Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 08:58

Oh, le joli mois de décembre que voila. Ce sera Noël avant l’heure pour les Compagnons de la Grappe au Soleil qui l’ont bien mérité et aussi pour se remettre d’une année 2014 qui n’aura pas été "tendre" avec le monde viticole.

 

Cette dégustation « spéciale » devrait laisser de beaux souvenirs sur nos papilles et nos yeux émerveillés, comme de grands enfants ouvrants leurs cadeaux, se souviendront longtemps des merveilleux flacons dégustés.

 

Les vins dégustés

 

Blanc de Lynch-Bages 2007 

Le château Lynch-Bages doit son nom au domaine de Bages (hameau habité, alors par de très nombreux vignerons) et à Monsieur Lynch, d’origine irlandaise, qui l’acheta en 1749. Implanté sur une large croupe de graves profondes du " plateau de Bages ", ce beau domaine est resté pratiquement inchangé depuis le XVIe siècle.

C'est sous l'influence du propriétaire actuel, Jean-Michel Cazes, que Lynch-Bages a gagné le caractère éminemment généreux et profond qu'on lui connaît aujourd'hui.

 

Né en 1990, « Blanc de Lynch-Bages » est le fruit de l'assemblage des trois cépages blancs traditionnels de l'appellation Bordeaux, plantés sur quelque huit parcelles du terroir historique de Lynch-Bages.

 

Sancerre Sauvage 2007 - Domaine Pascal Jolivet

Ce Sancerre blanc provient d’une vieille vigne du village de Champtin cultivée en agriculture biologique.

La Maison Pascal Jolivet fondée en 1987 est une des plus jeunes et dynamiques maisons dans la Vallée de la Loire. Spécialiste dans les vins du Sancerre et de Pouilly Fumé, elle est reconnue et placée en excellente position sur la carte des restaurants étoilés Michelin ainsi que sur les meilleures tables du monde entier.

Aujourd’hui le Domaine Pascal Jolivet s’étend sur 65 Hectares, 42 à Sancerre, 8 à Pouilly-Fumé et 15 en Touraine.

Mercredi-17-dec.JPG 

Pavillon Rouge de Château Margaux 2001

Si la plupart des seconds vins bordelais sont des créations de ces 30 ou 40 dernières années, celui du château Margaux est apparu au 19ème siècle et il s'appelle Pavillon Rouge depuis 1908.

 

Alors qu'il n'était plus produit au milieu du siècle précédent, André Mentzelopoulos l'a remis au goût du jour en 1977. Le terroir est le même que pour le premier vin – une butte de graves aux conditions idéales et sublimée par le travail humain depuis des siècles – mais la différence s'opère lors de l'assemblage des différents lots, après une vinification commune dans des cuves de bois.

 

Les jeunes vignes qui manquent de complexité et de profondeur ainsi que les lots moins qualitatifs sont écartés du grand vin pour entrer dans le Pavillon Rouge qui n'est pas un vin au rabais mais une approche, un précurseur de son ainé, qui voit le jour après 15 à 20 mois d'élevage.

 

Clos de La Roche Grand Cru 2001 – Domaine Vincent Girardin

En Côte de Nuits, Morey-Saint-Denis est l’un des villages les mieux pourvus en Grands Crus. Le Clos de Tart demeuré en monopole a été fondé en 1141 par les cisterciennes de Tart.

Le Clos Saint-Denis apparaît au XIème siècle. Il est né des chanoines de Vergy. Le Clos de la Roche et le Clos des Lambrays en quasi-monopole sont issus de fondations historiques et de remembrements de plusieurs Climats.

 

À ce jour, le domaine s'étend sur 20 hectares dans le vignoble de Bourgogne. Le Domaine Vincent Girardin est composé de 42 parcelles réparties sur 8 communes.

L'ensemble des Grands Vins Girardin, Premiers Crus et Grands Crus, sont issus de vignes
cultivées selon les préceptes de la biodynamie.

 

Pinot Gris VT 1998 – Domaine Hugel & Fils

Les Vendanges Tardives proviennent des cépages Gewurztraminer,
Pinot gris, Riesling ou Muscat, récoltés en surmaturité, généralement plusieurs semaines après le début officiel des vendanges. À l’identité du cépage et à son caractère aromatique s’ajoute la puissance due au phénomène de concentration et au développement de la pourriture noble (Botrytis Cinerea).

 

Domaine familial établi à Riquewihr depuis 1639 dirigée par la 12ème génération, ils sont spécialisés dans les Vendanges Tardives et la Sélection de Grains Nobles produits à partir des raisins cultivés sur un domaine de 29 hectares.

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Dégustations 2014
commenter cet article
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 23:26

Vigneron sourcilleux, au caractère si trempé qu'il désarçonne parfois le visiteur trop imbu de lui-même, "Jacky" Confuron a passé la main à ses deux fils, Jean-Pierre et Yves, tous deux œnologues formés à rude école qui ont pris les commandes des 11 hectares situé à Vosne-Romanée.

 

C'est l’un des rares domaines, avec la Maison Leroy, à pratiquer la vinification des raisins par grappe entière, quel que soit le millésime.

 

Les vins se reconnaissent au premier nez par ce supplément de parfum apporté par la rafle et cette fraîcheur utile, les millésimes solaires nécessitant des maturités élevées le cas contraire.

 Domaine Confuron- Cotétidot

D’ailleurs, le domaine a toujours opté pour des vendanges tardives. Mais Jean-Pierre, l’aîné, et Yves, le cadet, tous deux œnologues, n’ont plus cette approche systématique qu’avaient leurs parents, toujours présents dans les vignes à leurs côtés.

 

Aujourd’hui, c’est la dégustation des raisins au moment des vendanges, parcelle après parcelle, qui dicte à Yves et à Jean-Pierre le rythme des vendanges. Sur les derniers millésimes, les vins ont gagné en précision.

 

Le domaine produit des vins « baroques », des vins de texture portés par des maturités élevées mais peut-être moins excessives que par le passé, renforçant leur équilibre. Quel que soit le terroir, on retrouve une unité de style et une qualité d’une grande homogénéité.

 

Fougueux dans leur jeunesse, avec l’âge, les vins prennent une complexité magnifique. De grands vins de Bourgogne.

 

Les millésimes dégustés :

Pommard 2009

Nuits Saint-Georges 2009

Nuits Saint-Georges 1er cru « Les Vignes Rondes » 2008

Gevrey-Chambertin 1er cru « Les Craipillot » 2008

Clos de Vougeot 2004

 

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Dégustations 2014
commenter cet article
31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 22:33

Philippine de Rothschild, figure emblématique des vins de Bordeaux, propriétaire avec ses enfants de trois grands crus classés à Pauillac dont Château Mouton Rothschild, est décédée dans la nuit du vendredi 22 au samedi 23 août à l'âge de 80 ans et les Compagnons de la Grappe au Soleil se devaient de rendre un hommage, aussi modeste soit-il, à cette « Grande dame » du vin.

Cette verticale est notre façon de lui dire au revoir….

 

Château d’Armailhac - 5ème cru classé - Pauillac

En 1933, le Baron Philippe de Rothschild fit l’acquisition de ce cru qui depuis le XVIII ème siècle appartenait à la famille d'Armailhac dont il portait le nom.

 

Entre 1956 et 1989, il s’appela successivement Château Mouton Baron Philippe puis Château Mouton Baronne Philippe. Depuis 1989, la Baronne Philippine de Rothschild lui a rendu son identité d’origine.         

 Chateau-D-Armalhiac.JPG

Le Château  est situé au cœur de l’appellation Pauillac, contigu, au nord et à l’est à Château Mouton Rothschild.   

 

Les parcelles s’étendent à la fois sur le plateau des Levantines constitué de graves légères et très profondes, terroir de prédilection des cabernets et sur les graves profondes de Pibran reposant sur un sous-sol argilo-calcaire donnant la finesse et l’élégance caractéristiques des vins du Château d'Armailhac.

 

 Le Château compte 50 hectares plantés de vignes, réparties entre les cépages traditionnels du Médoc : le cabernet sauvignon (57%), le merlot (23%), le cabernet franc (18%) et le petit verdot (2%).   

 

Les millésimes dégustés :

 

2008

Robe rouge violacée à noire, foncée et dense

Nez finesse, fruits noirs très mûrs, légèrement sous-bois et champignons, expressif et complexe

Bouche à la puissance maitrisée, tannins et matière présents mais soyeux, bonne longueur. Persistance fruitée et tannique, finale boisée. Bien mais à attendre.

Note : 14/20

 

2000

Robe rouge grenat à noire, foncée et dense

Nez sur des arômes de café, de torréfaction, grillé, bois précieux, expressif

Comme le 2008, en bouche, on a une puissance maitrisée avec matière & tannins présents mais souples, une bonne longueur avec une finale boisée et persistance grillée superbe. Fort agréable à boire et pouvant attendre encore quelques années.

Note : 15,5/20

 

1999

Robe rouge grenat, foncée et dense légèrement tuilée en bordures

Nez de champignons, sous-bois, fruits confits, pruneaux

Bouche très ronde et souple avec tannins et matière fondus. Un vin soyeux, d’une bonne longueur et finale fruitée et persistance végétale. Très bien, à boire.

Note : 16/20

 

1998

Robe rouge grenat, foncée et dense légèrement tuilée en bordures

Nez de café, de torréfaction, grillé, musc, truffe, boisé

On retrouve une bouche proche du 2000 avec plus de puissance que le 99. Une finale sur des notes grillées et une persistance fruité. A boire et à attendre.

Note : 15,5/20

 

1995

Robe rouge grenat tuilée à l’évolution plus marquée

Nez sur des arômes d’épices, de poivre, de champignons, de musc, truffe, expressif & complexe, superbe qui annonce un grand vin

Le bouche est à la hauteur des espérances du nez, avec de la finesse et de l’élégance, très soyeuse car tannins et matière sont totalement fondus mais présents, très belle longueur sur une finale fruitée et grillée. Superbe vin à boire pouvant encore évoluer.

Note : 17,5/20

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Dégustations 2014
commenter cet article
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 15:04

Perché sur un piton rocheux, Sancerre, domine la Loire et son vignoble, réputé dès le Moyen Age. Sur 14 communes s'étend un magnifique réseau de collines parfaitement adaptées à la viticulture, bien orientées, exposées et protégées. Les sols portent des noms locaux: terres blanches" (marnes argilo-calcaires du kimméridgien); "caillottes" et "griottes" (calcaires); "cailloux" ou "silex" (siliceux du tertiaire).

 Sancerre-F.-Cotat.JPG

Le sancerre est un vin d'appellation d'origine contrôlée produit dans les environs de Sancerre, dans le département du Cher et la région Centre. Il se présente dans les trois couleurs. Ces vins ont été classés en AOC par le décret du 10 novembre 1936 pour les blancs et par le décret du 23 janvier 1959 (modifié par celui du 18 mars 1998) pour les rouges et les rosés.

 

La création du vignoble sancerrois remonterait aux premiers siècles de notre ère.

À partir de 1886, le Sancerrois connut le terrible fléau du phylloxéra, qui détruisit la totalité du vignoble à la fin du 19ème siècle. Les vignerons replantèrent alors dans leurs parcelles en majorité du Sauvignon blanc, cépage particulièrement bien adapté au climat et aux terroirs.

Sancerre-sur-sa-butte.jpg 

Les vins blancs sont issus du seul cépage sauvignon. Les vins rouges et rosés sont issus du cépage pinot noir.

 

Le Sancerre blanc s'accorde bien avec les fromages de chèvre et en particulier avec le Crottin de Chavignol situé dans l'aire de l'AOC, avec des poissons, coquillages et crustacés. Son mariage est parfait avec des entrées chaudes légèrement épicées.

 

Le Domaine François COTAT

Depuis 1998, le jovial François Cotat a repris les vignes de son père Paul, lui-même séparé de son frère Francis (voir le domaine Pascal Cotat).

 

François – qui produisait déjà du sancerre sous son nom depuis 1987, vous suivez toujours? – dispose désormais, comme son cousin, de parcelles en Grande Côte et en Monts Damnés avec, en plus, une vigne encore plus pentue en Culs de Beaujeu, quatre hectares mythiques. Sans oublier la cave familiale spartiate, dans une ruelle du bas de Chavignol, qu’il a conservée.

 

Vendanges manuelles, aucune levure, deux soutirages, aucune filtration et mise en bouteilles précoce avant l’été: la méthode n’a pas changé depuis des lustres et donne de grands sancerres de feu, très mûrs et vibrants, à la garde phénoménale.

 

 

Les vins dégustés :

 

Sancerre « Caillottes » 2012 (13°)

Couleur blanc or pâle, brillante & lumineuse

Nez expressif, agrumes, citron, fleurs blanches, minéral

Bouche tout en fraicheur, finesse avec acidité assez marquée (jeunesse), finales sur les fruits (citron), longueur correcte, un peu jeune, à attendre.

Note : 13,5/20

 

Sancerre « La Grande Côte » 2011 (14°)

Couleur blanc doré pâle avec reflets vert-argent, brillante & lumineuse

Nez finesse, fumé, fruits mûrs à chair blanche, épices

Bouche superbe, complexe, du gras et de la minéralité, bel équilibre, persistance fumé, superbe longueur et finale boisé. Très bien.

Note : 16,5/20

 

Sancerre « Culs de Beaujeu » 2010 (14°)

Couleur blanc doré pâle, brillante & lumineuse

Nez sur les fleurs blanches et la finesse, pas très expressif.

Bouche superbe, rappelle « La Grande Côte » avec encore plus de classe et élégance, de la longueur incroyable et un finale fruité magnifique. Un très grand vin blanc.

Note : 18,5/20

 

Sancerre « Les Monts Damnés » 2011 (14,5°)

Couleur blanc doré pâle avec reflets vert-argent, brillante & lumineuse

Nez fumé, épices

Bouche sur la finesse et l’élégance, bonne longueur, beaucoup de gras moins d’acidité mais sans lourdeur, finale fruitée, limite sur mûrie.

Note : 16,5/20

 

Sancerre « Cuvée Paul » 2005

Couleur blanc doré

Nez d’acacia, miel, fruits mûrs

Bouche équilibrée, finesse, gras, sucre, fruits mûrs, bonne longueur et finale avec acidité. Même si cette Cuvée Paul présente un plus de gras et sucre, on est assez éloigné d’une Vendanges Tardives !!

Note : 15/20

 

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Dégustations 2014
commenter cet article
29 juin 2014 7 29 /06 /juin /2014 18:55

La viticulture aux États-Unis existe depuis le 16ème siècle. Aujourd’hui, on trouve des productions vinicoles dans les cinquante États de l'Union, la Californie en tête, suivie par l'État de Washington, l'Oregon et l'État de New York.

 

En 2010, Les États-Unis étaient le quatrième producteur mondial de vin derrière la France, l'Italie et l'Espagne.

La production californienne à elle seule représente 90 % de la production américaine.

 

Ce sont des Huguenots français qui furent les premiers à produire un vin dans ce qui est aujourd'hui les États-Unis, plus exactement dans les environs de Jacksonville, à partir de grappes de « scuppernong », entre 1562 et 15[64.

 Le-Pinot-Made-USA.JPG

La fabrication de vin est un objectif décrit dans la charte des premières colonies américaines, notamment celles de Virginie et des Carolines. Les colons découvrent cependant rapidement que le vin produit à partir des vignes indigènes a un goût curieux qu'ils n'apprécient guère. Ces échecs conduisent à la plantation de différents pieds de « Vitis vinifera » grâce à l'importation de cépages et de vignerons français par la Compagnie de Virginie en 1619, mais ces cultures sont détruites par une maladie.

 

La première exploitation viticole de Californie est fondée en 1769 par le missionnaire franciscain Junípero Serra, près de San Diego. D'autres missionnaires contribuent à la plantation de vignes plus au nord, et le premier vignoble de Sonoma est planté vers 1805.

 

Napa Valley
Dès les années 1960, la Napa Valley devient le porte-étendard de la viticulture américaine de qualité, sous l’impulsion notamment de Robert Mondavi et de quelques autres vignerons visionnaires. Dans cette vallée située au nord de San Francisco, les domaines les plus prestigieux produisent des vins rouges issus majoritairement de cabernet-sauvignon, de merlot, et des blancs à partir de chardonnay.

 

C’est aujourd’hui l’AVA (American Viticultural Area, «aire viticole américaine») la plus connue dans le monde. Elle rejoint la Sonoma Valley, au sud, par l’entremise de l’AVA Los Carneros.

Sonoma Valley
Coincée entre l’océan Pacifique et la Napa Valley, la Sonoma est aujourd’hui l’étoile montante de la viticulture californienne. La région est plus fraîche que sa voisine, plus accidentée et les vignerons actuels ont su démontrer le potentiel de certains terroirs d’altitude.

 

L’Oregon

Cette région viticole des Etats-Unis est considérée comme l’équivalent américain de la Bourgogne française. Abritant de petits domaines, avec des conditions climatiques tempérées, l’esprit de l’Oregon rejoint celui de la Bourgogne.

 

Les vins dégustés :

 

KISTLER SONOMA COAST 2008

Maison familiale située en Californie dans les hauteurs des monts Mayacamas, au-delà de la vallée de Sonoma, le vignoble Kistler a été fondé en 1978. Il est exploité par les viticulteurs Steve Kistlern, son frère John, et Mark Bixler.

Le premier millésime a été créé en 1979, 3 500 caisses de vin ont été produites. Depuis, la production augmente peu à peu. Le vignoble est le fruit d'une politique de la vigne méticuleuse afin de produire des vins dotés d'une concentration intense et d'un bel équilibre.

Soucieux de la qualité de leurs vins, la vinification est réalisée dans le respect de la tradition bourguignonne que ce soit pour le Chardonnay ou le Pinot Noir.

 

 

Robe rouge violacée, foncée, dense, presque noire

 

Nez fermé, fruits mûrs

 

Bouche sur les fruits, sucre, puissance, longueur moyenne. Finale sur l’alcool et les fruits

 

Note : 13,5/20

 

Domaine-Drouhin---Erik-Wait.JPG 

JOSEPH PHELPS FREESTONE 2007

Créé en 1972 par Joe Phelps, un magnat de la construction ancienne, Joseph Phelps Vineyards est aujourd'hui propriétaire de plus de 350 hectares dans la Napa Valley.

Amoureux du vin, Joe s'est mis à chercher l'endroit idéal afin de produire du Chardonnay et du Pinot Noir. Sa recherche a pris fin lorsque la combinaison parfaite du climat, du sol et de l'emplacement a été trouvée dans le Freestone, situé dans l'AVA Sonoma Coast.

En 1999, 200 hectares ont été acquis. Aujourd'hui, 80 hectares de Pinot Noir et 20 hectares de Chardonnay produisent des vins remarquables.

 

 

Robe rouge violacée, foncée, dense, presque noire

 

Nez fumé, oxydatif, animal, étable (Rien à voir avec un Pinot noir !!)

 

Bouche sur la fraicheur, légèrement pétillante, très particulier. Difficile à apprécier car ne correspond pas à nos « standards »

 

Note 13/20

 

 

DOMAINE DROUHIN OREGON 2007

Joseph Drouhin, fonda la maison à Beaune en 1880. Son petit-fils, Robert Drouhin, fît de la maison l’une des plus belles de Bourgogne. La maison possède aujourd’hui 3 vignobles établis à Beaune, Chablis et en Oregon. (Voir ici)

 

Robe rouge rubis à grenat, légèrement orangée

 Nez fruits rouges et noirs mûrs (cerise, groseille, cassis), notes de champignons et sous-bois

 

Bouche finesse, équilibré entre fruité et sucre. Bonne longueur et persistance sur la griotte et fruits confits. Légère amertume en finale

 

Note : 14/20

 

 

 

 

AU BON CLIMAT “ISABELLE” 2007

Au Bon Climat est né en 1982 d'un partenariat entre Adam Tolmach (qui dirige aujourd'hui The Ojai Vineyard) et Jim Clenenden.

La cave a rapidement établi une réputation enviable pour son Chardonnay et son Pinot Noir, mais ils produisent également du Pinot Blanc et du Pinot Gris à partir de raisins cultivés dans le comté de la Californie à Santa Barbara.

Robe rouge rubis à grenat, légèrement orangée

Nez groseille, puissant, boisé

Bouche agréable, équilibre entre sucre et alcool, belle longueur, finale fruitée et boisée. Un vin bien fait

Note 15/20

 

UN INVITE SURPRISE

 

Gevrey-Chambertin 1er cru « Les Champeaux » 2007 – Olivier Guyot

Robe rouge violacée, foncée, dense

Nez ferme, peu expressif, demande du temps pour s’ouvrir et exprimer quelques notes de fruits

Bouche puissante entre fruits et alcool, bonne longueur. Persistance fruitée. Si on reconnait un vin au style plus Bourguignon, il est encore trop fermé et jeune pour se dévoiler et doit être attendu patiemment.

Note 14/20

 

Sans atteindre les sommets des grands bourgognes rouges, ces pinots noirs « made in USA » ne sont pas sans intérêt et cette dégustation aura eu le mérite d’ouvrir nos horizons gustatifs

 

 

 

Pour ceux qui veulent en savoir un peu plus sur le vignoble californien, je ne peux que leur conseiller de voir ou revoir le très divertissant « Sideways » d’Alexander Payne.

 

 Sideways.jpg

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Dégustations 2014
commenter cet article
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 21:15

Le côtes-du-rhône est une AOC située sur les rives droite et gauche du Rhône. Il fait partie de l'ensemble géographique et économique formé par le vignoble de la vallée du Rhône. Les étés sont chauds, hivers longs et rigoureux.

 

Les niveaux d'ensoleillement et de pluviométrie varient considérablement d'une année sur l'autre, rendant extrêmement vulnérable la qualité comme la quantité de chaque millésime. Autre contrainte, les gelées de printemps, qui ont longtemps pesé comme une menace redoutée sur les récoltes.

Ils s'étendent de Vienne au Nord jusqu'à Avignon au Sud. Le vignoble se répartit en deux régions :

  • Les côtes-du-rhône septentrionales (de Vienne à Valence)
  • Les côtes-du-rhône méridionales (de Montélimar et Bourg-Saint-Andéol à Avignon)

CHATEAUNEUF-DU-PAPE est une appellation locale ou cru de la côtes-du-rhône méridionale dont le terroir s'étend dans le département de Vaucluse. L'appellation, la seconde en importance après celle de Saint-Émilion, couvre la commune de Châteauneuf-du-Pape et une partie de celles d'Orange, Bédarrides, Sorgues et Courthézon.

C'est ici que prit corps pour la première fois la notion d'AOC appellation d'origine contrôlée avec la constitution en 1923 par le baron Pierre Le Roy de Boiseaumarié d'un syndicat de défense.

Dominé par le château qui servait de résidence d'été aux papes d'Avignon, ce vignoble s'est rendu célèbre par ses treize cépages.

 Châteauneuf-du-Pape 2008

La grande majorité du terroir de Châteauneuf-du-Pape, principalement sur les hautes terrasses des Atouts, est constitué de terrasses alluvionnaires où des galets de quartzite, roulés par le Rhône, se sont englués dans une matrice rouge d'argile décomposée. Les gros galets qui recouvrent le sol restituent aux raisins durant la nuit la chaleur qu'ils ont emmagasiné le jour. Avec des composantes argileuses et argilo-calcaires sur certains terroirs, il est composé de trois types de sols : galets roulés, terres graveleuses, sols sablonneux.

 

Le grenache est le plus souvent majoritaire (74 %) dans les cuvées de châteauneuf. Syrah (10 %) et mourvèdere (6 %) contribuent par leur assemblage avec celui-ci à donner une couleur soutenue et une palette aromatique plus riche. (Exception notable, le Château Rayas est constitué de 100% de grenache provenant de très vieilles vignes) Il existe quelques cuvées avec une majorité de syrah ou de mourvèdre (Beaucastel).

 

Un très grand nombre de cépages sont présents dans l'appellation, ceci est dû au complantage en vigueur au début du siècle ; mais, sur les treize cépages, grenache, mourvèdre, syrah, cinsault, muscardin, counoise, clairette, bourboulenc, roussanne, picpoul, picardan, vaccarèse et terret noir, les plus utilisés sont les huit premiers.                                                         

 

Les vins dégustés :

 

 

Domaine du Vieux Télégraphe 2008 (14,5°)

Robe rouge violacée, foncé et dense

Nez fruits rouges, boisé, mentholé, pruneaux confits

Bouche puissante mais équilibrée, alcool et fruits. Bonne longueur. Finale fruitée, légèrement boisée. A attendre pour plus de sagesse.

Note : 13/20

 

Domaine de la Mordorée « La reine de bois » 2008 (15°)

Robe rouge violacée à noire, foncée, dense

Nez fermé, puis quelques notes de fruits et champignons mais peu expressif

Bouche très puissante, matière et tannins présents, minéralité. Finale légèrement desséchante. Bonne longueur mais à attendre pour plus de souplesse

Note : 13/20

 

 

Châteauneuf-du-Pape «  Vieilles vignes » Tardieu-Laurent 2008 (14,5°)

Robe rouge violacée à noire, foncée, dense

Nez sur des arômes de torréfaction, café, moka, superbe et expressif

Bouche tout en finesse et équilibre, notes de fruits surmuris, belle longueur. Equilibre entre fruité/acidité et minéralité. Superbe Châteauneuf-du-Pape à boire pouvant encore évoluer.

Note : 17/20

 

 

Domaine de la Janasse « Vieilles vignes » 2008 (15°)

Robe rouge grenat à noire, foncée et dense

Nez discret, notes de champignons (truffe)

Bouche très proche du Tardieu-Laurent avec plus de fruité et moins de bois mais toujours cette finesse et équilibre. Très belle longueur et finale acidulée avec une pointe d’alcool. Un très grand vin.

Note 16,5/20

 

 

Château de Beaucastel 2008 (14,5°)

Robe rouge grenat à noire, foncée et dense

Nez champignons, sous-bois, torréfactions, fruits noirs très mûrs, expressif et complexe

Bouche équilibrée, finesse, superbe, belle expression du fruit sur un boisé élégant, bonne longueur et persistance. Finale acidulée. Déjà fort agréable à boire mais à attendre pour encore plus de plaisir.

Note : 17,5/20

 

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Dégustations 2014
commenter cet article

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche