Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 09:26

Une robe rouge rubis clair

 

Un nez fortement fruité, dans lequel se mélangent des arômes de fruits rouges et noirs.

 

En bouche il est à la fois puissant et charnu sur des saveurs de framboise et autres fruits rouges bien mûrs et croquants. Sa structure est présente car il est encore très pour ne pas dire trop jeune, mais ses tanins sont veloutés et n’agressent pas le palais. La longueur est correcte et la finale fruitée offre une agréable persistance.

 

Vin bu au restaurant au « Ô Vin sur Vingt » pour accompagner un savoureux suprême de pintade aux morilles.

« Mercurey La Framboisière 2013 - Domaine Faiveley »

Le Domaine Faiveley est situé au cœur de la Bourgogne viticole, entre Dijon et Beaune, à Nuits-Saint-Georges. La famille Faiveley, propriétaire de la Maison, a progressivement étendu son domaine et possède aujourd’hui des parcelles dans les plus beaux climats de Bourgogne : Gevrey-Chambertin, Pommard, Volnay, Puligny-Montrachet, Mercurey et d’autres.

 

Comme souvent en Bourgogne, le vignoble est très morcelé, et la superficie moyenne par appellation est d’environ 1 hectare seulement : les productions de chaque vin étant par conséquent très limitées.

 

Le Domaine Faiveley exploite plus de 10 hectares de Grands Crus et près de 25 hectares de Premiers Crus. Parmi ceux-ci, plusieurs climats appartiennent exclusivement à la famille, ce sont des Monopoles.

 

Pour conserver toute leur fraîcheur et leur qualité, les raisins sont pressés et vinifiés sur place, à Mercurey, puis les vins sont amenés à Nuits-Saint-Georges afin d’y être élevés, pour partie en fûts de chêne.

 

L’élevage en fûts, d’une durée de 12 à 14 mois pour ce vin, a lieu dans des caves voûtées du XIXème siècle qui offrent des conditions idéales. Ces fûts, qui proviennent de tonneliers de qualité, ont été rigoureusement sélectionnés pour leur grain fin et leur chauffe légère.

Vignes à Mercurey

Vignes à Mercurey

L'appellation d'origine contrôlée Mercurey est l'une des plus importantes de la Côte Chalonnaise, près de Chalon-sur-Saône.

Les vins de Mercurey bénéficient de cette appellation depuis 1923. Elle comporte en outre 32 climats classés en Mercurey Premier Cru. Le vignoble s'étend sur les communes de Mercurey et Saint-Martin-sous-Montaigu.

 

Le village tire son nom du Dieu Mercure (Dieu du commerce). L'histoire dit qu'un temple y a été édifié en l'honneur de la divinité. Les vignes du Mercurey sont plantées à une altitude comprise entre 230 et 320 mètres, sur un terroir composé de marnes calcaires à l'est et d'une structure jurassique et d'un socle cristallin recouvert de grès à l'ouest.

 

Les quelque 630 hectares de l'appellation produisent annuellement environ 27.500 hectolitres de vin. L'appellation produit des rouges issus du cépage Pinot Noir, et dans une moindre mesure, des blancs 100% Chardonnay.

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Vins - visite et découverte
commenter cet article
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 11:33

La robe est d’un rouge grenat foncée et dense avec des nuances orangées.

 

Le nez est sur des notes empyreumatiques, de champignons, de fruits noirs mûrs, de sous-bois et havane.

 

La bouche est tout aussi superbe avec de l’équilibre et de la finesse, des notes fumées et fruits noirs mûrs, une très jolie longueur et persistance grillée. La finale est délicate.

 

Si on peut considérer que le vin n'est pas loin de son apogée, il porte très bien ses seize années.

« Saint-Joseph 1999 - Lieu-dit - E. Guigal »

Le Domaine Guigal est propriétaire à Condrieu et à Côte-Rôtie sur des parcelles illustres donnant entre autre ‘La Doriane’ en Condrieu, les célèbres Crus de Côte-Rôtie ‘La Mouline’, ‘La Turque’ et ‘La Landonne’, le Côte-Rôtie Château d’Ampuis.

 

L’Ermitage ‘Ex-Voto’ est produit dans les plus grands millésimes tandis que les Saint-Joseph ‘Lieu-Dit Saint-Joseph’ en blanc et en rouge ainsi que le célèbre Saint-Joseph rouge « Vignes de l’Hospice » constituent de véritables références pour cette Appellation.

 

Le Domaine a été fondé en 1946 par Etienne Guigal, n’est pas étranger à l’essor de l’appellation de Côte-Rôtie, qui a pourtant failli être anéantie à plusieurs reprises, lors de l’invasion du phylloxera à la fin du 19ème siècle, de la crise économique de 1929, puis des deux guerres mondiales.

Le Château d'Ampuis (Domaine Guigal)

Le Château d'Ampuis (Domaine Guigal)

Mus par un constant souci de qualité, le travail de maître mené par la famille Guigal a indéniablement contribué à élever la renommée des vins de Côte-Rôtie au rang des plus grands crus bordelais ou bourguignons.

Aujourd’hui, c’est Marcel Guigal qui tient les rênes du domaine, épaulé par son fils Philippe, brillant œnologue.

 

Le vignoble de Saint-Joseph s'étend sur près de 50 km sur la rive droite du Rhône et dans les départements de l'Ardèche et de la Loire. Les vignes sont situées sur des sols légers de schiste et de gneiss dominant un socle granitique, avec une exposition sud et sud-est. Encépagement : 100% syrah.

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Vins - visite et découverte
commenter cet article
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 11:38

Une robe d’un joli rouge rubis à grenat sombre avec de très légères traces d’évolution

 

Un nez de cerise noire, d’épices, de liqueur de cassis, une pointe de torréfaction

 

La bouche est à la fois souple et ample avec toujours cette présence de cerises noires et cassis. La finale est longue et la persistance sur des goûts épicés.

 

Un vin bien agréable à déguster, surtout avec l’aération, même s’il pourra encore évoluer favorablement sur les 2 à trois ans.

« Gevrey-Chambertin 2006 - Thierry Mortet »

Thierry Mortet a repris une partie du domaine de ses parents à leur retraite, en 1992. Au départ, il y avait 4 hectares et les anciens bâtiments.

Aujourd’hui, il exploite 7 hectares, possède de nouvelles installations – cuverie et cave – et produit 35 000 bouteilles à l’année.

 

Le vignoble se répartit sur les 4 communes où sont produites les 10 appellations du domaine, dont plusieurs en 1er Cru : Gevrey-Chambertin, Chambolle-Musigny, Marsannay et enfin Daix, pour les Bourgogne appellation Régionale.

 

Les rouges sont égrappés avant la vinification puis les raisins macèrent 3 à 4 jours avant départ en fermentation. La durée totale de cuvaison est de 14 à 16 jours avec un pigeage matin et soir avant la décantation puis l’élevage.

© Vins de Bourgogne.fr

© Vins de Bourgogne.fr

Gevrey-Chambertin

En venant de Dijon, ici commencent les Champs-Élysées de la Bourgogne. Au pied de la combe de Lavaux, le vieux château des moines de Cluny fait figure de cave fortifiée et les chanoines de Langres ont longtemps veillé sur ces vignes. Premier acte de naissance en l’an 640 !!

 

C’est dire à quel point ce nectar plonge ses racines dans toute l’histoire du vin de Bourgogne. Instituée dès septembre 1936, l’appellation d’origine contrôlée forme une garde d’honneur à de fabuleux grands crus : Chambertin et Clos de Bèze. Appellation Village de la Côte de Nuits, en Côte d’or. Gevrey-Chambertin comporte vingt-six climats classés en Premier Cru. Communes de production : Gevrey-Chambertin et Brochon.

 

La commune de Gevrey-Chambertin produit également neuf Grands Crus Les appellations Gevrey-Chambertin et Gevrey-Chambertin premier cru peuvent être suivies ou non du nom de leur climat d’origine.

Vins rouges exclusivement, cépage Pinot Noir.

Les vignes de Gevrey

Les vignes de Gevrey

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Vins - visite et découverte
commenter cet article
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 09:31

Depuis la fin du XVIIIème siècle, la famille des Comtes Lafond possède le plus important et un des plus réputés des vignobles de Pouilly Fumé.

Le Baron Patrick de Ladoucette, arrière-petit-fils des Comtes Lafond, a perpétué cette tradition de très grande qualité et produit ce grand vin blanc de Ladoucette, référence parmi les vins de sauvignon.

« Baron de L 2005  Pouilly-Fumé - Domaine de Ladoucette »

Au départ, j’avais ouvert une bouteille de Coulée de Serrant 1995 mais damnation et par Bacchus (et non Toutatis !!), le vin était totalement bouchonné.

A défaut de grives, pas du tout car ce Baron de L fut un bien beau remplaçant (N’est-ce pas Rudy).

« Baron de L 2005  Pouilly-Fumé - Domaine de Ladoucette »

Robe d’un joli jaune pâle aux reflets vert-argent et dorés en bordures.

 

Nez expressif sur de notes fleurs blanches et fruits (poire & pêche) puis on a des notes d’agrumes confits (Mandarine, pamplemousse) et bien sûr le buis si caractéristique du Sauvignon.

 

Bouche très agréable, entre finesse et fraicheurs, on retrouve les arômes du nez dans un bel équilibre de saveurs, une belle longueur et une finale de fruits confits.

Déjà fort agréable à boire aussi bien seul à l’apéritif qu’avec des moules marinières, ce vin possède encore de belles réserves.

Domaine de Ladoucette

Domaine de Ladoucette

Pouilly-Fumé

La Loire est le plus long fleuve de l’hexagone et traverse plusieurs régions : le Centre, la Touraine, l’Anjou et le Pays Nantais. La culture de la vigne y est omniprésente de chaque côté de la rive.

 

Pouilly-Fumé est l’une des grandes Appellations d’Origine Contrôlée des Vins du Centre-Loire. La viticulture, dans les six communes qui composent l’AOC, y est millénaire. Celle-ci est liée à la colonisation des Romains et elle a connu son essor grâce au travail des moines Bénédictins dans le courant du Moyen-âge.

Le Sauvignon

Le Sauvignon

Un seul cépage est cultivé sur les 1300 ha de l’AOC Pouilly-Fumé : le sauvignon blanc. C’est d’ailleurs de cette variété de raisin que le nom de la région est tiré.

En effet, lorsque le fruit est mûr et prêt à être récolté, une couche de couleur grise ou couleur de fumée le recouvre. Ici, le sauvignon blanc développe une grande complexité aromatique.

La richesse du sol donne à certains vins une odeur de pierre à fusil, parfum typique de l’étincelle produite par le choc d’un silex.

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Vins - visite et découverte
commenter cet article
2 septembre 2015 3 02 /09 /septembre /2015 10:45

Implanté aux portes de la ville médiévale sur des carrières souterraines, le Clos Fourtet doit son nom au "Camp Fourtet", place fortifiée qui servait à protéger Saint-Emilion au Moyen-Age.

 

Rendu célèbre par ses propriétaires les seigneurs de Figeac au XVIIIème siècle, le domaine clos de murs comprend un vignoble de 18,7 hectares d’un seul tenant et une résidence construite durant l’Ancien Régime.

 

Racheté en 2001 par Philippe Cuvelier à la famille Lurton, le Clos Fourtet a un terroir naturellement drainé fait d’un sol argilo-calcaire doté d’une faible couche arable.

L'encépagement est constitué à 85 % de merlot, à 10 % de cabernet-sauvignon et à 5 % de cabernet franc.

Les vignes, qui ont une moyenne d’âge de 25 ans, sont travaillées de manière traditionnelle et raisonnée : emploi d’engrais organiques et minéraux, ébourgeonnage, protection des embryons de grappes et des ceps contre les maladies, acariens ou champignons, effeuillage, vendanges en vert pour optimiser la concentration.

« Clos Fourtet - Saint-Emilion - 1982 »

La robe d’un rouge orangé à tuilé indique l’âge du vin.

 

Le nez, tout en finesse et équilibre, très typé merlot (Saint-Emilion), est sur des arômes tertiaires marqués (Sous-bois, torréfaction, chocolat, bois précieux et truffe).

 

La bouche est dans le même registre, après 33 ans, les tannins et la matière sont totalement fondus, le vin est soyeux et délicat, on peut lui reprocher un petit manque de puissance et longueur mais il n’est pas fatigué ni trop vieux pour son âge et la persistance est remarquable.

 

Il fallait le boire et c’était le bon moment d’ouvrir cette bouteille. A quelques mois près et on serait passé à côté !!

« Clos Fourtet - Saint-Emilion - 1982 »

1982, un millésime exceptionnel !!

On a déjà tout dit sur l’année 1982 à Bordeaux : hors norme sur tous les plans, elle a désormais rejoint les illustres 1961, 1945 ou 1929 au panthéon des millésimes du siècle.

 

Exceptionnel en qualité et en quantité, 1982 se caractérise en effet par des conditions climatiques frôlant la perfection : des mois de juin et juillet chauds et sec, un mois d’août plus doux, et surtout, en septembre, trois semaines d’une vague de chaleur intense qui permet aux raisins d’atteindre un extraordinaire degré de maturité en décuplant les taux de glucose présents dans les raisins.

 

Les volumes récoltés, pléthoriques pour l’année, constituent un record qui sera cependant égalé, voire dépassé par ceux de 1985, 1986, 1989 et 1990. Maîtrisant parfaitement les rendements, la plupart des châteaux a produit des vins richement extraits, concentrés et d’une incroyable complexité.

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Vins - visite et découverte
commenter cet article
12 août 2015 3 12 /08 /août /2015 11:02

La robe est d’un beau rouge rubis pourpre avec des nuances briquées.

 

Le nez est expressif sur des arômes de fruits noirs macérés (mure et myrtille), de sous-bois et de réglisse, puis avec l’aération des notes de fève de cacao apparaissent.

 

La bouche exprime un équilibre remarquable avec des tanins fins et soyeux, du gras et une finale d’une belle longueur et une persistance fruitée.

 

Voilà un cru du Beaujolais qui pourrait jouer dans la cour des Bourguignons.

« Moulin à Vent des Hospices 2008 »

Hospices de Romanèche-Thorins

Déjà, au XIXème siècle, il existait un hospice (hôpital) à Romanèche-Thorins, à l’extrême sud de la Bourgogne. En contrepartie des soins, des personnes âgées ou des patients léguaient occasionnellement des morceaux de vignobles à l’hôpital.

 

Après quelques années, cela constitua une propriété de plus de 6 hectares. Au siècle dernier et jusqu’en 1926, chaque millésime des Hospices était vendu aux enchères publiques, comme les ventes annuelles de Beaune aujourd’hui.

 

À partir de 1926, la Maison Collin-Bourisset, reconnue comme un spécialiste du Moulin-à-Vent, a reçu l’exclusivité de la production, de la vinification et de la commercialisation de ce vin.

« Moulin à Vent des Hospices 2008 »

Appellation Moulin à Vent

Le moulin-à-Vent est produit à cheval sur la limite entre les départements du Rhône et de Saône-et-Loire.

 

L'appellation couvre une partie des communes de Chénas et de Romanèche-Thorins, dans le vignoble du Beaujolais. Elle est l'un des dix crus de ce vignoble, qui sont du nord au sud : le Saint Amour, le Juliénas, le Chénas, le Fleurie, le Chiroubles, le Morgon, le Régnié, le Brouilly et le Côte-de-Brouilly.

 

L'aire d'appellation s'étend uniquement sur un sous-sol de granite et le cépage est le gamay.

Le vieux moulin à vent de Romanèche-Thorins, symbole de l’appellation.

Le vieux moulin à vent de Romanèche-Thorins, symbole de l’appellation.

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Vins - visite et découverte
commenter cet article

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche