégustés : Un duel en toute élégance entre Les Preuses et Les Clos de chez Dauvissat et Drouhin.

 

Chablis William Fèvre 2003

Robe jaune or avec encore quelques très légers reflets verts

Nez brioché, beurré, fumée, noisettes grillées

Bouche avec beaucoup de gras, une bonne longueur, persistance sur le pamplemousse acidulé, belle minéralité et fraîcheur, un petit creux en milieu de bouche.

Note 14/20

 

Chablis grand cru Les Preuses 2003 – R & V Dauvissat

Robe jaune pale à reflets verts

Nez minéral, fleurs blanches, citron, agrumes, pain d’épices, superbe

Bouche grande classe, finesse et équilibre, grande longueur, fraîcheur et minéralité du terroir, finale et persistance incroyable sur les agrumes. Un très grand chablis.

Note 17/20

 

Chablis grand cru Les Clos 2003 – R & V Dauvissat

Robe jaune pale claire brillante et lumineuse

Nez fermé puis minéral, mandarine, pamplemousse rose, fleurs blanches

Bouche grande classe, finesse et équilibre, grande longueur, fraîcheur et minéralité du terroir, finale et persistance incroyable sur le citron. Un très grand chablis.

Note 18/20

 

Chablis grand cru Les Preuses 2002 – J. Drouhin

Robe jaune or allant vers le doré

Nez miel, sucre, abricots confits, brioche, noisettes grillées, puis mandarine

Bouche de la finesse et du gras, du boisé, très bonne longueur, persistance et finale sur les agrumes, belle minéralité et fumé. Un grand chablis.

Note 16,5/20

 

Chablis grand cru Les Clos 2003 – J. Drouhin

Robe jaune or allant vers vieil or, semble plus âgé

Nez de fruits confits à l’alcool, raisins secs, fumé, épices, poivre blanc, superbe

Bouche incroyable de classe et finesse, plus sur le gras, le pain brioché, des fruits confits mais avec un pointe de fraîcheur et minéralité, grande longueur. Un très grand chablis.

Note 18/20

 

En conclusion, les vins de Dauvissat apparaissent avec plus de minéralité et de droiture, ceux de la Maison J. Drouhin étant plus sur le gras, les fruits confits et le miel. Mais tous sont de grande classe.

 

 

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Dégustations 2011
commenter cet article
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 15:24

Les résultats des efforts et de l'innovation de trois générations de la famille Perrin sont évidents quand on a le plaisir de goûter un Château de Beaucastel à son apogée. Si un mot peut décrire les vins rouges de Beaucastel, c’est « pureté », parce qu'ils sont l'expression exacte de la terre et des raisins dont ils sont issus.

Dans ce cas le vignoble de 70 hectares est un mélange de chacun des 13 cépages autorisés. Le sol est constitué d’une couverture poreuse et aérée de diluvium alpin (galets), sur une base de pierre à chaux marine du miocène, qui existe partout sur le domaine.

 

Les vignes ont en moyenne 50 ans et les rendements ne sont jamais supérieurs à 30 hectolitres par hectares, et souvent beaucoup moins. C'est un vignoble vibrant et sain grâce aux années de cultures organiques.

 

Vinification

Vendange manuelle, tri de la vendange à l'arrivée à la cave.
Chauffage de la vendange en grains entiers à 80°C, refroidissement à 20°C, macération classique en cuves carrelées de grès émaillé pendant 12 jours. Tirage du jus de goutte, pressurage dans pressoir pneumatique.
Verticale de Beaucastel
Le vin rouge de Beaucastel est structuré, intense, grâce en partie à la grande proportion de Mourvèdre (30%) présente dans la cuvée finale.
Le Grenache (30%) contribue à la sensation de chaleur, de fruits mûrs et à la sensation de moelleux en bouche. Syrah (10%), Muscardin (5%), et Vaccarése (5%) apportent couleur, arômes épicés et accroissent le potentiel de vieillissement des vin.
5% de Cinsault sont ajoutés pour apporter du moelleux et son bouquet spécial. Le reste est composé de petites quantités des 7 autres cépages autorisés à châteauneuf-du-pape.
(Appellation Châteauneuf-du-pape : dégustation du mercredi 5 mars 2008)

C'est ce qui augmente le niveau de complexité aromatique, qui fait du Château de Beaucastel un vin si extraordinaire. Une fois que la méthode de chauffage a été appliquée, le vin rouge de Beaucastel subit une vinification traditionnelle. La plupart des cépages sont vinifiés séparément jusqu'à la fin de la fermentation malolactique, puis assemblés après dégustation.

Le jeune vin est élevé en foudres de chêne de 40 hectolitres pendant à peu près un an. Le collage est fait au blanc d'œuf avant la mise en bouteille. (http://www.beaucastel.com/)

Les vins dégustés

Château Beaucastel 2006

Robe rouge grenat violacée, foncée et dense

Nez de fruits noirs murs, groseille, puissance et finesse, l’alcool (14,5°)

Bouche jeune sur la concentration, des fruits très murs, du bois et la confirmation de la présence alcooleuse, de la chaleur mais aussi du corps et de la matière, finale et persistance sur le cacao, chocolat amer. Attendre.

Note : 15,5/20

 

Château Beaucastel 2003

Robe rouge grenat pourpre, foncée et dense

Nez plus végétal et minéral, pierre à fusils et cailloux, puis les fruits noirs murs reviennent, moins d’alcool (13,5°) malgré le millésime.

Bouche soyeuse et souple, un ensemble très bien en place avec de la concentration, de l’équilibre. La finale est sur des arômes empyreumatiques, fumé. Agréable à boire, il donne l’impression d’avoir moins de potentiel de garde.

Note : 15,5/20

 

Château Beaucastel 1999

Robe rouge grenat noire, foncée et dense mais bordures orangées

Nez café, chocolat, caramel, torréfaction

Bouche superbe de finesse et élégance, la grande classe pour son équilibre entre matière, corps et alcool, très belle longueur et finale sur le cacao et le café. A boire et à attendre.

Note : 18/20

 

Château Beaucastel 1995

Robe rouge grenat noire, foncée et dense mais bordures orangées

Nez animal, musc, champignons, truffe, sous bois, puissant puis une note lactée

Bouche dans le même registre que le 99, superbe, de la finesse, des arômes de torréfaction, café grillé, fumé, complexe, la finale est sur la fraîcheur et la minéralité, la longueur et la persistance sont monstrueuses. Un très grand vin.

Note : 19/20 

 

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Dégustations 2011
commenter cet article
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 11:22

Domaine-J.-Drouhin.JPGChaque premier mercredi du mois, les Compagnons se réunissent pour partager leur passion du vin autour d'un thème, découverte d'un terroir, les vins d'un propriétaire ou d'un château, dégustation verticale pour apprécier un vin sur différents millésimes ou encore dégustation horizontale afin d'apprécier les qualités d'un même millésime chez des propriétaires différents.

 

 

 

 

    

Château BEAUCASTEL : « Le Châteauneuf-du-Pape magnifié par la famille Perrin »

 Château Beaucastel 2006

Château Beaucastel 2003

Château Beaucastel 1999

Château Beaucastel 1995

Mercredi 12 janvier 2011 : Merci à la famille Perrin pour ce grand moment. (voir les commentaires)

 

Chablis grands crus : « La classe à l’état pur »

Chablis William Fèvre 2003

Chablis grand cru Les Preuses 2003 – R & V Dauvissat

Chablis grand cru Les Clos 2003 – R & V Dauvissat

Chablis grand cru Les Clos 2003 – J. Drouhin

Chablis grand cru Les Preuses 2002 – J. Drouhin

Mercredi 2 février 2011les vins de Dauvissat apparaissent avec plus de minéralité et de droiture, ceux de la Maison J. Drouhin étant plus sur le gras, les fruits confits et le miel. Mais tous sont de grande classe (voir les commentaires).

 

Château Montus - Madiran : « Alain Brumont, l’empereur du tannat »

Château Montus 2003

Château Montus 2001

Château Montus 2000

Château Montus 1999

Château Montus La Tyre 2001

Mercredi 2 mars 2011une trés agréable verticale avec un magnifique "La Tyre" qui joue dans la cour des grands. (voir les commentaires).

 

Domaine Joseph Drouhin : « Une famille encrée dans son terroir »

Côtes de Nuits Village 2008

Chambolle-Musigny 1er cru 2004

Charmes Chambertin grand cru 2004

Clos de la Roche 2004

Clos de Vougeot 2004

Mercredi 6 avril 2011 : une grande dégustation à la hauteur de la réputation de la famille Drouhin. (voir les commentaires).

 

Château Cantermerle : « Une verticale sans surprise »

Les Allées de Cantermerle 2003

Château Cantermerle 2003

Château Cantermerle 2001

Château Cantermerle 1999

Château Cantermerle 1998

 Mercredi 4 mai 2011 : une dégustation sans surprise, de bonne qualité globale avec un très bon 99. (voir les commentaires).

 

Cornas : « L’autre grande appellation des Côtes du Rhône »

Cornas Vieilles vignes 2006 Alain Voge

Cornas « Les Ruchets » 2006 J.L Colombo

Cornas Cuvée Chaillot 2006 Th. Allemand

Cornas 2007 Dme Auguste Clape

Mercredi 8 juin 2011 : Des vins jeunes, mais de grande qualité et à attendre pour qu'ils développent tout leur potentiel. (voir les commentaires).

 

Chenin : « Une Coulée en Savennières »

Mounlin de Chauvigné 2007

Château de Varennes 2005

Les Vieux Clos 2005

Domaine aux Moines 1990

Coulée de Serrant 2003  

Mercredi 6 juillet 2011 : Une découverte et une révélation pour certains. Une qualité générale remarquable et une superbe Coulée de Serrant (voir les commentaires).

 

« Une dégustation pas si éclectique que çà... »

Irancy 2006

Gevrey-Chambertin 1er cru Lavaut St-Jacques 2004

Pommard 1993

Clos de Vougeot 1998

Romanée Saint-Vivant Les 4 Journaux 1992  

Mercredi 10 août 2011Des inquiétudes vite dissipées par une Romanée St-Vivant de très grande classe (voir les commentaires).

 

« Une dégustation mystérieuse»

Osoyoos Larose 2006 - Colombie Britanique

Château Talbot 1995 4ème GCC - St-Julien

Chateau La Gaffelière 1996 - Saint-Emilion GC 

Château Pavie 1999 - Saint-Emilon GC

Château Ducru6beaucailllou 2003 - 2ème GCC St-Julien 

Mercredi 7 septembre 2011Toutes les vertus de la dégustation à l'aveugle. (voir les commentaires).

 

Vosne-Romanée 1er Cru : « Un petit coin de paradis »

Vosne-Romanée  Michel Gros 2002

Vosne-Romanée « Aux Brûlées » Michel Gros 2004

Vosne-Romanée « Clos des Réas » Michel Gros 2004

Vosne-Romanée « En Orveaux » Château de Marsannay 2004

Vosne-Romanée « Les Suchots » Domaine Jack Confuron-Cotetidot 2004

Mercredi 5 octobre 2011Une dégustation qui a confirmé parfaitement le titre. (voir les commentaires).

 

Château Lagrange : « Une belle expression du Saint-Julien »

Les Fiefs de Lagrange 2005

Château Lagrange 3ème Grand cru classé 2006

Château Lagrange 3ème Grand cru classé 2002

Château Lagrange 3ème Grand cru classé 1999

Château Lagrange 3ème Grand cru classé 1995

Mercredi 9 novembre 2011Toute la finesse du Saint-Julien avec deux magnifiques bouteilles (95 et 98). (voir les commentaires).

Vignobles et village de Chablis

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Dégustations 2011
commenter cet article

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche