Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 15:32

Le Minervois est un vin d’Appellation d'Origine Contrôlée produit sur le Piémont de la montagne Noire, à cheval sur l'Aude et l'Hérault. On y produit majoritairement des vins rouges.

 

La vigne est arrivée dans la région d'Agde avec les Grecs au 5ème siècle av. J.C.

Au cours du Moyen Âge se développent des vignobles monastiques avec les fondations des abbayes de Lagrasse, Caunes-Minervois, Fontfroide et Saint-Hilaire. Les moines améliorent la viticulture.

 

Le Minervois se situe dans un vaste amphithéâtre coincé entre le Massif central et les Pyrénées. Adossé à la montagne Noire, ses coteaux dominent une plaine de faible altitude, traversée par les axes de circulation, l'Aude et le Canal du Midi. Au nord, se trouve le plateau de Minerve avec ses pinèdes et ses garrigues.

« Le Minervois »

Les rivières qui descendent de la montagne Noire ont déposé sur leurs rives des terrasses de galets, de grès, de schistes ou de calcaires. Elles alternent avec des zones de marnes.

Le climat est à dominante méditerranéenne. L’automne est caractérisé par des orages violents et rapides. L’été est souvent chaud et sec ce qui est favorable à la culture de la vigne. Les vents sont souvent présents.

 

Pour le vin rouge, le décret d'application de l'INAO indique que seuls peuvent entrer dans l'appellation les cépages Carignan, Grenache, Syrah, Mourvèdre, Cinsault, Picpoul.

Le Carignan doit être inférieur à 40 %, les Grenache, Syrah, Mourvèdre supérieurs à 60 % avec le groupe Syrah/Mourvèdre dépassant les 20 %.

 

Pour le vin rosé, les cépages admis sont les mêmes que pour le rouge. Par tradition, il est admis qu'entre dans leur vinification un maximum de 10 % de cépages blancs.

 

Pour le vin blanc, les cépages principaux de l'AOC sont Grenache blanc, Bourboulenc, Maccabeu, Marsanne, Roussanne et Vermentino.

Photo M. CRIVELLARO

Photo M. CRIVELLARO

Avec ses 5 000 hectares, ce vignoble est l'un des plus grands du Languedoc. Le vignoble est planté dans un vaste amphithéâtre orienté plein sud, situé près de la montagne Noire. Passant d'une altitude de 50 mètres près des rives de la Méditerranée jusqu'à 500 mètres sur le piémont les conditions climatiques varient énormément tant au niveau des écarts de température (3 à 4 degrés) que de la pluviométrie (500 à 800 mm/an).

À cela s'ajoutent des sols d'origine géologiques diverses, ce qui permet d'obtenir des vins différents dans leur uniformité.

 

Le Minervois AOC, en fonction de son temps de vinification, parvient à pleine maturité après deux ans de vieillissement. Il peut se consommer jusqu'à 8 à 10 ans pour certaines grandes cuvées.

Village de Minerve. Photo M. CRIVELLARO

Village de Minerve. Photo M. CRIVELLARO

Le rouge exprime des notes de fruits noir (pruneaux cuits), de violette et quelques fois de cannelle.

Ce vin s'accorde traditionnellement avec un poulet aux olives, du jambon de Bayonne, des terrines, des pâtés, un navarin d'agneau, un risotto, le confit de canard, le cassoulet, des viandes rouges, des canards, des abats ainsi que des fromages moyennement affinés.

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 13:22

L'Observatoire national du déploiement des cépages résistants (OsCaR) étudie et surveille, pour sa première année de fonctionnement, les parcelles plantées avec des vignes résistantes à l'oïdium et au mildiou, afin de réduire l'utilisation de produits phytosanitaires.

 

"L'objectif est de s'appuyer sur les initiatives des viticulteurs qui vont planter pour expérimenter eux-mêmes des cépages résistants, d'essayer de fédérer les initiatives pour constituer un vrai réseau national en ayant trois objectifs qui peuvent servir à la recherche, à la surveillance et comme outil de développement", a indiqué Laurent Delière, ingénieur en charge de l'Observatoire à Bordeaux.
 

 

Cet Observatoire, issu d'un partenariat entre l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) et l'Institut français de la vigne et du vin (IFV), basé au Grau-du-Roi (Gard), entend ainsi "surveiller la durabilité des résistances aux maladies, voir comment ces variétés se comportent en condition de production et partager les expériences des viticulteurs", a-t-il précisé, soulignant que ces derniers étaient "au coeur du dispositif".

"Aujourd'hui il n'y a pas de variétés résistantes, on est à une période intéressante pour suivre ces premiers déploiements", a précisé cet ingénieur de recherche à l'Inra.

 

 « Un observatoire des cépages résistants pour lutter contre des maladies de la vigne »

Une quinzaine de parcelles ont ainsi été plantées en Languedoc-Roussillon et en Nouvelle-Aquitaine avec des cépages étrangers (Allemagne, Suisse et Italie) et ceux cultivés par l'Inra à Bordeaux à titre expérimental.


L'Observatoire entend surveiller dans les prochaines années cinquante à cent parcelles sur le territoire français afin d'avoir des conditions variées. Pour le suivi des parcelles, il s'appuie sur des organismes régionaux comme les Chambres d'agriculture.

"C'est un outil de plus pour les viticulteurs afin de progresser vers une moindre consommation de produits phytosanitaires", a estimé Laurent Delière, ajoutant que 80% de ces produits étaient utilisés en France pour lutter contre le mildiou et l'oïdium.


(Source AFP)

 

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 11:21

Il, le Chenin bien-sûr, est né dans le Val de Loire. Rabelais le citait déjà en 1534.

En mal de reconnaissance, le chenin ? C’est ce que pensent certains producteurs angevins sur l’un des cépages les plus identitaires du Val de Loire et auquel ils souhaitent donner un nouvel élan.

 

 

Capable de produire des vins à bulles comme de grands liquoreux, « le chenin fait partie des rares cépages à être plus implanté en dehors de son pays d’origine », soulignait Raphaël Schirmer, géographe à l’université de Bordeaux.

 

Il est en effet deux fois plus présent en Afrique du Sud (18 500 ha) qu’en France (9 800 ha, dont 9 000 en Val de Loire et 500 ha en Languedoc-Roussillon, notamment à Limoux).

 

Le chenin n’a pas été considéré comme un axe stratégique de développement par un pays, comme l’a été le malbec en Argentine, par exemple. « L’Afrique du Sud n’a pas joué le rôle de locomotive pour tirer ce cépage à l’international », poursuit Raphaël Schirmer.

Francois Rabelais

Francois Rabelais

Vincent Carême explique pourquoi. Ce vigneron de Vouvray participe tous les ans à des vinifications de chenin dans un domaine de 1 000 ha en Afrique du Sud.

« Sur l’ensemble des surfaces, la moitié est distillée pour des brandies. La partie destinée aux vins est mal valorisée car elle est vendue en vrac ».

 

Et dans le reste du monde, il est en perte de vitesse, comme aux États-Unis (environ 3 000 ha) et en Argentine (2 400 ha).

 

 

« Au moins, le chenin a la chance de n’avoir jamais été vraiment à la mode. Il ne risque pas d’être démodé… », souriait Raphaël Schirmer.

Le vigneron angevin Patrick Baudouin, président de l’appellation Anjou blanc, aimerait pourtant qu’il (re)devienne à la mode, car il est inquiet de la disparition des surfaces de chenin en Anjou au profit du cabernet.

Grappe de Chenin

Grappe de Chenin

Jusqu’à la fin du XIXe siècle, le vignoble était blanc. Les cépages rouges apparus à cette époque l’ont peu à peu grignoté et pèsent désormais 9 000 ha, contre 5 000 pour le chenin.

 

Les marchés ont évolué, et aujourd’hui, les vignerons ont besoin d’adapter leur production.

« Les liquoreux sont en mutation, les secs ont besoin de reconnaissance, a analysé Patrick Baudouin, qui cherche à mieux valoriser les vins secs pour maintenir les surfaces. Il faut trouver un modèle économique pour le maintien du chenin en Anjou ».

 

 

L’une des pistes serait de faire reconnaître des crus, à l’image du vignoble bourguignon. La réflexion est initiée, mais le chantier est vaste.

Beaumont wines Afrique du Sud

Beaumont wines Afrique du Sud

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 08:36

"Exceptionnellement mauvaise pour les vignes françaises", dix-sept appellations viticoles ont demandé de déroger temporairement au strict cahier des charges qu'elles doivent respecter, a indiqué l'INAO.

 

L'Institut national de l'origine de la qualité (INAO), gardien du temple des appellations d'origine géographique (AOP pour protégé ou AOC pour contrôlé) en France a reçu "des demandes de dérogation temporaire au cahier des charges pour 17 appellations, ce qui est très rare", a indiqué Eric Rosaz, responsable du secteur des alcools à l'INAO à la presse.

 

Les demandes sont de trois ordres : sur le calendrier de commercialisation, sur les règles de taille des cépage et les règles d'assemblage des vins, a-t-il précisé. Ainsi, plusieurs crus du Beaujolais ont demandé à pouvoir avancer d'un mois la date de mise en consommation des vins de la vendange 2016, afin de libérer un peu de trésorerie.

 

Les vignobles de Chablis qui ont été très sévèrement touchés par la grêle et le gel ont, eux, demandé une dérogation pour la taille des cépages.

Notamment parce que les dégâts sont tels que la taille prévue en 2016 (pour la récolte 2017) ne pourra tout simplement pas être faite selon les règles prévues dans le cahier des charges.

 

Enfin, "trois ou quatre" demandes de dérogations aux règles d'assemblage des cépages de certains crûs ont été déposées aussi, a-t-il dit. Le cahier des charges impose en effet un pourcentage précis pour chaque cépage (pinot, cabernet, chardonnay, etc.).

"A ce stade de l'examen des dossiers, nous n'avons pas d'opposition formelle" aux demandes, a indiqué M. Rosaz, laissant entendre que des arrêtés interministériels devraient paraître d'ici novembre pour donner le feu vert à ces aménagements.

« Intempéries en 2016, 17 vins AOP/AOC voudraient déroger à leurs obligations »

De mémoire d'INAO, cela fait très longtemps que le vignoble français n'avait pas demandé de dérogations aussi nombreuses.

A peine son directeur Jean-Luc Dairien se souvient-il d'une dérogation accordée "il y a une quinzaine d'années" au Muscadet, dont une grande surface du vignoble avait gelé. "Mais seul le Muscadet était concerné. Il y a rarement eu autant de dégâts sur autant de vignobles français différents que cette année" a-t-il dit.

 

Les appelations d'origine controlée ou protégée concernent 364 vins et eaux de vie, selon l'INAO. M. Dairien a néanmoins rassuré le consommateur en prévenant que malgré ces dérogations, la "typicité" d'aucun vin ne sera affectée.

"Il ne s'agit pas de remplacer un cépage par un autre, mais de mettre parfois un tout petit peu plus d'un certain cépage et un peu moins d'un autre. Et nous jugeons au cas par cas de la compatibilité des demandes avec le cahier des charges", a-t-il dit en rappelant que toutes les données sont contrôlées et publiques.

 

(Source AFP)

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
29 août 2016 1 29 /08 /août /2016 14:18

L'établissement public FranceAgriMer a annoncé jeudi 25 août avoir autorisé la plantation d'environ 3.500 hectares de nouvelles vignes en France, soit bien moins que la limite maximale fixée par le nouveau dispositif européen entré en vigueur en janvier.

 

Les demandes considérées comme éligibles qui avaient été déposées par des vignerons représentaient 6.600 hectares. FranceAgriMer a donné le feu vert pour 3.500 hectares au niveau national, a expliqué Anne Haller, déléguée pour la filière viticole, lors d'une conférence de presse. Ce chiffre est inférieur de plus de moitié à l'accroissement autorisé par le nouveau dispositif européen d'autorisation de plantation de vignes.

 

Depuis le 1er janvier, cette réglementation autorise les États-membres à accroître leur vignoble dans la limite de 1% de la superficie nationale totale déjà plantée, soit pour la France environ 8.000 hectares.

"Le détail de la répartition régionale de ces futures vignes n'est pas encore disponible", a précisé Mme Haller.

« 3.500 hectares de nouvelles plantations de vignes autorisées »

La délivrance d'autorisations a été restreinte dans 40 zones produisant notamment des appellations d'origine contrôlée (AOC), où des contingents limitent la superficie pouvant accueillir de nouvelles vignes, par exemple en Champagne.

 

En théorie, le dispositif européen ouvre la voie au retour des vignes dans des zones qui en sont dépourvues depuis longtemps, comme l'Ouest ou le Nord. Mais FranceAgriMer avait indiqué en mai que seulement 23 demandes de plantations de vignes hors des bassins actuels de production de vin avaient été déposées, soit environ 15 hectares.

 

(Source AFP)

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 09:19

La vendange 2016 s'annonce moins abondante qu'en 2015 en raison des mauvaises conditions météorologiques au printemps, ont affirmé mercredi les vignerons et les maisons de champagne, qui se sont toutefois accordés sur de futurs rendements en hausse dans une situation économique favorable.

 

"Le début de l'année 2016 s'est montré particulièrement exigeant dans le vignoble champenois", a expliqué dans un communiqué le Comité Champagne, l'organe interprofessionnel de l'appellation. "Fin avril, des épisodes de gel touchent près d'un quart de l'aire d'appellation Champagne; les bourgeons sont entièrement détruits sur 14% du vignoble", a-t-il poursuivi, ajoutant qu'à cause des pluies, de la grêle et des orages, "la pluviométrie s'élève à deux à trois fois la moyenne observée depuis 20 ans".

 

L'autre conséquence de ces phénomènes météorologiques est la prolifération du mildiou, un champignon qui attaque la vigne. Ces éléments devraient "affecter le volume disponible à la vendange, mais les conditions météorologiques des prochaines semaines seront déterminantes pour sa qualité", selon les prévisions du Comité Champagne, qui table sur un démarrage de la cueillette autour du 15 septembre.

 

"Ce sera sûrement l'une des vendanges les plus faibles que je connaîtrai, mais ça ne veut rien dire sur la qualité du champagne", a réagi Jean-Marie Barillère, président de l'Union des Maisons de Champagne.

Vignes en Champagne

Vignes en Champagne

Par ailleurs, les récents indicateurs économiques rassurent l'interprofession puisque "les expéditions de champagne du premier semestre sont en croissance de plus 1% par rapport au premier semestre de l'année dernière, et de plus de 2% sur les 12 derniers mois", a indiqué le Comité Champagne.

 

Dans ce contexte, vignerons et négoce se son mis d'accord sur "un rendement commercialisable à la vendange 2016 de 10.800 kilos/hectare, dont 9.700 kilos/hectare à récolter, et 1.100 kilos/hectares qui seront sortis de la réserve Champagne le 1er février 2017".

 

Les exploitants qui ne parviendraient pas à atteindre ces quotas pourront compenser "leur déficit de récolte par le déblocage de leur réserve, constituée de vins issus de récoltes précédentes".

"La possibilité d'utiliser les vins de réserve donne beaucoup de sérénité à notre décision", a confié M. Barillère, qui dit rester "confiant" et "optimiste".

 

(Source AFP)

Repost 0
Published by Bacchus & Dionysos - dans Connaissance du vin
commenter cet article

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche