750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 12:47

Carte de BeauneLes amoureux de la Bourgogne le savent bien, cette région possède des terroirs, peut-être moins connus que les grands noms qui ont fait la réputation mondiale de la Côte de Beaune, mais qui recèlent de véritables petits trésors et ce qui ne gâche rien souvent à des prix très raisonnables.

 

Voici deux appellations Auxey-Duresses et Santenay qui méritent plus que le détour.

 

Les vins d’Auxey-Duresses

Ce vignoble de la Côte de Beaune (115 ha) se situe entre les communes de Monthelie et de Saint Romain.

 

Le vin rouge qui y est produit, sur des marnes et des calcaires du Jurassique Supérieur est puissant, charpenté et de très bonne garde.

L’appellation produit aussi 30% environ de blancs sur le coteau qui prolonge naturellement la côte des blancs.

 

Ces vins aux arômes miellés et à l’allure généreuse s’apparentent parfois, pour les meilleurs d’entre eux, aux meursaults, avec une petite vivacité supplémentaire.

Le coteau d’en face porte les Premiers Crus dont le plus réputé est le lieu-dit Les Duresses (qu’il partage avec Monthelie)

 

« Auxey-Duresses Blanc 2005 par Deux Montille Sœur et Frère » (Voir le commentaire)

 

Les vins de Santenay

Dominé par la montagne des Trois-Croix, le village de Santenay (au sud de la Côte de Beaune) est célèbre pour ses vins mais aussi ses eaux (grâce à sa fontaine « salée »).

Sur des terres silico-calcaires et un sous-sol magnésien, le Santenay pousse sur une base favorable aux ceps.

 

Ses vins rouges (95% de la production) ont acquis une solide réputation, avec des crus mémorables comme Les Gravières, La Comme, Beauregard et le Clos de Malte, cru emblématique de la Maison Jadot.

 

Les vins ont une profonde couleur rubis et exhalent des parfums intenses de fruits des bois : mûres, myrtilles, airelles. Ils sont souvent tanniques dans leur jeunesse. La persistance est longue avec des saveurs qui rappellent la grenadine.

 Santenay Clos Rousseau

Au vieillissement, les Santenay voient leurs arômes évoluer vers le cuir et des nuances sauvageonnes de sous-bois et de truffe alors que les tannins s’adoucissent.

 

Comme à Chassagne, le vignoble a la particularité d’être souvent conduit en cordon de Royat (un procédé de taille courte sur une charpente longue), élément qualitatif non négligeable.

 

« Santenay 1er cru « Clos Rousseau » 2006 - Domaine Jean-Claude Boisset » (Voir le commentaire)

 

 

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 11:53

Carte-du-vignoble-du-Beaujolais.JPGLe vignoble du Beaujolais est un vignoble situé dans le nord du département du Rhône et sur quelques communes de la Saône-et-Loire.

Administrativement rattaché au vignoble de Bourgogne, l'aire de production correspond au piémont des monts du Beaujolais, entre Mâcon et Lyon.

 

Installé sur des terrains essentiellement granitiques, il produit très majoritairement du vin rouge à base du cépage gamay.

La variété des terroirs a créé deux appellations d'origine contrôlée régionales et dix communales. Même si c'est un vignoble très ancien, il est toujours présent dans l'actualité, notamment pour l'aura médiatique dont bénéficie le beaujolais nouveau.

 

Au 17ème siècle, le vignoble prend son essor. Il alimente le marché lyonnais grâce au transport de barriques sur la Saône.

Le marché parisien sera plus difficile à conquérir, le transport nécessitant le franchissement de cols des monts du Beaujolais pour rejoindre la Loire et le canal de Briare.

 

Le chemin de fer sera un facteur de développement du vin. Les vins Georges Duboeuf rendent hommage au transport du vin par le rail dans leur musée du hameau du vin.

 

Le 29 avril 1930, par une décision du tribunal civil de Dijon, le vignoble du Beaujolais est rattaché administrativement à la Bourgogne viticole.

À cette époque, le Beaujolais ne jouissait pas encore d'une grande notoriété, et le lien avec la Bourgogne toute proche semblait logique.

À partir de 1951, la sortie du beaujolais nouveau devient un évènement dont l'importance va croissant.

Depuis 1985, la date de sortie correspond au troisième jeudi du mois de novembre.

 

Le climat du Beaujolais est un climat continental.

Les hivers sont froids et relativement secs. L'influence continentale est renforcée par le vent du nord. Favorable à l'état sanitaire du raisin, il est béni l'été et l'automne.

En revanche, au printemps, il peut amener des gelées tardives dévastatrices.

L'influence océanique est nettement atténuée par l'abri naturel des monts du Beaujolais. Parfois, les vents d'ouest donnent même un effet de fœhn.

Ce vent d'ouest asséché et réchauffé sur le relief assainit le vignoble et accélère la maturité du raisin.

 

Le Beaujolais, le plus méridional des vignobles bourguignons, reçoit aussi une influence non négligeable du climat méditerranéen.

Les étés sont généralement ensoleillés, aidant la maturité du gamay, un cépage précoce.

Une sècheresse estivale modérée donne de la concentration au raisin.

Les parcelles sont majoritairement orientées vers l'est ou le sud.

L'altitude des coteaux par rapport à la rivière, isole la plus grande part du vignoble des brouillards hivernaux qui inondent fréquemment la vallée de la Saône.

Vignes-du-Beaujolais.JPG 

La palette des vins du Beaujolais doit une partie de sa variété aux microclimats (liés à la pente, l'exposition, la protection du relief) tout autant qu'aux sols.

Les vignes de raisin rouge sont plantées en gamay, dit « gamay noir à jus blanc ».

Ce cépage, exclu de Bourgogne par Philippe II de Bourgogne, (il le surnommait le « très déloyau plant ») a trouvé dans les sables granitiques du Beaujolais un terroir à sa mesure.

 

Il y donne des vins fins, très aromatiques et permet de donner une gamme étendue allant du vin primeur au vin de garde qui se bonifie de 2 à plus de 10 ans.

Les vignes de raisin blanc sont plantées en chardonnay. Même si elles sont négligeables en surface, elles donnent de bons vins, équilibrés et aromatiques.

 

Beaujolais-villages

La partie centrale et la frange nord du vignoble est éligible à l'AOC beaujolais-villages.

Le beaujolais-villag es est produit dans 38 communes et représente 25 % de la production de beaujolais. Sa zone la plus vaste est située dans les vallées de deux rivières : le Nizerand et l'Ardières.

 

Les AOC locales dites « crus du Beaujolais »

Dix appellations communales ou locales existent. Elles portent le nom de « crus du Beaujolais ». Il s'agit de Brouilly, Chénas, Chiroubles, Côte-de-Brouilly, Fleurie, Juliénas, Morgon, Moulin-à-Vent, Régnié et Saint-Amour.

Bien que le beaujolais soit fait avec du gamay, les producteurs ont la possibilité de vendre leur vin sous l'appellation Bourgogne, sauf pour le plus jeune, le Régnié.

 

Le vignoble du Beaujolais a demandé le classement de ses terroirs. Cette démarche a commencé en 2009 sur le cru Moulin à Vent.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 11:23

La SyrahLa syrah est un cépage noir français caractéristique de la partie septentrionale des Côtes du Rhône. Aujourd'hui en augmentation de surface, il est en passe de devenir un cépage à vocation mondiale.

 

La syrah est prépondérante dans les côtes du Rhône septentrionales. C'est le seul cépage autorisé pour les vins rouges de l'appellation Cornas.

 

Il peut être associé à la Marsanne et à la Roussanne dans les appellations Crozes-Hermitage, Hermitage et Saint-Joseph, et au viognier dans les vins rouges de l'appellation Côte Rôtie (selon le décret du 21 décembre 1966, « la proportion de Syrah doit constituer au moins 80 % du poids des raisins mis à la cuve pour produire le vin ayant droit à l'appellation contrôlée Côte Rôtie »).


En dehors de sa région de prédilection, ce cépage a été longtemps négligé, du fait de son faible rendement et de son manque de résistance à certaines maladies.

Aujourd'hui, ce n'est plus le cas, et la syrah s'est étendue à l'ensemble de la vallée du Rhône (côtes du Rhône méridionales), puis à la Provence, au Languedoc-Roussillon et au sud-ouest, remplaçant notamment le carignan à la réputation injustement dégradée.

 

Elle donne des vins colorés, très aromatiques, complexes, bien alcoolisés, très fins, charpentés, mais peu acide. En terrain favorable, les vins sont aptes à la garde ; ailleurs, ils donnent des vins fruités et faciles à boire, raison de son succès en vin de cépage. Les rosés sont brillants, aromatiques, fins et très fruités.

 

La syrah est connue pour ses senteurs fruitées (fruits rouges et noirs : framboise, groseille, myrtille, mûre), florales (violette, réséda), épicées (truffe, poivre, réglisse, menthol), ou balsamiques (tabac blond).

 

Il donne un vin de couleur profonde et à l’intéressante structure tannique. Son nez de violette caractéristique se transforme avec le vieillissement vers des notes plus complexes où se mêlent le musc, la truffe, le cuir, le moka et des pointes épicées.

 

Cet ensemble aromatique d’une grande richesse est quelque fois occulté par des intempestifs passages en barriques neuves, pour retrouver la mode du « goût international » où prime l’arôme exogène de la vanille, produit direct du brûlage des douelles du tonneau.

 

Notre dégustation de Cornas (voir la présentation) de ce mercredi 8 juin devrait nous permettre d’apprécier toutes les qualités de ce cépage et sa capacité, sur un terroir qui lui convient, de produire des « grands vins.

Partager cet article
Repost0
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 12:38

Bouchon en liègePas facile d’annoncer sa profession quand on exerce ce métier. Car à chaque fois, on a toute les chances de s’entendre dire soit, « à quelle chance, c’est le métier que j’aurais toujours aimé faire » ou la variante « et tu appelles ça un travail ? »,  sous entendu espèce de saoulard.

 

Et bien qu’on se le dise, le métier de dégustateur est un vrai job à part entière qui demande entraînement et endurance, concentration, rigueur, psychologie et impartialité.

 

1. Entraînement et endurance

Déguster une centaine d’échantillons dans la journée, plusieurs centaines sur la semaine (voire davantage) revient à effectuer une course de fond.

Deux cas de figure : les dégustations thématiques (une appellation, une verticale, un type de vin).

On goûte le plus souvent à l’aveugle en passant en général une à deux minutes sur un vin.

 

Deuxième cas de figure. Les dégustations dans la propriété. On goûte alors toute la gamme du producteur, sur plusieurs millésimes, parfois aussi des millésimes beaucoup plus anciens, et également les vins en cuve ou sur fût.

 

2. Concentration et rigueur

Il faut juger tous les vins d’une même série selon les mêmes critères, le premier comme le dernier. Cela demande de ne pas parler pour ne pas être influencé,  et de repartir de la page blanche pour chaque vin.

Et lorsque vous en êtes au 87ème rouge jeune et bien tannique, on peut penser que ce n’est pas toujours évident.

 

3. Psychologie

Il arrive très souvent aussi que l’on déguste face au vigneron.

Si le vin est bon voire excellent, pas de problème, on peut le féliciter. Mais si ce n’est pas tout à fait cela, voire si c’est carrément mauvais, il faut savoir faire preuve de psychologie.

 

4. Impartialité

Donner sa chance à chaque vin, qu’il soit d’un grand domaine ou d’un parfait inconnu, c’est une règle qu’il faut s’applique à respecter.

Enfin il faut savoir faire des pauses entre les séances de dégustation, afin de remettre les compteurs à zéro.

 

Maintenant si vous êtes tenté par l’aventure, vous savez ce qu’il vous reste à faire et surtout ne pas avoir peur du regard et du jugement des autres.

 

Texte IDEALWINE (http://www.idealwine.net/blog/).

 

Partager cet article
Repost0
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 16:43

Cuves-Inox.jpgIl y a les adeptes du béton et les convertis à l’inox. Deux matières dont on fait les cuves où séjourne le vin, d’abord au cours de sa vinification, puis de son élevage.

La troisième voie, c’est la cuve en bois, amortie si elle date du grand-père, très onéreuse à l’achat.

 

Il y en a pour qui le béton est une valeur sûre, et d’autres pour qui tout ce qui brille est de l’or et qui ont saigné leur banquier pour se payer la cuverie inoxydable à 10.000 euros le cylindre.

 

Les cuves en béton

Elles sont carrées, intégrées dans les murs de la cave, donc indémontables et intransportables.

Mise à part une esthétique qui n’engage que les cubistes ou les fans de Trabant, ces cuves ont de nombreux atouts.

 

A commencer par la grande inertie dégagée par le béton, c’est-à-dire un maintien de la chaleur ou du froid de façon constante et prolongée. D’autre part elles peuvent servir de cuve de vinification et de cuve de stockage. Enfin elles sont moins chères que l’inox et d’une durée de vie quasi centenaire (il faut juste bien entretenir le revêtement intérieur).

Inconvénient

 

Le nettoyage, plus difficile que dans une cuve inox. Parfois, un revêtement en verre facilite la chose.

Il y encore vingt ans, ceux qui en avaient les détruisaient ou les délaissaient pour les remplacer par des cuves en acier, et aujourd’hui, c’est l’inverse, elles sont de nouveau utilisées.

 

Les cuves en inox

Elles sont cylindriques, la plupart du temps hautes et étroites pour gagner de la place, parfois assez larges et trapues et parfois même, mais c’est plus rare, horizontales (donc plus larges que hautes).

Faciles à nettoyer, à déplacer, à transporter, thermo régulées pour les derniers modèles, elles facilitent grandement le travail du chef de cave.

 

Elles peuvent disposer de compartiments qui permettent de travailler par gravité ou par petits lots (très pratique pour le parcellaire) et sont neutres en terme de goût par rapport au vin. Enfin elles font très chic dans une cave.

Inconvénient

Leur inertie est moindre que dans celles en béton et elles coûtent un bras. Et aussi, bonjour la facture d’eau lors du lavage.

 

Dilemme cornélien ? Pas vraiment, plutôt une question de philosophie et de moyens.

 

Texte et photo IDEALWINE (http://www.idealwine.net/blog/).

 

Partager cet article
Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 12:29

Pinot noirLe pinot noir ou pinot est un cépage français.

Il est connu de très longue date en Bourgogne, comme le montre, par exemple, la variabilité génétique de ce cépage.

Il pourrait provenir de vignes sauvages sélectionnées et cultivées au moment de l'arrivée des Romains.

 

Histoire

À ce titre, il pourrait être l’allobrogica, cépage romain antique. Au Moyen Âge, son histoire se confond avec celle des monastères qui contribuèrent à la renommée du vignoble bourguignon.

Chaque village conserve jalousement sa variété de pinot, créant au fil des mutations une grande variété de familles.

La diffusion de ce cépage dans les régions d'influence germanique (Allemagne, Suisse, Autriche, Alsace, Roumanie, etc.) date de cette époque. Son introduction dans les nouveaux pays viticoles (Australie, Etats-Unis, etc.) est liée à l'émigration germanique dans ces pays.

 

Voyage, voyage

En France, il s'est imposé dans le Nord-Est, en Bourgogne, Alsace et Champagne.

Il a donné toutes ses lettres de noblesse aux grands crus de la Côte d'Or.

On le trouve aussi en Languedoc et plus précisément à Limoux (dans l'Aude) où il donne des vins de qualité.

 

En Allemagne, il est en constante augmentation avec plus de 11 000 hectares.

En Suisse, le pinot noir est le principal cépage rouge. Dans le canton de Neuchâtel, on en fait également un célèbre rosé appelé Œil-de-perdrix.

 

Aux États-Unis, le pinot noir est le principal cépage cultivé dans l'État de l'Oregon, État plus frais, tempéré et humide que la Californie située au sud.

En Californie, où il est de plus en plus populaire suite notamment au film « Sideways » sorti en 2004 et la volonté de nombreux producteurs et domaines voulant se démarquer ou innover par rapport aux autres, le pinot noir est cultivé notamment dans les secteurs de la Central Coast, la Sonoma et la Russian River Valley.

Il apparaît déjà dans d'autres États comme sur Long Island près de New York. Les vins à base de pinot noir aux États-Unis sont fruités et faciles à boire pour de jeunes consommateurs.

 

Au Canada, le pinot noir se retrouve notamment en Ontario.

 

En Nouvelle-Zélande, le pinot noir est également cultivé avec beaucoup de succès, notamment dans les régions de Central Otago, de Marlborough, de Martinborough et de Waipara.

 

Caractéristiques

C'est un cépage sensible aux maladies, particulièrement au mildiou, à la pourriture grise et aux cicadelles.

Les grappes et baies sont de petite taille. Cépage exigeant sur les conditions pédologiques et climatiques, il affectionne le climat continental et les sols argilo-calcaires.

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : "Les Compagnons de la Grappe au Soleil"
  • : La vie d'un club de passionnés du vin en Martinique, nos dégustations, nos voyages, nos coups de coeur.
  • Contact

Recherche