750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 septembre 2019 5 13 /09 /septembre /2019 11:33

Encore une jolie soirée passée au Crew, en compagnie du sympathique Richard, autour de deux flacons remarquables.

 

Beaune Clos des Mouches 2007 – Domaine Joseph Drouhin

La robe est d’un  jaune-vert avec reflets dorés, brillante et lumineuse

 

Le nez exprime des arômes de noisette, de brioche, de beurre et grillé, complexe.

 

La bouche est équilibrée avec de la fraîcheur, de l’élégance et une belle longueur. On a des arômes de fruits confits (abricot et pêche), du gras, de la brioche, de la finesse. 

 

Ce Clos des Mouches exprime toute la superbe d’un grand Bourgogne blanc lorsque l’on a la patience d’attendre et tout le savoir-faire d’une grande maison Bourguignonne. Déjà superbe, il y a encore du potentiel!!

« Deux flacons remarquables »

Château Hosanna 2005 – Pomerol

La robe est d’un rouge grenat très foncé

 

Dès le nez, on sait que l’on joue dans la cours des grands avec des arômes de fruits noirs mûrs, de sous-bois, de bois précieux, de truffe. Un nez complexe et expressif qui se développe tout au long de la dégustation.

 

La bouche tout en finesse avec un touché soyeux confirme les espérances du nez. Les tannins et la matière sont intégrés dans un joli boisé soyeux qui confère au vin une puissance équilibrée.

La longueur est bonne sans être exceptionnelle mais la finale et la persistance sur des arômes de bois précieux et de sous-bois sont fantastiques.

Un très grand vin.

Château Hosanna

Château Hosanna

L'ancien domaine de Certan Giraud, racheté par les Etablissement Moueix (Petrus), a été rebaptisée Château Hosanna à compter du millésime 1999.

Le savoir-faire de l'incontournable famille Moueix a fait du cru l'un des plus recherchés de Pomerol et de tout le Bordelais.

Les 4,5 hectares du domaine ne permettent malheureusement pas de satisfaire toute la demande.

Partager cet article
Repost0
14 mai 2019 2 14 /05 /mai /2019 11:40

Beaune Clos des Mouches 2007 – Domaine Joseph Drouhin

La robe est d’un  jaune-vert avec reflets dorés, brillante et lumineuse

 

Le nez exprime des note de noisette, de brioche, de beurre et grillé, complexe.

 

La bouche est équilibrée avec de la fraîcheur, de l’élégance et une belle longueur. On a des arômes de fruits confits (abricot et pêche), du gras, de la brioche, de la finesse. L’âge fait son œuvre.

 

Ce Clos des Mouches exprime toute la superbe d’un grand Bourgogne blanc lorsque l’on a la patience d’attendre.

2 flaçons  de grande classe

2 flaçons de grande classe

Château Smith Haut Lafitte 2006

La robe est d'un rouge pourpre à grenat profond avec des notes orangées.

 

Le nez est plutôt puissant sur des arômes de cassis et fruits noirs (groseille et mûres). Il y a aussi des notes de sous-bois, humus et torréfaction, de chocolat, la marque de l’évolution pointe son nez !! L’ensemble est expressif et complexe.

 

La bouche présente une belle matière, souple, concentrée et plutôt soyeuse avec une bonne longueur.  Les arômes de bouche sont sur la torréfaction et le chocolat. La persistance est agréable entre fruits et bois.

 

Un vin très agréable à boire qui approche de son apogée bien qu’il garde encore suffisamment de matière pour quelques années à venir.

Partager cet article
Repost0
5 avril 2019 5 05 /04 /avril /2019 11:05

Parce que parfois il faut savoir tordre le cou aux idées reçues et autres préjugés qui ont la vie dure, encore plus sous nos latitudes tropicales, comme quoi les vins blancs sont trop acides !!, donnent mal à la tête ou ne se marient qu’avec du poisson et autres crustacés,...., voilà donc pourquoi j’ai osé proposer à un petit groupe familial de dégustateurs en herbe mais assidus, une soirée dédiée aux vins blancs.

Et au final, tous sont tombés d’accord pour dire qu’on avait passé un superbe moment.

 

Plus qu’un grand discours, quelques photos qui parlent d’elles-mêmes !!

L'Alsace à l'honneur pour débuter

L'Alsace à l'honneur pour débuter

Quoi de mieux pour débuter une soirée dédiée aux vins blancs que deux cuvées du domaine alsacien de la famille Trimbach avec un Gewurztraminer tout en douceur sur les fruits confits alors que le Riesling était plus dans la droiture, les agrumes et la fraicheur.

Un Côte du Rhône Village sans complexe

Un Côte du Rhône Village sans complexe

Prévu pour faire la « transition » avant de s’attaquer aux Chassagne-Montrachet, ce Prélat n’a pas eu à rougir de se trouver en si belle compagnie, bien au contraire. Il exprime toutes les qualités de son cépage, le grenache blanc, entre minéralité et fruité. Il a fait, en plus, un très beau mariage avec quelques poissons frits.

Chassagne-Montrachet dans toute sa splendeur

Chassagne-Montrachet dans toute sa splendeur

Trois flacons qui dans des registres différents font honneur et rendent hommage à cette grande appellation.

L’Olivier Leflaive est très chardonnay – Bourgogne avec ces arômes briochés, la fraicheur en bouche et la finale fruitée.

Le Drouhin donne l’impression d’être plus vieux avec des arômes de fruits confits, beaucoup de finesse et d’élégance.

Le Dancer est égal à lui-même avec cette droiture sans concession, ces notes d’agrumes et la minéralité.

Un grand moment

Blanquette de veau déstructurée

Blanquette de veau déstructurée

Et pour confirmer que l’on peut très bien associer des vins blancs avec de la viande, cette « blanquette déstructurée » proposée par maitre Philippe a joué une très belle partition avec les Chassagne-Montrachet.

Dégustateurs en herbe mais atttentifs

Dégustateurs en herbe mais atttentifs

Pour ceux qui ont de la mémoire ou nous suivent sur ce blog depuis quelques années, se rappelleront, peut-être, cette petite anecdote d’un cousin se souvenant que je lui avais dit que fromages et vins blanc étaient bons amis, voulant « impressionner » le sommelier du restaurant chez Bocuse lui annonçant fièrement ce principe, c’était vu rétorquer (très poliment) que le choix pouvait également se porter sur un Champagne millésimé.

 « Une soirée en blancs »

C’est donc avec un brin de malice que j’ai proposé ce Duval-Leroy « Clos des Bouveries » de 2005 (100% Chardonnay).

Avec ses notes de pêche et d’abricot confits, de brioche, des bulles très fines et peu d’acidité, on est plus sur un Champagne de gastronomie que d’apéritif, et idéal pour accompagner un plat ou des fromages.

Dans l'ordre de dégustation

Dans l'ordre de dégustation

A bientôt pour une prochaine master class!!

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2018 3 25 /07 /juillet /2018 12:14

Un peu, beaucoup pour fêter la victoire au Mondial, mais surtout pour voir si lui aussi était toujours d’attaque après vingt ans de vieillissement, nous nous sommes dit que l’occasion était trop belle pour ne pas ouvrir ce D’Armailhac 98.

 

Verdict !! S’il n’a plus la fougue et la pointe de vitesse de Kylian MBAPPE, ni la carrure de Raphaël VARANE, il a gardé de beaux restes pour pouvoir jouer dans la cour des grands pendant au moins quatre-vingt-dix minutes même s’il n’a plus de quoi attendre encore vingt ans.

 « Château D’Armailhac 1998, histoire de voir s’il avait tenu les vingt ans !! »

La robe est d’un rouge grenat tuilée à l’évolution marquée avec des dépôts

 

Le nez est sur des arômes d’épices, de poivre, de champignons, de musc et truffe. Là aussi les vingt ans se font sentir, si jeux peux m’exprimer ainsi.

 

La bouche est sur la finesse, très soyeuse car tannins et matière sont totalement fondus mais présents sur des notes de bois et de torréfaction. On a une belle longueur sur une finale fruitée et grillée. Un beau vin à boire car il est à son apogée.

 

En 1933, le Baron Philippe de Rothschild fit l’acquisition de ce cru qui depuis le XVIII ème siècle appartenait à la famille d'Armailhac dont il portait le nom.

 

Entre 1956 et 1989, il s’appela successivement Château Mouton Baron Philippe puis Château Mouton Baronne Philippe. Depuis 1989, la Baronne Philippine de Rothschild lui a rendu son identité d’origine.        

 « Château D’Armailhac 1998, histoire de voir s’il avait tenu les vingt ans !! »

Le Château  est situé au cœur de l’appellation Pauillac, contigu, au nord et à l’est à Château Mouton Rothschild.  

 

Les parcelles s’étendent à la fois sur le plateau des Levantines constitué de graves légères et très profondes, terroir de prédilection des cabernets et sur les graves profondes de Pibran reposant sur un sous-sol argilo-calcaire donnant la finesse et l’élégance caractéristiques des vins de Château d'Armailhac.                                                                                                                                 

 

Le Château compte 50 hectares plantés de vignes, réparties entre les cépages traditionnels du Médoc : le cabernet sauvignon (57%), le merlot (23%), le cabernet franc (18%) et le petit verdot (2%).

Partager cet article
Repost0
21 février 2018 3 21 /02 /février /2018 11:41

Piliers de nos dégustations à l’époque au restaurant El Raco, Véronique et Pascal avaient dû, bien à contre cœur, nous quitter mais avec la ferme promesse de revenir en vacances « o’ payi » !!

 

 

Il nous aura fallu patienter treize longues années.

Mais en grands dégustateurs de la boisson de Bacchus, sachant parfaitement que l’on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre, et pour se faire pardonner (même si ce n’était pas nécessaire), ils ne sont pas venus les mains vides, loin de là.

« Deux magnifiques flacons pour de jolies retrouvailles »

Fleuron de la Maison Jaboulet, la petite chapelle construite au 13ème siècle par le chevalier Gaspard de Sterimberg sur les collines de Tain l’Hermitage, a donné son nom à l’Hermitage La Chapelle, l’un des meilleurs vins du monde. Composée à 100% de très vieille syrah plantée sur des sols riches et variés, cette cuvée est réalisée avec une très grande minutie.

Une fois descendus des pentes de l’Hermitage sur des petits traineaux, les raisins sont triés et vinifiés traditionnellement dans les chais. La cuvée est ensuite élevée sous-bois dans le chai millénaire le "Vineum" pendant 15 à 18 mois.


 

Le 2004 a une robe rouge grenat sombre marquée par l’évolution avec quelque dépôts.

Le nez est complexe et expressif sur des arômes de fruits noirs, d’olives, de sous-bois, de poudre, de fumé.

La bouche est riche, entre puissance et équilibre, même si certains la trouvent légèrement desséchante. Elle possède une belle longueur, une finale boisée et fruitée.

Déjà fort agréable à boire, il y a là un grand potentiel.

« Deux magnifiques flacons pour de jolies retrouvailles »

Le 1994 a une robe orangée à tuilée très marquée par l’âge avec beaucoup de dépôts.

Le nez est moins expressif sur des notes boisées et fruitées mais qui ne se livre pas.

La bouche est suave, tout en rondeur mais pas fluette pour autant. La longueur est correcte et la finale sur les fruits mûrs apporte fraicheur et persistance.

C’est superbe.

 

 

Merci à Véro et Pascal pour ce beau moment de partage et ces belles retrouvailles, en espérant qu’il ne nous faudra pas patienter encore treize ans pour sortir le tire-bouchon !!

 

 

Et dans l’euphorie de la rédaction, j’ai failli oublier le plus important : Grosses bises à Marine et Antoine de la part de leurs oncles d’Amérique.
 

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 17:09

Il y a des moments comme cela où les choses se mettent en place d’elles-mêmes sans que rien ne vienne perturber le bel ordonnancement que vous aviez imaginé et même bien au-delà …

 

Vous croisez un ami le mardi en lui disant que vous auriez bien aimé partager avec son équipe (d’autres ami(es)) quelques flacons qui dorment depuis quelques années au fond de la cave et qui ne demandent qu’à être « réveillés » et que cela pourrait se faire à leur convenance.

 

Et voilà que tous peuvent se libérer le vendredi suivant et que « cherry on the cake », ce jour n’est ni plus ni moins que l’anniversaire du sympathique Richard.

 

Comme dirait un turfiste inconditionnel si ça ce n’est pas avoir le quinté dans l’ordre, on se demande ce que c’est.

 

Et au final, un moment magique et inoubliable. Merci à vous d’avoir partagé cette soirée et une pensée spéciale pour le personnel du restaurant The Crew.

Les bouteilles

Les bouteilles

Fermé à l'ouverture, il s'est révélé au fil du temps et de la soirée

Fermé à l'ouverture, il s'est révélé au fil du temps et de la soirée

Superbe

Superbe

Un petit problème de bouchon mais la classe tout de même

Un petit problème de bouchon mais la classe tout de même

On a aussi mangé!!

On a aussi mangé!!

Plus vieux que certain et excellent avec le gateau au chocolat

Plus vieux que certain et excellent avec le gateau au chocolat

« Inoubliable !! »
Que dire sinon merci Pierre

Que dire sinon merci Pierre

Le pain doux made in Claire, un régal.

Le pain doux made in Claire, un régal.

Même légende que pour la photo suivante !!

Même légende que pour la photo suivante !!

Les victimes consentantes

Les victimes consentantes

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche