750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mars 2022 3 30 /03 /mars /2022 09:04
« Deux flacons remarquables pour égayer un repas dominical »

« Champagne Bollinger - La Grande Année 2008 »

 

Ce champagne possède une robe or dorée marquée et constellée de bulles fines et nombreuses.

 

Au nez, on a une palette aromatique très vaste, évoquant les fruits jaunes, les épices douces, les fleurs blanches et le miel. Les années en cave ont également apporté une patine supplémentaire à la cuvée.

 

Au palais, c’est un Champagne intense, à la texture crémeuse avec un bel équilibre général et de la finesse, qui trouve naturellement de très beaux accords gastronomiques (Pour nous ce fut des crevettes sautées au piment et au miel et une poêlée de moules). La longueur en bouche et la finale citronnée (agrumes) sont remarquables et apportent beaucoup de fraîcheur.

« Deux flacons remarquables pour égayer un repas dominical »

L’année 2008 est l’un des plus grands millésimes de Champagne, c’est un millésime très tendu, offrant un superbe potentiel de garde.

 

La Grande Année 2008 Bollinger est élaborée à partir des plus beaux terroirs de la Champagne, des terroirs classés Premiers et Grands crus. Comme traditionnellement chez Bollinger, le Pinot Noir est majoritaire, avec ici 71% de Pinot Noir (venant notamment d’Aÿ et Verzenay) et 29% de Chardonnay (venant notamment de Cramant et du Mensil-sur-Oger).

 

Cette cuvée incarne tout le savoir-faire de la maison Bollinger. Ainsi la vinification est réalisée uniquement en petits fûts de chêne anciens, de 20 ans en moyenne, entretenus dans la tonnellerie de la Maison. Bollinger possède ainsi un parc de plus de 3500 tonneaux. Le remuage puis le dégorgement, entièrement réalisés à la main, deux opérations se déroulent après le vieillissement des flacons sous un bouchon de liège.

 

« Château Léoville Las Cases 1985 - 2ème Grand cru Saint Julien »

 

La robe est d’un rouge grenat orangée, tuilée, marquée par les années. Il y a des dépôts et j’ai eu quelques difficultés avec le bouchon.

 

Le nez est puissant et complexe sur des arômes tertiaires de sous-bois, havane, champignons et truffe, café grillé. On pourrait se contenter de le sentir tant il a des choses à nous dire et oublier presque de le déguster.

 

La bouche est soyeuse, équilibrée, corps et tannins sont fondus, superbe longueur et très belle persistance sur la torréfaction. La bouche n’a rien à envier au nez et on joue vraiment dans la cour des grands bordeaux comme Léoville Las Cases s’est le faire.

Un Saint-Julien tout en finesse à boire car on est proche de son apogée même s’il a tenu tout au long du repas et malgré la montée en température inévitable sous nos latitudes.

« Deux flacons remarquables pour égayer un repas dominical »

Le Château Léoville Las Cases est un domaine viticole situé à Saint-Julien-Beychevelle en Gironde.

 

En AOC Saint-Julien il est classé deuxième grand cru au classement de 1855. Le domaine comprend 97 hectares en vigne. Le vignoble jouxte celui du Château Latour, en étant séparé par le petit ruisseau Juillac.

 

Au cœur du domaine se trouve le Grand Clos, un vignoble de 50 ha entièrement ceint de murailles, dont l'entrée est gardée par le célèbre lion ornant les étiquettes des bouteilles du domaine.

Partager cet article
Repost0
11 février 2021 4 11 /02 /février /2021 10:34

Ou comment un « simple » Côte du Rhône peut allègrement jouer dans la cour des grands et même des très grands. Comme quoi, le hasard n’a pas de place quand on est bien né. Merci Monsieur Emmanuel Reynaud.

« Château de Fonsalette - Côtes du Rhône - 2001 »

La robe est d’un rouge grenat orangé, évolution marquée et légèrement trouble.

 

Le nez est expressif et complexe avec des notes de sous-bois, de cerises griottes, de champignons, de réglisse et Zan. On ne se lasse pas de mettre sa « truffe » dans le verre.

 

Mais il faut bien passer à la dégustation proprement dite. Et là, tous les espoirs entrevus avec le nez se confirment. Une bouche phénoménale, d’équilibre et de finesse car tous les éléments sont en place. Le fruité est accompagné de la fraîcheur pour lui éviter d’être pataud. Une grande longueur et la finale entre fruits mûrs et torréfaction font de cette bouteille un grand vin et qui de plus a encore un peu de potentiel de garde.

« Château de Fonsalette - Côtes du Rhône - 2001 »

Pour vivre heureux vivons cachés. Ce dicton populaire pourrait être celui d'Emmanuel Reynaud, qui dirige aujourd'hui le Château Rayas, et qui est à l'origine du très recherché vin du même nom, un Châteauneuf-du-Pape 100% grenache, distribué au compte-gouttes à quelques chanceux à travers le monde.

 

Château Rayas est le plus connu des trois ­domaines d’Emmanuel Reynaud, qui ­produit la cuvée classique et Pignan, issu d’une parcelle du domaine.

 

Château de Fonsalette est à 30 km au nord de ­Châteauneuf-du-Pape. Ce domaine en ­appellation Côtes-du-Rhône est le fidèle petit frère de Rayas : 10 hectares exposés nord eux aussi, accolés aux bois, battus par le mistral froid, qui produisent des vins dans le même esprit de finesse et d’une qualité également ­admirable.

« Château de Fonsalette - Côtes du Rhône - 2001 »

Depuis 1989, Emmanuel Reynaud commercialise les vins d’une troisième ­propriété achetée par la famille dans les ­années 1930 : le domaine des Tours, à 10 km de Rayas, du côté du Ventoux.

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2021 1 18 /01 /janvier /2021 10:54
« Chablis grand cru "Les Preuses" 2003 – R & V Dauvissat »

La robe est d’un jaune or allant vers vieil or, marquée par l’âge

 

Le nez est sur des notes de fleurs blanches, des agrumes, du pain brioché, superbe.

 

La bouche est incroyable de classe et finesse, avec du gras, le pain brioché, des fruits confits mais avec une pointe de fraîcheur et minéralité, grande longueur. Un très grand chablis avec encore du potentiel.

 

Et cerise sur le gâteau, il a fait un très joli mariage avec les balaous frits servis au Crew (Merci Richard). 

Balaous frits made The Crew

Balaous frits made The Crew

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2020 5 13 /11 /novembre /2020 13:16

Et le vainqueur est …..2009.

Lors de la sortie de ce millésime, les dégustateurs disaient : « le millésime 2009 est «solaire» par ses températures et s’annonce «royal» par la qualité des vins, notamment des vins rouges et liquoreux, qui seront parfois même «d’anthologie».

 

« À l’inverse de 2008, qui fut surtout un millésime de vins blancs, cette année 2009 solaire favorisa les vins rouges mais aussi les vins liquoreux. Ayant donné de superbes résultats dans des régions emblématiques, comme le Bordelais, le millésime 2009, à ce titre, de sérieuses chances de s’inscrire dans la pléiade des millésimes de légende ».

« Mais derrière une apparente facilité, 2009 ne manqua pas de pièges dans lesquels vignerons et maîtres de chai durent éviter de tomber pour produire de grandes bouteilles ».

 « Domaine Chanson Beaune Champimonts 1er cru VS Château Haut-Marbuzet Saint-Estèphe cru bourgeois »

Le Bourgogne

 

Belle couleur rubis grenat aux bordures tuilées.

 

Nez sur des arômes de petits fruits rouges très mûrs et de réglisse avec une pointe chocolatée et note vanillée.

 

Bouche bien équilibrée et finesse. Combinaison aromatique très pure avec de l’acidité pour la fraicheur et le boisé est bien intégré. Les tannins sont élégants et fondus avec une belle longueur et une finale acidulée.

Une bouteille à déguster car à son apogée.

 « Domaine Chanson Beaune Champimonts 1er cru VS Château Haut-Marbuzet Saint-Estèphe cru bourgeois »

Cette très vieille maison de négoce beaunoise a été fondée en 1750. Elle dispose d’un remarquable vignoble de 45 hectares qui représente 25 % de ces approvisionnements en raisins, dont un monopole le Beaune Clos des Fèves.

A la vigne comme pour les vinifications, il s’appuie sur les conseils de Jean-Pierre Confuron qui bénéficie d'une cuverie moderne pour réaliser des vins nets et fins, qui reflètent bien les différents terroirs.

 

Le Bordeaux

 

La robe est d’un rouge grenat, tuilée, évolution.

 

Le nez est sur les arômes de fruits noirs très murs, du bois précieux de l’élevage, expressif et complexe

 

La bouche est sur une très belle concentration, corps et matière présents, arômes de bois précieux et cigare, belle longueur et persistance fruitée,

S’il est déjà fort agréable à boire, on peut patienter encore un peu.

 « Domaine Chanson Beaune Champimonts 1er cru VS Château Haut-Marbuzet Saint-Estèphe cru bourgeois »

Le château Haut-Marbuzet, est un domaine viticole de 61 ha propriété de la famille Duboscq, situé à Saint-Estèphe. 

Localisé au lieu-dit Marbuzet entre Cos d’Estournel et Montrose, le terroir est un sol fait de graves mêlées d'argiles calcaires, plantées de 50% merlot, 40% cabernet sauvignon, 10% cabernet franc.

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2020 5 04 /09 /septembre /2020 11:26

La robe rouge violacée, foncée, profonde, dense presque noire.

 

Un nez sur des notes de tapenade, d’olives, de fruits noirs et sous-bois. Bien qu’expressif, il a du mal à se dévoiler totalement. Encore jeune, on décide de le carafer.

 

La bouche joue dans le même registre avec des notes de fruits et arômes d’olives et évolue entre puissance et de la fraîcheur. Il a aussi de la minéralité et on retrouve la légère présence du sous-bois du nez. La finale et la persistance de belle longueur sont sur le fruité.

 

Un vin très prometteur et si on a bien fait de le carafer, il faudra être patient pour l’apprécier pleinement.

« Cornas "Cuvée Reynard" 2011 - Thierry Allemand »

La saga de Thierry Allemand prouve que la vigne reste ouverte à la méritocratie. Les amateurs s'arrachent les bouteilles de cet ancien électromécanicien, les plus belles de cette mythique appellation du Rhône.

 

Aujourd'hui, Thierry Allemand fait ce qu'il veut. Il vient d'agrandir son domaine grâce à des investisseurs suisses. Mais il n'oublie pas les vingt années de labeur qui ont précédé cette reconnaissance.

L'effet Allemand a démodé ces cornas de garage, concentrés et sur boisés, qui avaient fleuri dans les années 1990.

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2020 4 09 /07 /juillet /2020 14:27

Deux jolis flacons pour un déjeuner dominical familial fort sympathique

 « Corton-Charlemagne 2012 & Clos des Lambrays 1998 : les deux font la paire !! »

Corton-Charlemagne Grand cru 2012 Domaine Rapet Père & fils

 

La robe est d’un beau jaune or, limpide et lumineuse

 

Le nez est expressif et élégant sur des notes de miel, de fleurs blanches, de brioche, d’amande et agrumes. Toute la palette aromatique du chardonnay quand il est cultivé sur les grands terroirs bourguignons.

 

La bouche est superbe d’équilibre et de finesse, où l’on retrouve les arômes du nez accompagnés de fraicheur et minéralité, une très belle longueur et un final agrumes qui laisse entrevoir encore un très beau potentiel de garde.

Domaine Rapet

Domaine Rapet

Clos des Lambrays Grand cru 1998

 

La robe est d’un rouge grenat aux bordures orangées à tuilées. L’évolution est là.

 

Le nez est sur des notes de torréfaction, de griottes, de bois précieux et le subtil parfum de la rose fanée. Là aussi l’évolution a fait son œuvre.

 

La bouche est sur la finesse et l’équilibre pour un ensemble soyeux et fruité (cerise). La longueur est exceptionnelle et la persistance sur des notes de griotte et un léger boisé. En finale, on retrouve la rose et la fraicheur.

On est en présence d’un grand bourgogne rouge qui révèle toutes ses qualités.

 

Ces  deux flacons issus de deux grands terroirs bourguignons sont ici magnifiés par le travail de propriétaires qui font tout pour nous offrir le meilleur de leur région.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche