Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 12:29

Limoux-2010-Toques---Clochers-copie-1.JPGLes millésimes passent, la qualité demeure.

Je vous avais dit en novembre 2011(Voir ici) combien le millésime 2008 de ce Limoux – Haute Vallée de Toques et Clochers m’avait bien plu, et bien le 2010 est dans la même lignée. Avec toujours ce formidable rapport qualité prix autour de 10€ la bouteille !!

Sans oublier que Toques et Clochers œuvrent pour la préservation du patrimoine.

Ou comment boire du bon pour la bonne cause !!


La robe est jaune or avec des reflets vert-argent. Elle est brillante et lumineuse

   

Le nez est sur des arômes des fleurs blanches et de la pêche, avec du gras. Il y aussi un côté brioché. Un nez expressif

   

La bouche est sur la fraicheur de sa jeunesse avec de l’acidité et de la minéralité. On a des notes d’agrumes avec du gras (effet millésime), une bonne longueur et une finale fruitée.

Un vin à boire mais pouvant attendre 3 à 6 ans.

 

Situées au Sud de l’Appellation, ce sont les plus hautes parcelles de Chardonnay qui sont sélectionnées en terroir Haute-Vallée (supérieur à 3000 m).

Les amplitudes thermiques entre la journée et la nuit favorisent une maturité tardive et des rendements naturellement très faibles.

Le sol est argilo-calcaire et graveleux.

Le vin est vinifié et élevé en barriques.

 Limoux-2010-Toques-et-Clochers.JPG

« Vin, terroir et patrimoine »

L’évènement Toques et Clochers attire chaque année, depuis 1991, plusieurs milliers d’amateurs de vin dans un village d’un des quatre terroirs (Autan, Haute Vallée, Méditerranéen, Océanique), tous regroupés aux alentours de Limoux.

C’est la société “Sieurs d’Arques” qui organise cet événement.

 

Comme son nom l’indique, le but de Toques et Clochers est d’entretenir le patrimoine architectural du village qui l’accueillera, grâce aux bénéfices faits lors des ventes aux enchères de vins.

 

Voir aussi :

Clocher de Cépie 2007 Limoux – Sylvie & Thierry Garrigues

ou encore la recette de l’excellent « Club-sandwich revisité à l’avocat et au saumon fumé » qui avait accompagné le Limoux 2008.

   Club sandwich

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Vins - visite et découverte
commenter cet article
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 23:14

Les-Pagodes-de-Cos.JPGCouleur rouge grenat orangée à tuilée, marquée par les années.

 

Le nez est marqué par l’évolution avec des odeurs de torréfaction, de champignons, de havane et de pain grillé.

 

L'attaque en bouche est souple et équilibrée car les tannins et la matière sont fondus. On retrouve les arômes d’évolution du nez avec des notes entre fruits noirs surmuris et torréfaction.

On a une belle longueur et une persistance sur le sous-bois et les champignons.

 

Ce 95 des Pagodes de Cos a très bien vieilli et atteint son apogée. S’il peut encore tenir un à deux ans, il est parfait à boire aujourd’hui. Que du plaisir !!

 

Cos en gascon signifie colline de cailloux. Cos d’Estournel est donc placé sur un amoncellement de graves mêlées d''argiles calcaires. Cet excédent de graves, spécifique de Cos, oblige donc la vigne à plonger plus profondément ses racines pour puiser ses besoins dans le sol. Faire souffrir la vigne donne de grands vins et Cos y arrive très bien.

 

Les vignes étendues sur une trentaine de parcelles et d'une moyenne d'âge de 35 ans, sont plantées en forte densité à 9000 pieds/ha. Seuls les plants de plus de vingt ans seront utilisés pour le premier vin.

Cos d'Estournel 

La superficie totale du domaine est de 65 hectares. L’encépagement est composé à 60 % de cabernet sauvignon à 40 % de merlot et quelques cabernets francs.

Parce qu’on connaît le Château Cos d’Estournel pour être l’un des plus grands Bordeaux, on oublie parfois que c’est un Château qui a toujours tourné ses regards vers le monde entier.

 

Louis Gaspard d’Estournel, surnommé « le Maharadjah de Saint-Estèphe », sut reconnaître la magie de la terre de Cos et eut la bonne idée d’y fonder le Château qui porte son nom. Son vin trônait sur les tables des rois jusqu’aux Indes ou en Russie, par exemple.

 Les-Pagodes-de-Cos-1995.JPG

C’est en l’honneur du père fondateur et de sa vision internationale que le deuxième vin du Château a reçu le nom de « Pagodes de Cos ».

En effet, les propriétaires successifs - et le propriétaire actuel Michel Reybier y tient particulièrement - se sont toujours montrés fidèles à la philosophie première du château entre exigence, recherche de la perfection et travail patient de la terre.

 

Version plus jeune du grand vin, Les Pagodes de Cos est élevé 12 mois en barriques neuves de chêne merrain.

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Vins - visite et découverte
commenter cet article
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 05:30

Chateau-Haut-Marbuzet-2009.JPGLe château Haut-Marbuzet, est un domaine viticole de 61 ha propriété de la famille Duboscq, situé à Saint-Estèphe. C'est une AOC du Médoc, et il fait partie des crus bourgeois exceptionnels.

 

Le travail de la famille Duboscq fait aujourd'hui de Haut-Marbuzet un vin de la qualité des meilleurs Saint-Estèphe.

 

La renaissance du domaine est due à Hervé Duboscq qui reprend, en 1952, 7 ha en rente viagère sur Saint-Estèphe. Autodidacte, il va reconstituer l'ancien domaine morcelé de la famille MacCarty, et valoriser son vin. Avec son fils Henri Duboscq, qui le rejoint en 1962, ils vont faire progresser Haut-Marbuzet pour l'amener au niveau des meilleurs Saint-Estèphe et le faire entrer en cru bourgeois.

 

Localisé au lieu-dit Marbuzet entre Cos d’Estournel et Montrose, le terroir est un sol fait de graves mêlées d'argiles calcaires, plantées de 50% merlot, 40% cabernet sauvignon, 10% cabernet franc. Les vignes sont plantées en forte densité à 9000 pieds/ha.

 

La récolte du raisin souvent effectuée à surmaturité, avec un élevage en fût de chêne neuf, fait un vin puissant, charpenté, relativement épicé, dont la maturité n'est pas atteinte avant 5 ans au mieux. C'est un vin de longue garde, voire très longues dans les grands millésimes.

 

Robe rouge noir violacé, dense, foncé.

Nez jeune, lacté, bois précieux, expressif, beurre frais, toasté.

Bouche puissante mais équilibrée, corps et matière présents. Finale sur le bois précieux et persistance sur le fruité, belle longueur.

Ce 2009 et bien né et a tout le potentiel pour donner une très belle bouteille mais il faudra savoir l’attendre, au moins cinq à dix ans.

 Chateau-haut-marbuzet-4.jpg

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Vins - visite et découverte
commenter cet article
17 juin 2013 1 17 /06 /juin /2013 22:54

Morgon-2010-D.-Piron.JPGRobe rubis brillante.

 

Nez fruité sur des arômes de fruits rouges (fraise, framboise).

 

Bouche souple sur des notes de fruits rouges sucrés (confiture de fraises) typé gamay, de la fraicheur mais il lui manque du corps et de la matière pour plus de présence en bouche et de longueur. La finale est acidulée (bombons anglais).

 

Il manque à ce vin ce petit « supplément d’âme » qui vous laisse un beau souvenir au palais et dans un coin de votre mémoire.

J’avais été bien plus séduit par le Brouilly 2011 (voir ici).

 

Dirigé par Dominique Piron, 14ème génération de vignerons dans la famille, le Domaine Dominique Pironmet en valeur près de 50 hectares de vignes d’une moyenne d’âge d’environ 50 ans. Morgon-D.-Piron.JPG

 

Spécialisé dans l’appellation Morgon et ses climats, le Domaine Dominique Piron produit également des  Beaujolais,  Beaujolais-Villages, Régnié, Brouilly, Moulin-à-Vent, Fleurie, Chénas ainsi que des Beaujolais et Bourgogne Blancs.

Les vignes du Domaine Dominique Pironsont cultivées de façon traditionnelle, alternant labours et enherbements, dans un esprit de respect de la nature et de l’expression des sols.

 

Les vins du Domaine Dominique Piron sont particulièrement plébiscités par les amateurs à la recherche de beaujolais solides et amples.


Morgon.JPG

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Vins - visite et découverte
commenter cet article
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 22:33

La-Grange-Neuve-de-Figeac-1995.JPGAvec 54 hectares de terrain dont 40 hectares de vignes, château Figeac est le plus vaste domaine de Saint-Émilion.

 

Avec ses arbres centenaires, ses prairies, son étang, ses kilomètres de haies, le cours d'eau qui travers la propriété, ce domaine est un haut-lieu de la biodiversité locale. Certains présentent Figeac comme le poumon de Saint-Émilion et son rôle dans le classement de l'appellation au Patrimoine Mondial de l'UNESCO serait loin d'être négligeable.

 

On pourrait aussi parler de ses richesses architecturales, avec des vestiges du Moyen-Âge, de la Renaissance et de l'époque moderne. Il y a aussi la famille Manoncourt, qui a beaucoup œuvré dans les vignes aussi bien que dans les bâtiments, avec le développement de l'œnotourisme.

 

Le Château Figeac est un lieu de mémoire autant qu'un lieu vivant. Le vin qui y est produit est un des plus réputés Grand Cru de Saint-Émilion, un des plus atypiques aussi avec son encépagement inhabituel qui fait la part belle aux deux cabernets, le franc et le sauvignon, pour 35% chacun, laissant le merlot en 3ème position avec 30% de la surface.

 

La lutte raisonnée est à l'honneur dans les vignes et un nouveau bâtiment a vu le jour en 2011 pour des vinifications précises et savantes.

 Chateau-Figeac.jpg

Second vin du château Figeac, la Grange Neuve de Figeac bénéficie des mêmes soins attentionnés que son ainé. Issu principalement de Cabernet pour les 2/3.

 

Robe rouge grenat à tuilée, marqué par l’évolution.

Nez de sous-bois, torréfaction, grillé, humus. Là aussi les années ont fait leur œuvre.

Bouche souple voir légèrement « diluée » car les tannins et la matière sont totalement fondus. Longueur moyenne. Persistance fruitée et finale torréfiée. Un vin à boire.

 

Ce vin dégusté avec le repas lors de notre soirée du millésime 95 à Bordeaux (voir ici) ne supporte pas la comparaison avec les quatre « second cru classé » que nous avons bu.

Bien qu’encore correct, ce vin nous fait mieux comprendre la différence entre un second, quelles que soient ses qualités, et le premier vin du Château.

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Vins - visite et découverte
commenter cet article
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 00:17

Chateau-Clarke-2006.JPGRobe rouge grenat à orangé sur le disque. L'évolution a marqué la robe.

 

Le nez est sur des arômes de fruits noirs mûrs (cassis et groseille), mais aussi de sous-bois et de torréfaction. Les arômes tertiaires d'évolution sont là.

 

En bouche, Il attaque en finesse car les tannins et la matière sont bien fondus mais encore suffisamment présents. Puis, il développe des notes aux accents de pruneau et de boisé fondu, avec une belle longueur et une persistance fruitée.

 

Ce vin que nous avons bu il y a un peu plus d'un an, a continué à évoluer favorablemment et nous livre aujourd'hui, tout son potentiel. A boire maintenant pour profiter au maximum....

 

En 1973, le Baron Edmond de Rothschild se porte acquéreur de deux propriétés : l'une à Moulis, le château Malmaison, l'autre, contigüe de la première, le château Clarke.

Sitôt le domaine racheté, le baron Edmond de Rothschild réalise des investissements importants et "ressuscite", au sens littéral du terme, le château Clarke.

 Chateau-Clarke.JPG

Le respect de la tradition, associé aux techniques les plus modernes en matière de vinification et d'élevage, sont retenues pour apporter toutes les conditions nécessaires à la production d'un vin de grande classe.

   

Renouant avec les traditions, le château Clarke produit depuis 1993 un vin blanc, "Le Merle Blanc de Clarke", de grande réputation au début de ce siècle.

 

70% merlot, 30% cabernet sauvignon

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Vins - visite et découverte
commenter cet article

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche