Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Vignobles du JuraPercée du vin jaune : cinq flacons des XVIIIe et XIXe siècle aux enchères

Dans quelques jours, la Percée du vin jaune se déroulera en Arbois. Cet évènement, qui réunit des dizaines de milliers de participants à l’occasion de la sortie du nouveau millésime est traditionnellement ponctué d’une belle vente aux enchères.

On en sait un peu plus sur le catalogue de cette adjudication qui comptera, quelques lots rares et anciens. Outre le vin jaune d’Arbois de 1774, clou de la vente, les amateurs pourront enchérir sur une demi-bouteille de vin de paille millésimée 1893, du domaine Bourdy, un vin jaune d’Arbois de 1890 (Domaine Sauvageot), un flacon d’alcool de 1868 (domaine Bourdy) et un vin jaune d’Arbois de 1821 (Jules Vercel). Au total, plus de 300 lots qui devraient faire le bonheur des amateurs de ce vin rare et mystérieux…

 

« Lafite et Lafitte enterrent la hache de guerre »

Depuis 2005, deux Lafit(t)e s’affrontaient : les propriétaires de château Lafite Rothschild, 1er cru classé de Pauillac, et ceux du Château Lafitte, en Premières Côtes de Bordeaux.

Le journal Challenges révèle qu’un accord, conclu entre les familles propriétaires des deux domaines presque homonymes, a mis fin à 5 ans de procédure. Le Château Lafitte, en Premières Côtes de Bordeaux, pourra continuer à être commercialisé sous ce nom, et non sous celui de Château Lafitte Mengin, comme le souhaitaient les propriétaires du Château Lafite Rothschild.

Le Château Lafitte est un domaine qui existe sous ce nom depuis 1763, date à laquelle le négociant bordelais Raymond Lafitte l’avait racheté.

 

« Bordeaux 2000 : la valeur de placement par excellence »

Lorsque l’on analyse sur cinq ans les performances de grands millésimes produits à Bordeaux depuis 1982, 2000 ressort comme le grand gagnant du palmarès.

Et ce n’est sans doute pas fini…

Certes, il ne s’agit pas là du scoop de la décennie. 2000 était déjà pressenti, puis annoncé comme une « année du siècle » dès les premiers coups de sécateur, lors des vendanges, puis à l’aube de la campagne primeurs.

Les prix de sortie, lors de la vente en primeurs, s’affichaient en forte hausse par rapport aux millésimes 1998 et 1999, ce qui pouvait laisser craindre une rentabilité moindre, ou en tout état de cause longue à extérioriser.

 

La crise financière de 2008 est ensuite passée par là, mettant à mal l’évolution du cours des grands Bordeaux en général, sans que 2000 fasse exception à la règle.

Mais la page semble aujourd’hui tournée. La cote des plus grands crus bordelais, calculée dans les meilleurs millésimes produits depuis 1982, a été analysée sur 5 ans, entre fin 2005 et fin 2010.

Le verdict est sans appel : le millésime 2000 s’affirme aujourd’hui comme « la » valeur de placement à privilégier avec plus de 86% de progression moyenne sur cinq ans.

 

Sur les 46 vins analysés, 41 enregistrent une évolution positive. La moitié progresse de plus de 50%. Neuf d’entre eux ont enregistré, sur cette période, une hausse de prix supérieure à 100%.

Certes, ces belles performances sont liées à la mondialisation de la demande pour les grands crus, et plus particulièrement, à l’explosion de celle émanant des pays asiatiques, la Chine en tout premier lieu.

Pour l’instant, quelques références mobilisent l’attention du marché.

On note d’ailleurs que les seconds vins des premiers crus classés ont progressé plus fortement que le grand vin du même domaine.

Les vins les plus recherchés demeurent, on le sait, Château Lafite Rothschild (+344%) et, plus encore, son second vin Les Carruades de Lafite (+548%), Château Latour (+127%) et les Forts de Latour (+190%), Château Mouton Rothschild (+110%), Château Margaux (+98%) et son second, Pavillon Rouge (+104%). Château Palmer progresse aussi de plus de 100%, de même que Pétrus.

Dans la catégorie des vins recherchés en Asie, signalons aussi Château Haut Brion (+96%) et Château Beychevelle (+85%), dont on connait l’attrait suscité par son étiquette.

 

Les trésors de la cave du gouvernement britannique prochainement en vente ?

La cave à vins du gouvernement britannique subira-t-elle le même sort que celle de la Mairie de Paris ?

Un député travailliste semble déterminé à obtenir sa mise en vente.

864.000 livres, soit près d’un million d’euros, telle est la valeur de la cave du gouvernement britannique. Un montant révélé sous la pression du député travailliste Tom Watson qui, après quelques mois d’investigations supplémentaires, a obtenu plus de détails sur son contenu.

Cette cave contient en effet 38000 bouteilles, dont 26000 flacons de vins rouges, 7000 de vins blancs, 1800 de champagne et, tradition anglaise oblige, 3000 bouteilles de vins fortifiés ou mutés du type Porto ou Cherry.

Parmi les trésors de cette cave, signalons Château Latour 1955, Château Margaux 1961, Château Palmer 1975 (un cru particulièrement apprécié des amateurs britanniques) et parmi les champagnes, Krug 1982.

Tous ces vins ont fait l’objet de notes de dégustation soigneusement établies par les responsables de cette cave prestigieuse.

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche