750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 20:29

Château Carbonnieux 2005

La robe est couleur jaune or aux reflets verts pales.

 

Le nez qui commence à laisser filtrer des notes d’évolution comme de miel et les agrumes confits. Très expressif et complexe.

 

La bouche est agréable, tout en finesse et équilibre sur des arômes d’agrumes (citrons et mandarines confits). Il y aussi de la minéralité et de la fraicheur. Une belle longueur et de l’équilibre. La finale est fruitée et persistante.

 

Un très beau vin, bien réussi et qui peut être attendu.

Parfait en association avec une tarte au poisson.

 Carbonnieux-2005-et-haut-Brion-84.JPG

Le Château Carbonnieux est l’un des plus anciens du Bordelais. Il faut remonter à 1234 pour trouver la trace de Ramon Carbonnieux qui aurait laissé son nom à ce domaine fondé au XIIIème siècle par les Bénédictins de l’Abbaye de Sainte-Croix.

Il passera aux mains de différentes familles avant que Marc Perrin ne l’achète en 1956 après son premier classement comme Grand Cru de Graves en 1953, confirmé en 1959 lors du classement officiel des Grands Crus de Graves. Château Carbonnieux est alors distingué à la fois pour ses vins rouges et ses vins blancs, ils sont 6 Crus Classés de Graves seulement au sein de l’Appellation Pessac-Léognan à être dans ce cas.

Chateau-Carbonnieux.jpg 

Cette vaste propriété de 170 hectares de terres, dont 92 hectares de vignes, n’a cessé d’évoluer avec une qualité grandissante année après année. Ce sont les petits-fils, Eric et Philibert Perrin, qui dirigent aujourd’hui le domaine Carbonnieux dont les tourelles du Château constituent le point culminant de la commune de Léognan.

 

Le vignoble occupe deux vastes parcelles contiguës sur un terroir de graves garonnaises, naturellement drainé, reposant sur un socle tertiaire argilo-calcaire. Le vignoble est exploité en agriculture raisonnée dans le respect de la biodiversité.

 

Château Haut-Brion, on ne présente plus…

Le Château Haut-Brion est le domaine viticole le plus réputé du vignoble des Graves. Il est situé dans l'AOC Pessac Léognan, sur la commune de Pessac, dans l'agglomération de Bordeaux. Il produit l'un des vins de Bordeaux les plus prestigieux.

 

Le Château Haut-Brion est un « Premier Grand Cru classé » selon le classement de 1855 des vins de Bordeaux. Il partage cette rare distinction avec le Château Margaux, le Château Latour, le Château Mouton Rothschild et le Château Lafite Rothschild.

En outre, Le Château Haut-Brion est également classé comme Cru Classé des Graves dans la classification de 1959.

 

Le terroir de Haut-Brion, formé par deux croupes de grosses graves qui n'ont pas leur équivalent dans les environs, s'élève de 12 à 15 mètres au-dessus des fonds des cours d'eau voisins : le Peugue au nord et le ruisseau d'Ars au sud.

Sur ce terroir, l'encépagement est constitué à 55% de cabernet sauvignon, 25% de merlot, 20% de cabernet franc, avec des vignes d'une moyenne d'âge de 30 ans.

 Chateau-Haut-Brion.jpg

Haut-Brion 1984, déjà 30 ans

Une ouverture de bouteille difficile avec un bouchon récalcitrant qui s’effrite et voilà quelques sueurs froides qui me parcourent la colonne vertébrale. Heureusement passé ce moment de «grande solitude», la suite ne fut que pur bonheur et délectation.

 

La robe est d’un rouge grenat tuilée, dense, marquée par l’âge mais sans plus, ni trouble, ni abîmée. Il y a du dépôt mais rien de plus normal.

Le nez est sur des notes griottes, fumé, havane, bois précieux, plutôt délicat, bien que présent il n’explose pas.

  

Très belle bouche, sur l’équilibre, car corps et matière sont plus que fondus mais présents. L’attaque est sur la fraîcheur et l’acidité, avec une persistance sur la cerise à l’eau de vie, un peu d’alcool. De longueur moyenne, la finale est agréable sur des arômes de sous-bois et champignons.

 

1984 est un millésime très moyen, pour ne pas dire plus, à Bordeaux.

Haut-Brion a su tirer le meilleur de cette année difficile pour nous offrir cette belle bouteille, même si, bien sûr, on n’est pas en présent d’un « monstre » comme ce château sait en produire.

 

Deux beaux vins pour agrémenter une belle et douce soirée entre amis. Que demander de plus !!

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 22:47

Château MonbousquetL’histoire du Château Monbousquet remonte au XVIème siècle. De nombreux propriétaires se sont ensuite succédé.

 

Mais, c’est avec l’arrivée de Gérard Perse (également propriétaire du château Pavie, Pavie-Decesse, Bellevue-Mondotte, ainsi que de 3 châteaux sur l’appellation Côtes-de-Castillon), qu’une phase de rénovation notable commence : chais, vinifications, nouvel œnologue.

 

Ce grand cru classé est aujourd’hui l’un des vins les plus complexes de l’appellation. Il offre également un long potentiel de garde.

 

Les 32 hectares situés sur l'appellation de Saint-Emilion sont consacrés à la production du grand cru classé.

Un hectare du vignoble est également dédié à la production d’un vin blanc, Monbousquet blanc.

Les vignes ont environ 38 ans et se composent de plusieurs cépages : Merlot, Cabernet Franc, Cabernet Sauvignon.

 

Le vin présente une couleur intense, d'un rouge grenat qui commence à évoluer. On peut distinguer des reflets qui brunissent et qui tirent sur le marron.

 

Au nez, on trouve des arômes de cerise noire, de crème de cassis et aussi d'épices .

L'élevage est noble et maîtrisé avec des notes fumées etlardées ("bacon").

Chateau-Monbousquet-2000.jpg 

En bouche, ce vin  est souple avec des tanins mûrs, soyeux et de très grande qualité.

Le volume est également important et il y a une belle matière.

La finale est persistance et longue sur des notes boisées, fumées et fruitées.

 

C'est un vin de garde qui peut attendre une dizaine d'années pour exprimer pleinement tout son potentiel.

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 14:40

Issu de sept parcelles différentes, ce Puligny-Montrachet village a été élevé douze mois en fût puis six mois en cuve. Tout en mesure, équilibré, il donnera le meilleur de lui-même d'ici trois à cinq ans.

Puligny-Montrachet Dme Leflaive 2008 

Belle robe blanc or pâle, limpide et brillante.
Nez au bouquet complet, de fleurs blanches et de fruits frais – pêche, mirabelle – avec une touche de noisette et une grande pureté.
Bouche de grande précision, elle se distingue par son volume, sa tension et ses notes d'agrumes et de fleurs blanches.

 

 

Tous les grands amateurs de chardonnay se doivent d’avoir dégusté au moins une fois un vin de ce merveilleux domaine de Puligny-Montrachet.

 

 

 

Il sera idéal sur des Saint-jacques juste poêlées ou un loup de Caraïbes rôti.

 

 

Ce vénérable domaine de Bourgogne a été fondé en 1920 par joseph Leflaive.

 

A l’origine, celui-ci vendait ses vins à des amis puis, petit à petit, il s’est constitué une clientèle privée.

 

Après sa mort, en 1953, le domaine a été dirigé par ses quatre enfants, principalement le très charismatique Vincent, qui décéda en 1993. En 1990, la famille Leflaive nomma la très perfectionniste Anne-Claude, fille de Vincent, pour cogérer le domaine avec Olivier Leflaive, lequel quitta l’entreprise en 1994 pour se consacrer à sa propre affaire de négoce.

 

Aujourd’hui Anne-Claude Leflaive a l’entière responsabilité du domaine, qui lui doit son passage à la culture biodynamique afin de réduire les rendements et hausser la qualité des vins, déjà magnifique, vers de plus hauts sommets.

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 10:44

..... Quoi de mieux que de partager de beaux flacons entre amis.

 

On vous a déjà dit à maintes reprises tout le bien que l’on pense des chablis de René et Vincent Dauvissat, ce « La Forest 1998 » ne déroge pas à la règle.

La robe est d’un jaune doré à reflets vieil or, l’âge commence à marquer la robe.

Le nez est minéral avec des notes d’agrumes (citron et pamplemousse), pas très expressif.

La bouche est d'une grande droiture, avec de la minéralité et de l'acidité. On reconnait là le terroir (Kimméridgien). Une très belle longueur et de la fraîcheur. La  finale et la persistance sont sur les agrumes.

Un très grand chablis.

 

1986 !!!

Un millésime exceptionnel en quantité et en qualité. La parfaite maturité des raisins, notamment le cabernet-sauvignon, a contribué à l'élaboration de vins d'une puissance phénoménale, dotés d'un potentiel de garde illimité. Les vins rouges se révèlent d'une extrême richesse et bénéficient d'une structure tannique imposante. Les grands vins du Médoc et de Graves sont majestueux et peuvent rivaliser avec les meilleurs millésimes du siècle comme 1982 ou 1961.

Les blancs secs possèdent une longueur incroyable. D'une richesse absolue, les liquoreux sont inoubliables.

 photo.JPG

Château Léoville Las Cases - Saint-Julien

Robe rouge grenat, foncée et dense. Il y peu de traces de l’âge (207ans) sur la robe.

Au nez, on a des arômes de fruits noirs mûrs et l'olive noire.

En bouche, on est sur la puissance maîtrisée avec encore des fruits, du boisé et des épices (poivron). La finale est même un peu dure. Il faut l’attendre et avec l’aération et l’évolution dans le verre, ce 86 s’assouplit pour développer toutes les qualités et la complexité d’un Grand Saint-Julien.

Il a encore du potentiel pour être oublié en cave, pas pour Richard qui pense que on a trop attendu et qu'on aurait dû l'avoir bu, il y a quelques années !!

L'avenir nous dira... 





Château Pavie - Saint-Emilion

Robe rouge grenat, tuilée, orangée

Nez tout en finesse et élégance, sur le bois précieux, le havane, le fumé, complexe et expressif.

Bouche à l’identique du nez, jouant sur le registre de la finesse et de la classe, très belle longueur, corps et matière fondus mais équilibrés, du havane, du bois précieux de l’élevage, du minéral et de la fraîcheur.

Un vin qui a superbement évolué et qui approche de son apogée mais avec encore une belle réserve de puissance.

Partager cet article
Repost0
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 22:51

7-Merveilles-pour-une-soiree.JPG

« Le choc des photos, le silence des mots »

Une fois n’est pas coutume mais les sept flacons merveilleux bus parlent d’eux-mêmes et se passent de mes commentaires insipides qui ne rajouteraient pas grand-chose au plaisir que nous avons partagé lors de cette agréable soirée entre amis.

Nous avons bien de la chance de vivre de tel moment.

 

La soirée a commencé avec un Corton-Charlemagne 2002 et un Meursault "Perrières" 2000 de chez Bouchard Père et fils.
Deux vins qui chacun à leur manière avec leurs caractéristiques vous expliquent simplement pourquoi la Bourgogne produit les plus grands vins blancs secs du Monde et comment le Chardonnay a trouvé là sa terre promise.

3-Monstres.JPG 

"3 monstres" et rien d'autre à ajouter!!

Chambolle-Musigny 1er cru "Les Cras" du Domaine G. Roumier 2000

Clos de la Roche Grand Cru du Domaine A Rousseau 2000

Bonnes-Mares Grand Cru du Domaine Ch. Confuron et fils 2000
Le pinot noir dans toute sa splendeur, qui après quelques années de bouteille exprime sur trois partitions différentes le charme et la finesse des grands bourgognes rouges.

 

Un peu de douceur pour finir ou la tête dans les étoiles.

Château Coutet 1er grand cru classé Barsac 1988.

Château D'Yquem 1er cru supérieur Sauternes 1998

 

Partager cet article
Repost0
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 22:25

Nous vous avons déjà dit ici, et à maintes reprises, comment nous avions en haute estime le remarquable travail de René et Vincent Dauvissat à Chablis ainsi que celui de Thierry Brouin  au Clos des Lambrays à Morey-Saint-Denis. Ces deux flacons ont encore une fois confirmé brillamment cette indéfectible passion.

 

Chablis grand  1er cru La Forest 1999 – R & V Dauvissat

La robe est d’un jaune pâle à reflets dorés, l’âge commence à marquer la robe.

Le nez est minéral avec des notes de fleurs blanches, de citron, d’agrumes, de pain d’épices, superbe, complexe et expressif. On a hâte de le goûter !!

La bouche est de grande classe, de la finesse et de l’équilibre, une grande longueur, de la fraîcheur et la minéralité du terroir. La  finale et persistance sont incroyables sur les agrumes et persistance citronnée. Un très grand chablis.

Un superbe mariage avec un tartare de dorade à la coriandre.

Chablis-et-Lambrays.JPG 

Clos des Lambrays  Morey-Saint-Denis grand cru 2001

La robe est d’un rouge rubis, clair, lumineuse, bordures orangées, tuilées.

Le nez exprime des notes de torréfaction, de griottes, d’alcool, avec une petite pointe de boisée.

La bouche est sur la finesse et l’équilibre. On a une très belle longueur. La finale est acidulée, cerise et alcool, présence du boisé, de l’acidité et la fraîcheur. Un très grand bourgogne rouge qui s’exprime déjà fort bien mais avec du potentiel de garde.

 

Notre reconnaissance éternelle à notre ami, surtout s’il continue à partager avec nous ces superbes flacons et à Richard pour sa gentillesse et la qualité de son restaurant où nous sommes toujours si bien reçus.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche